Votre météo par ville

Scarpe : Vers une gestion écologique des cours d’eau

30-03-2023

Actualité

C’est tout frais

Vendredi 22 mars a été signée une convention de gestion partenariale de l’eau du bassin aval de la Scarpe entre le Smapi, syndicat des milieux aquatiques, et le parc naturel régional Scarpe-Escaut. Objectif : une gestion écologique des cours d’eau.

La Traitoire, à Saint-Amand-les-Eaux, a bénéficié d’une renaturalisation semblable au projet concernant les
Fontaines d’Hertain. © L.CHATELAIN / PNRSE

Le bassin aval de la Scarpe couvre la zone entre Douai et Valenciennes (59). Il intègre 74 communes réparties sur cinq communautés de communes, elles-mêmes adhérentes au parc naturel régional Scarpe-Escaut et au Smapi. Entre en jeu également le Sage (schéma d’aménagement et de gestion de l’eau) de la Scarpe aval.

Si tous ces acteurs travaillent naturellement ensemble, le parc et le Smapi ont choisi de signer une convention de partenariat mercredi 22 mars afin d’en formaliser les modalités.

La logique est de nous diriger vers une gestion écologique des cours d’eau“, pose Tangui Lefort, chargé de la trame écologique et des ressources en eau pour le parc naturel régional.

Car c’est la double mission du Smapi. Il faut gérer le niveau des eaux pour prévenir les inondations en hiver et retenir l’eau en période d’étiage. Mais aussi restaurer les cours d’eau afin d’y favoriser la biodiversité végétale et animale.

Double approche et partage de compétences

Exemple concret : la renaturation des Fontaines d’Hertain, à Wallers : une source naturelle, résurgence de la nappe, avec une très bonne qualité d’eau. Problème, le cours a été taillé tout droit pour les besoins de l’activité agricole.

Nous allons y recréer un méandre intérieur, en installant des pieux et du géotextile temporaires que nous remplirons de la vase issue du cours d’eau, détaille Sylvain Quaghebeur, du Smapi. Ainsi, les plantes pourront pousser, les vitesses de l’eau favoriseront la faune…

Il s’avère que les Fontaines d’Hertain accueillent une libellule classée sur la liste rouge des espèces menacées d’extinction. L’agrion de Mercure, c’est son nom, est très rare et sa préservation demande une gestion particulière des cours d’eau. Elle a plutôt besoin de roseaux et de milieux ouverts. Si le syndicat a ses propres compétences, nous apportons notre expertise sur l’aspect biodiversité“, complète Tangui Lefort.

Ce premier projet de restauration écologique porté par le Smapi fait partie des 13 zones humides à restaurer sur le secteur par le Sage et nécessite cette double approche. Un partage de compétence affiché comme l’un des objectifs de la convention.

Des zones d’expansion de crues qui ont aussi vocation à accueillir de la biodiversité.

D’autres axes de travail ont été identifiés en ce sens à l’exemple des zones d’expansion de crues, nécessaires pour la gestion des eaux mais qui ont aussi vocation à accueillir de la biodiversité.

Effort collectif

Car le secteur est particulier en termes de gestion de l’eau avec un relief en cuvette. “On parle de plaine humide de la Scarpe“, raconte le technicien. Ainsi, l’ancien marécage a été drainé depuis le Moyen-Âge pour accueillir l’activité humaine.

La Scarpe a été canalisée pour permettre le passage des péniches : une canalisation surélevée qui oblige depuis à “relever” les cours d’eau affluents au moyen de vannes et de lames.

26 ouvrages hydrauliques couvrent la zone et agissent à la manière des wateringues sur le littoral en quelque sorte. Charge au Smapi d’entretenir et de faire fonctionner ces ouvrages, dont certains tournent 100 % du temps lorsqu’il s’agit de faire remonter un cours d’eau.

Une forme de lutte contre le cours naturel de la nature, et de l’eau en particulier, qui pose question. “Nous étudions la pertinence des équipements et méthodes“, explique Sylvain Queghebeur pour le syndicat de gestion des eaux qui a pris, en 2018, la compétence Gemapi, la gestion des cours d’eau dans l’optique de prévenir les inondations mais aussi de préserver le milieu aquatique.

Une approche à l’échelle des communes jusque-là, aujourd’hui remplacée par une gestion par bassin-versant plutôt que selon un bête découpage administratif.

Plus largement, le parc naturel régional Scarpe Escaut planche aussi sur la tension en eau.

Les questions d’infiltration ou de recharge des nappes sont aussi étudiées avec les urbanistes, les schémas de cohérence territoriales (Scot), les communes ou les plans locaux d’urbanisme intercommunaux (PLUI)“, égrène Tangui Lefort. Il ne faut pas moins que cet effort collectif pour limiter la casse.

Justine Demade Pellorce 

Lire aussi : Débat sur l’eau et l’agriculture : quelle envie ?

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Pévèle : Suite aux orages de grêle, visite sur le terrain pour une demande de reconnaissance ISN
Le 9 juillet, la Pévèle était touchée par la grêle. La DDTM s'est rendue ce 17 juillet sur le terrain pour évalu [...]
Lire la suite ...

Numéro 373 : 12 juillet 2024

Série de l’été : La Lys et sa vallée alluviale (3/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Climat. Antoine Rabain (Geckosphere), apôtre de la neutralité carbone
À 43 ans, Antoine Rabain est à la tête de Geckosphère. Il met son expertise sur le climat au service de ceux qui veu [...]
Lire la suite ...

Agence de l’eau : Isabelle Matykowski nommée directrice générale
Isabelle Matykowski a été nommée directrice de l'Agence de l'eau Artois-Picardie. À l'occasion de sa prise de foncti [...]
Lire la suite ...

À Lorgies, Le Pôle Légumes recense sa biodiversité
Quelles sont les infrastructures agroécologiques les plus bénéfiques à la biodiversité ? La production agricole es [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires