Votre météo par ville

ZNT : les agriculteurs apportent la facture

20-01-2022

Actualité

Politique-syndicalisme

Emmenés par les FDSEA et les JA du Nord-Pas de Calais, des représentants du monde agricole sont allés en fin de semaine dernière à la rencontre de leurs sous-préfets au sujet des ZNT. Objectif : leur présenter la facture du manque à gagner, et demander une compensation.

A Calais, Antoine Peenaert et Adrien Ferrant sont allés remettre la facture globale du coût des ZNT dans leur canton à la sous-préfète, accompagnés de 70 agriculteurs et d’une quarantaine de tracteurs. (1)
À Calais, Antoine Peenaert et Adrien Ferrant sont allés remettre la facture globale du coût des ZNT dans leur canton à la sous-préfète, accompagnés de 70 agriculteurs et d’une quarantaine de tracteurs. © FDSEA/JA 59-62

Devant la sous-préfecture de Calais, une quarantaine de tracteurs s’avance en ligne. En ce vendredi 14 janvier, l’heure est à l’action syndicale apaisée mais décidée, sur un sujet qui ne sort pas des préoccupations du monde agricole depuis deux ans : les zones de non-traitement (ZNT).

Et pour cause : alors que le texte d’application de ces interdictions d’appliquer des produits phytos sur des bandes à la largeur encore variable aux abords des maisons de riverains doit sortir d’ici le 26 janvier, la profession veut interpeller sur le sujet.

Pragmatisme

« J’ai 100 hectares, explique Olivier Larue, agriculteur à Landrethun-les-Ardres venu manifester avec son tracteur à Calais, mais je ne suis propriétaire que de 2 ha. Faut-il que je loue des terres pour ne pas en exploiter la totalité ? Les ZNT nous font perdre de la surface. Sans compter qu’on n’est pas fixés sur leur largeur. Aujourd’hui c’est 5 mètres, mais demain qui sait ? »

Terres et territoires - Une banderole a été accrochée sur la sous-préfecture de Béthune. © FDSEA-JA 5962 (1)
Une banderole a été accrochée sur la sous-préfecture de Béthune. © FDSEA/JA 59-62

Ce n’est pourtant plus l’abrogation de cette loi en forme de future usine à gaz que la profession demande. Aujourd’hui, l’angle d’attaque est plus terre à terre. À Saint-Omer, mercredi 12 janvier, Dunkerque le jeudi 13, puis à Béthune, Arras et Calais le vendredi 14, la profession s’est rendue en préfecture et sous-préfectures pour présenter la facture, par territoire, du manque à gagner engendré par le dispositif des ZNT.

L’addition, s’il vous plaît

« Nous ne sommes pas contre le principe de précaution, résume Antoine Peenaert, président du canton de Calais à la FDSEA 59. Nous avions retravaillé le dossier des ZNT avec notamment les chambres d’agriculture et l’Anses. Nous avions proposé des ZNT ramenées à trois mètres dans certains cas : utilisation de buses anti-dérive, présence de haies… L’État, n’a pas tenu compte de ce travail. Nous allons donc lui présenter la facture. »

Aidés par la chambre d’agriculture, les FDSEA et les Jeunes agriculteurs du Nord-Pas de Calais ont ainsi chiffré le coût de l’application d’une telle mesure, exploitation par exploitation. Bilan pour des ZNT de cinq mètres : un manque à gagner de 10 millions d’euros pour 2 575 ha dans le Nord (0,72 % de la SAU), et 2 630 dans le Pas-de-Calais (0,55 % de la SAU).

Message passé

« Notre message est bien passé, confirme Benoît Louchart, de la FDSEA 62. Les préfets et sous-préfets ont bien compris qu’on défendait l’idée que les pertes devaient être compensées et vont faire remonter ces éléments à qui de droit. Mais nous n’avons pas eu de réponse claire des représentants de l’État sur la compensation de la perte économique des ZNT. Ce qui nous laisse pas mal de craintes. » En attendant la sortie de la loi d’ici le 26 janvier, les actions continuent : à Lille lundi, à Montreuil jeudi, ainsi qu’à Cambrai dans le courant de la semaine prochaine.

À Béthune, une discussion pendant la manifestation avec la députée LREM Marguerite Deprez-Audebert a débouché sur une invitation de cette dernière chez l’agricultrice Anne Coupet, à Richebourg, pour lui montrer les conséquences directes et indirectes des ZNT : taxe foncière, fermage, temps passé à désherber les ZNT, difficulté à recruter… Cela suffira-t-il ? Espérons-le.   

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
La région Hauts-de-France est placée en vigilance orange orages et en vigilance jaune vent violent
Météo France a placé la région Hauts-de-France en vigilance orange orages et en vigilance jaune vent violent ce vend [...]
Lire la suite ...

Numéro 262 : 13 mai 2022

Bio : Une microsucrerie made in Hauts-de-France
La Fabrique à sucres a été officiellement créée ce lundi 16 mai lors de l'assemblée générale de Bio en Hauts-de- [...]
Lire la suite ...

La saison des fraises est (déjà) lancée
Avec deux semaines d'avance, les fraises démarrent une saison qui s'annonce compliquée pour les producteurs. Le point [...]
Lire la suite ...

Sécheresse et agriculture : Frédéric Denhez, journaliste et écologue, répond à nos questions
La sécheresse et ses conséquences sur l'agriculture étaient au cœur d'un billet du blog du chroniqueur et journalist [...]
Lire la suite ...

Sécheresse : Ne pas céder à la panique
Cela fait bien longtemps que nous n'avons pas vu l'eau ruisseler dans les champs. Le Nord et le Pas-de-Calais viennent a [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires