Votre météo par ville

Agroalimentaire : un salarié sur cinq en activité partielle pendant la crise sanitaire

09-12-2020

Actualité

C’est tout frais

Secteur considéré comme vital au moment de la crise sanitaire et des confinements, l’agroalimentaire n’en a pas moins été impacté au niveau économique. Dans les Hauts-de-France, 20 % de ses salariés ont ainsi été en chômage partiel à un moment ou à un autre.

Fabrication et conditionnement de fraises en purées de fruits. Dosage de fruits rouge. Agroalimentaire
Entre le 1er mars et le 31 août 2020, 34 % des 3 300 établissements de l’agroalimentaire des Hauts-de-France ont ainsi déposé une demande d’autorisation préalable d’activité partielle. © Cheick Saidou – ministère de l’Agriculture

Pendant la crise sanitaire, un salarié de l’agroalimentaire sur cinq a bénéficié de l’activité partielle dans les Hauts-de-France. C’est ce qui ressort d’une étude de Pôle emploi, publiée jeudi 3 décembre 2020. Principale raison à cette situation : la fermeture des restaurants et de la restauration hors domicile.

« Durant la crise, les établissements agroalimentaires produisant pour le grand public ont dû s’adapter pour répondre à une demande plus importante, tandis que ceux tournés vers la restauration hors domicile ont vu leur activité fortement impactée« , note l’étude reprise par l’Insee.

Plus de demandes que de chômage partiel effectif

Entre le 1er mars et le 31 août 2020, 34 % des 3 300 établissements de l’agroalimentaire des Hauts-de-France ont ainsi déposé une demande d’autorisation préalable d’activité partielle. Au total, 19 895 salariés de ce secteur d’activité pouvaient prétendre au dispositif, soit 37 % des effectifs du secteur. Les 12,7 millions d’heures demandées par ces établissements représentent 2 % du nombre total d’heures demandées par l’ensemble des établissements de la région.

Ces demandes ne se sont pas traduites systématiquement par une utilisation effective. Au final, à peine un tiers des entreprises qui en ont fait la demande sont réellement passées en activité partielle. Cela a concerné 10 741 salariés, soit 20 % des salariés du secteur, pour 1,7 million d’heures. Soit 1,5 % des heures indemnisées à l’ensemble des établissements de la région.

retaurant
La fermeture des restaurants a impacté l’activité des industries agroalimentaires tournées vers la restauration hors domicile. © Pixabay

Le commerce de gros de produits alimentaires particulièrement touchés

Trois sous‑secteurs ont particulièrement utilisé le dispositif d’activité partielle : le commerce de gros de produits alimentaires et de boissons, la fabrication d’autres produits alimentaires (sucre, cacao, confiserie notamment) et la fabrication de produits de boulangerie-pâtisserie et de pâtes alimentaires.

Ils représentent à eux trois 68 % des salariés et 66 % des heures couverts par une demande, ainsi que 78 % des salariés et 80 % des heures indemnisées de l’agroalimentaire. Le commerce de gros de produits alimentaires et de boissons représente, à lui seul, 48 % des heures indemnisées.

Claire Duhar

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Les grains 2021 passés au peigne fin
Terminée il y a seulement deux semaines, la moisson 2021 restera dans les annales mais pour de mauvaises raisons. Peu d [...]
Lire la suite ...

Un besoin «urgent» de hausse du prix du lait, selon la FNPL
«Des hausses de prix significatives sur les produits laitiers sont urgentes !», clame la FNPL (producteurs laitiers, F [...]
Lire la suite ...

Influenza aviaire: vigilance dans le Nord de la France
Mis à jour le 17 septembre 2021 Après le Nord et l’Aisne, c’est au tour du Pas-de-Calais de prendre des me [...]
Lire la suite ...

Alimentation animale :  » L’augmentation doit se répercuter en cascade jusqu’au prix au consommateur »
Gaël Peslerbe, président de Nutiarche, association qui regroupe les fabricants d'aliments du bétail au Nord de Paris, [...]
Lire la suite ...

La chasse et ses actions environnementales
Dimanche 19 septembre, c’est l’ouverture générale de la chasse. L’occasion de mettre en lumièr [...]
Lire la suite ...

Meunerie : « Une qualité des blés régionaux correcte, mais disparate »
Meunier et PDG des Moulins du Nord, situés à Aire-sur-la-Lys (62) et Leforest (59), Olivier Dubois subit de plein foue [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires