Votre météo par ville

Semences de France garde la cadence

31-03-2020

Actualité

C’est tout frais

En cette période de semis et de confinement, les semenciers ont dû faire leurs livraisons dans des circonstances particulières. Zoom chez Armentières Semences de France.

Les aires de chargement de la station de Semences de France à Armentières (59) ont été réaménagées pour faire face au Covid-19.
Les aires de chargement de la station de Semences de France à Armentières (59) ont été réaménagées pour faire face au Covid-19.

 « Tout le monde essaye de se dépêcher pour livrer le plus vite possible les dernières semences nécessaires pour le printemps, dans l’hypothèse où l’ensemble des transports seraient complètement interdits. » Voilà les mots, le 18 mars dernier, de Claude Tabel, président de l’Union française des semenciers (UFS). Il estimait alors à 20 % le volume de semences restant à acheminer sur les exploitations.

Gageons que son inquiétude aura été apaisée par les mots la directrice générale de la santé et de la sécurité alimentaire de la Commission européenne, Anne Bucher mercredi 25 mars. Elle a, en effet, lancé un appel à garantir la libre circulation des camions transportant des semences d’un pays à l’autre. Un véritable soulagement pour la filière. 

Outrepasser la fermeture des frontières

« Certaines semences de base qui nous servent à produire nos gammes commerciales viennent de l’étranger : Allemagne, Hongrie…, explique Pascal Mombled, directeur général de Semences de France à Armentières (59). Avec la fermeture des frontières, c’était devenu dur de s’approvisionner. » Avec leur réouverture, il reste toujours délicat de trouver des chauffeurs. En Hongrie, où l’entreprise possède une filiale, quinze jours de confinement serait obligatoire pour tout conducteur de retour de France…

Scotch jaune et vestiaires fermés

Chez Semences de France, cela fait deux semaines que les équipes – d’un total de 90 salariés – poursuivent leurs activités au rythme du Covid-19. « Il y a quinze jours, nous avons mis la majeure partie du personnel en télétravail », raconte Pascal Mombled. Dans les bureaux du site, seule une dizaine de salariés est présente sur 60. À l’usine, qui tourne « globalement bien », l’équipe d’une trentaine de personnes est à son poste, « sauf les salariés suspectés de Covid-19 ».

Zones de réception des chauffeurs arrivants, sas d’isolement, fermeture des vestiaires communs, réfectoire adapté afin que les germes ne se croisent pas à l’heure du déjeuner… « Des masques, on en utilise toute l’année. Il y a des gants et du savon à tous les endroits stratégiques. Nous demandons à tous nos employés de se laver les mains au moins une fois par heure. Nous sommes en pénurie de gel hydroalcoolique, mais nous serons réapprovisionnés la semaine prochaine grâce à un confrère. »

Un secteur stratégique

Le directeur général le reconnaît, « dans l’immédiat », mis à part sur le quotidien de travail, le coronavirus n’a « pas tant d’impact que cela sur l’entreprise ». « À condition que nous arrivions à livrer tout le monde !, insiste-t-il. Nous livrons chaque année 12 000 tonnes de graines, toutes espèces confondues, au niveau national. 85 % ont été livrés. Restent 15 %, qui sont des réapprovisionnements ou commandes de dernières minutes pour lesquelles on fait appel à des transporteurs. Mais ça devient compliqué d’en trouver : ils se font aspirer par l’alimentaire ! »

Très sollicités par les magasins, les routiers ont en effet tendance à donner la priorité au remplissage des rayons plutôt qu’à la préparation des futures récoltes. « Notre secteur a été reconnu d’utilité publique, conclut Pascal Mombled d’un ton ironique, mais il faut souvent le rappeler… »

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Sécheresse : fin des mesures de restriction dans le Pas-de-Calais
Compte tenu des pluies parfois importantes de ces dernières semaines, le préfet du Pas-de-Calais a décidé de lever t [...]
Lire la suite ...

Numéro 290 : 25 novembre 2022

Sapins : Une saison qui se joue en un mois
C'est officiel : la saison des fêtes a commencé. Après les cadeaux, il est temps de penser au menu et au sapin. À l [...]
Lire la suite ...

Porcs : Une période compliquée dans les Hauts-de-France
L'Union régionale des groupements de producteurs de porcs et Interporc Nord-Picardie ont tenu leur assemblée général [...]
Lire la suite ...

Comment imaginer l’élevage porcin de demain ?
L’assemblée générale de l’Union régionale des groupements de producteurs de porcs et Interporc Nord-Pica [...]
Lire la suite ...

Betteraves : On attend du soleil et du vent
Après le soleil, la pluie est aujourd'hui le problème. Dans les temps pour le moment, la récolte de betteraves dans l [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires