Votre météo par ville

Les brasseurs indépendants demandent de l’aide et de la justice

22-02-2024

Actualité

C’est tout frais

Une bouteille qui marche sur la capsule pour alerter sur le danger imminent qui pèse sur les indépendants de la filière brassicole. Julien Macrelle, délégué régional du Syndicat national des brasseries indépendantes, détaille les revendications aujourd’hui sur la table de l’Élysée.

Le processus de brassage, selon Orge et Houblon © J. D. P.

« Notre région a la chance d’avoir vu beaucoup de nouveaux brasseurs indépendants s’installer, mais depuis deux ou trois ans, la situation est de plus en plus compliquée. Qu’on travaille bien ou non, des éléments extérieurs pèsent sur nous et 10 % des indépendants envisagent de fermer cette année », pose Julien Macrelle. Le délégué régional du Syndicat national des brasseries indépendantes (SNBI) se défend de catastrophisme et imagine même ce chiffre gonfler par les fermetures non envisagées encore. « C’est vraiment dommage pour un milieu aussi dynamique, où il se passe des choses et où une filière est en jeu avec la volonté de travailler les ingrédients locaux : le houblon, ici dans les Flandres, mais aussi les céréales pour le développement desquelles les brasseurs ont leur rôle à jouer » (et on passe sur la Cité de la bière qui fera mousser le territoire très bientôt, ndlr). En cause, une hausse exorbitante des charges doublée de plusieurs injustices structurelles que le syndicat dénonce plus que jamais.

Un prix du verre presque doublé

La hausse du prix du verre d’abord, expliquée par le covid, puis la guerre en Ukraine et la hausse du prix de l’énergie (qui pèse évidemment sur ces petites entreprises mais qu’il est plus compliqué de chiffrer tant la situation peut varier avec des productions allant de 100 hectolitres à 70 000 par an, ndlr) – on connaît la chanson – a conduit au quasi-doublement du coût d’une bouteille, de 30 centimes à 50. Une hausse que les plus jeunes affaires ne peuvent assumer, faute de trésorerie suffisante. « Le SNBI a demandé une médiation avec ces entreprises (verrières, ndlr) il y a un an, et après s’être fait balader de réunion en réunion pendant un an, rien », regrette Julien Macrelle qui évoque la deuxième étape : « Nous en avons appelé à l’État, demandant une aide exceptionnelle pour venir supporter cette hausse aberrante. On parle de la survie d’entreprises.  » En contact avec des conseillers de conseillers élyséens, remplacés depuis, les choses étaient au point mort quand les brasseurs indépendants ont décidé d’alerter l’opinion, il y a deux semaines. « Nous avons notamment été poussés par la base au moment où les agriculteurs, et en particulier les viticulteurs, ont obtenu des choses qui nous paraissent difficiles à encaisser alors qu’ils ont déjà beaucoup plus d’avantages que nous, déplore le brasseur installé à Bailleul. Les viticulteurs ont notamment obtenu 230 millions d’euros (80 millions d’aides et 150 millions de prime à l’arrachage, ndlr), nous chiffrons notre aide exceptionnelle à 20 millions. »

Pour une équité

Ils sont plus nombreux, certes, mais des différences de traitement nourrissent l’injustice entre les secteurs. « Nous demandons un rééquilibrage », formule Julien Macrelle. Deux points : « La possibilité de servir les boissons sur le site de production avec dispense de licence, comme le font les viticulteurs ou les cidriers, et le rétablissement d’une vraie justice fiscale. » Les producteurs de boissons fermentées doivent s’acquitter d’un droit d’accise, une taxe sur l’alcool qui vient financer en partie les actions de la Sécurité sociale. « Normal », dit le brasseur qui ne comprend pas, toutefois, la différence de coût : « La bière est taxée 13 fois plus que le vin. » Il s’explique : « Le vin est taxé 4 centimes le litre, sachant que le vin tire globalement à 13° d’alcool. Eh bien la bière est taxée à 4 centimes le litre… Par degré d’alcool ! Soit 13 fois plus. » Pour la petite brasserie Bellenaert, ça ferait une différence de 20 000 euros par an, pas négligeable rapporté à un chiffre d’affaires de 300 000 euros.

Le SNBI alerte activement sur la crise que traverse la profession et attend des réponses rapides faute de quoi, ce sont des centaines d’emploi qui pourraient disparaître. © J. D. P.

Une demande d’aide exceptionnelle pour faire face à la crise, comme d’autres ont pu l’obtenir, et l’appel à rééquilibrer, et ainsi rendre plus juste un système à deux vitesses : voilà pour les demandes du SNBI qui a désormais « des interlocuteurs à l’Élysée », relate Julien Macrelle. 

Justine Demade Pellorce

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires