Votre météo par ville

Zones de non-traitement : le Nord et le Pas-de-Calais alertent le ministre

28-10-2021

Actualité

Politique-syndicalisme

Les FDSEA du Nord et du Pas-de-Calais, ainsi que les Jeunes agriculteurs, ont adressé un courrier au ministre de l’Agriculture Julien Denormandie en amont des décisions qui seront prises prochainement concernant les ZNT. 

Les FDSEA souhaitent interpeller le ministre car l’enjeu des ZNT n’est pas le même partout selon eux. « Nos départements sont parmi les plus impactés. » © J. Blarel/Chambre d’agriculture HDF

« Nous souhaitons vous faire part de nos vives inquiétudes concernant le dossier des zones de non-traitement. » C’est par ces mots que commence le courrier adressé au ministre de l’Agriculture, corédigé par les FDSEA du Nord et du Pas-de-Calais et les Jeunes agriculteurs Nord-Pas de Calais. « Nous avons souhaité interpeller le ministre sur ce sujet car l’enjeu des ZNT n’est pas le même partout et nos départements sont parmi les plus impactés », estime Pierre Hannebique, président de la FDSEA 62. « Nous avons des départements avec une forte urbanisation et des cultures à forte valeur ajoutée, ajoute Laurent Verhaeghe, président dans le Nord, une bande non cultivée ou non traitée de cinq mètres à un impact économique qui n’est pas neutre pour nos exploitations. »

Fin juillet, une décision du Conseil d’État a imposé au gouvernement de revoir sous six mois sa copie sur le texte encadrant les zones de non-traitement. Décision qui enlève également toute valeur juridique aux chartes d’engagements signées dans les départements. Les responsables syndicaux régionaux s’interrogent sur les modifications qui vont être apportées. « Nous craignons que la nouvelle mouture nous impose des distances encore plus importantes », expliquent-ils. Ils rappellent dans leur courrier que, d’après les chiffres de la chambre d’agriculture, il y a entre « 4 000 et 5 000 ha de terres » concernés par des linéaires de ZNT car situés à côté d’une habitation.

Approche scientifique

Pragmatiques et conscients qu’il n’y aura sans doute pas de retour en arrière possible sur le sujet des ZNT, les responsables syndicaux souhaitent néanmoins mettre sur la table quelques conditions. « Chacun doit se rendre compte de ce qu’implique de faire des ZNT dans notre région, avance Fabien Housez, président des JA. Dans certains secteurs, une telle mesure remet en question la place de l’agriculture ». « Il doit y avoir des contreparties », ajoute Pierre Hannebique.

Principale requête adressée au ministre : la compensation économique. « Toute ZNT imposée à l’agriculture doit faire l’objet d’une indemnisation en lien avec la réalité de production de nos exploitations », écrivent-ils.

D’une manière générale, les représentants syndicaux appellent de leurs vœux une approche scientifique plutôt qu’idéologique. « La seule approche de la distance est insuffisante, considère Pierre Hannebique. Nous attendons depuis deux ans les résultats du travail mené par l’Anses sur les moyens techniques de réduire, voire supprimer, la zone de retrait comme les haies, les murs ou les buses antidérive ».

Dans le texte à venir, ils lancent aussi un appel au ministre de compter la zone retrait à compter du lieu d’habitation ou de lieux recevant du public et non « à partir de la limite de propriété ».

Réciprocité et dérogation

Les agriculteurs attendent aussi une réciprocité dans les projets de construction. « Tout aménagement destiné à recevoir des zones à urbaniser doit intégrer la zone de retrait à l’intérieur du périmètre constructible », estiment les syndicats.

Sur le plan de la communication et des relations avec les riverains, les responsables regrettent le sort réservé aux chartes d’engagement. « Le Conseil d’État a considéré que l’information faite aux riverains était insuffisante, mais il est inimaginable d’informer individuellement chaque riverain, estime Laurent Verhaeghe. Ça ne peut passer que par des informations générales sur les périodes d’intervention en fonction des saisons et des cultures, par exemple par le biais d’un site internet dédié. » Riverains qui au demeurant ne sont pas tous sur la même longueur d’onde : ironie du sort, « dans certains cas, les riverains intiment l’agriculteur d’intervenir pour ne pas être envahis par les mauvaises herbes », rapporte Pierre Hannebique. « En cas d’accord avec le ou les riverains », les signataires demandent au ministre de « prévoir la possibilité juridique de déroger à l’obligation des zones de retrait ».

« Nous payons des fermages et nos baux stipulent qu’on doit gérer nos parcelles “en bon père de famille”, rappellent le responsable. On ne peut pas nous demander tout et son contraire. »

Le gouvernement devrait proposer une nouvelle mouture de la réglementation ZNT avant fin janvier.

Virginie Charpenet

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires