Votre météo par ville

Formation à l’autodéfense verbale : nouvelle arme

03-03-2023

Actualité

Les formations

Mardi 21 février, à Le Quesnoy, six femmes du monde agricole sont venues découvrir l’autodéfense verbale. Proposée par l’association Contrepoing, cette journée a pour but de donner des outils de défense contre les comportements sexistes.

« J’aimerais avoir des techniques de communication qui me permettent de m’affirmer sans sortir de mes gonds », explique l’une des participantes à la formation d’autodéfense verbale. © Freepik

C’est la deuxième année consécutive qu’Initiatives Paysannes organisent cette formation d’autodéfense verbale. « C’était une demande du groupe femme de l’association, que les participantes avaient exprimée lors d’une de nos réunions en non-mixité », se souvient Yoanne Scottez, animatrice à l’association.

Car, si les membres du monde agricole sont solidaires, cela n’empêche pas des comportements et remarques inappropriés et/ou sexistes : « Il y a des soucis partout, mais je pense que ça peut être exacerbé dans le monde agricole, explique une participante. Du fait que c’est un métier physique et aussi à cause du modèle familial des fermes qui est aussi patriarcal. »

C’est Robin Anders, formatrice d’autodéfense féministe à l’association lilloise Contrepoing, qui est en charge de cette journée de formation à l’autodéfense verbale. « Le but est qu’elles ressortent de cette journée avec des outils qui leur conviennent », explique-t-elle. Des outils pour se défendre et contrer ces situations désagréables.

Hystérie et légitimité

Des outils de communication, c’est effectivement la première chose que sont venues chercher ces femmes, âgées de 21 à 47 ans, à cette formation. « J’aimerais avoir des techniques de communication qui me permettent de m’affirmer sans sortir de mes gonds et dépenser de l’énergie inutilement. Des outils qui me permettent de ne pas passer pour une hystérique… On l’entend souvent », déplore une participante.

Le mythe de la femme hystérique dès qu’elle hausse le ton est en fait principalement utilisé pour délégitimer sa colère, voire délégitimer sa place. D’ailleurs, comme le dit une participante, « quand il faut parler à nos voisins parce qu’il y a un problème, j’envoie mon compagnon car je sais que si c’est moi, ils me prendront moins au sérieux ».

Chacun ses armes

Pour Robin Anders, les problèmes rencontrés par ces femmes ne sont pas différents de ceux rencontrés par d’autres femmes dans d’autres milieux professionnels.

« Cela prend juste des formes différentes. Elles sont souvent la cible de préjugés. Par exemple, elles peuvent entendre des remarques comme ”si tu as tes règles, tu vas faire tourner le lait”, ”tu ne peux pas porter les cagettes car tu n’as pas assez de force”… Je ne pense pas que les hommes qui leur disent cela le pensent vraiment mais c’est simplement une manière de les rabaisser. Dans leur tête, l’argument biologique est irréfutable quelque part. »

Aussi, ces journées de formation prennent la forme de mise en situation et de jeux pour que l’ensemble reste ludique et bienveillant. « Je leur apprends notamment les techniques des trois phrases et de la gestion du stress avec la trousse de secours émotionnel. Mais l’essentiel est qu’elles repartent avec des idées, des outils… On peut utiliser l’humour, riposter. Se défendre cela s’apprend. Dans tous les cas, la meilleure méthode est celle avec laquelle on se sent le plus raccord et à l’aise. »

Bientôt des hommes ?

Certaines participantes ont déjà prévu de parler de ces enseignements autour d’elles, d’autres préfèrent ne pas raconter cette journée et la garder pour elles. En tout cas toutes sont d’accord pour dire que ces formations sont utiles. Certaines soulèvent même qu’une formation du type « pour les hommes » serait une bonne idée… 

Eglantine Puel

Lire aussi : Droits des femmes : Claire Quesnel en charge de la diffusion d’une culture de l’égalité

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires