Votre météo par ville

Pas touche à mon clocher

13-03-2020

Actualité

C’est tout frais

Nordistes d’origine, les journalistes Céline Blampain et Pierre Bonte ont publié le 5 mars 2020 un livre qui dénonce la concentration à marche forcée des petits villages de France. Entretien.

Les journalistes d'origine nordiste Céline Blampain et Pierre Bonte, co-auteurs de Ces villages qu'on assassine, sorti le 5 mars 2020.
Les journalistes d’origine nordiste Céline Blampain et Pierre Bonte, co-auteurs de Ces villages qu’on assassine, sorti le 5 mars 2020. © Jean Bibard

Elle est originaire de Cousolre, au cœur de l’Avesnois, et sillonne la France rurale depuis 2012 pour TF1. Il est né à Pérenchies, dans un bassin ouvrier, et depuis Bonjour Monsieur le maire sur Europe 1 (1959-1974) ou Le petit rapporteur sur TF1 (1975-1976), on ne le présente plus. Mais Céline Blampain et Pierre Bonte n’ont pas que le Nord et le journalisme en commun. 

Tous deux partagent la même obsession : prendre la défense de « Ces petits villages qu’on assassine ». C’est le titre de leur livre, paru le 5 mars aux éditions Le Passeur. « Un cri d’alarme pour toutes ces petites communes forcées à fusionner, explique Céline Blampain. On a l’impression que personne ne prend la parole pour défendre tous ces territoires abandonnés par la classe politique… » 

Sensibilité commune

Les deux auteurs l’affirment : ils n’ont rien contre les fusions de communes en soi… « Quand elles sont souhaitées par la population », insiste la jeune journaliste. C’est l’un de ces mariages forcés qui a provoqué la rencontre des deux nordistes d’origine. 

En 2016, Céline Blampain fait un reportage sur la fusion – imposée – de 13 communes rurales dans l’Yonne. « Un immense gâchis : concentration de l’activité dans les bourgs principaux, régression de l’accès aux services publics, pression sur des élus qui étaient contre le projet… J’ai envoyé une tribune au Monde pour exprimer ma colère. » 

Sa complainte paraît sur le site du journal le 26 janvier. À l’autre bout de la souris, Pierre Bonte se retrouve dans le texte. « Il m’a dit que malgré notre différence d’âge, il aurait pu en écrire chaque mot », confie Céline Blampain, 32 printemps, quand son coauteur en compte 87. « Nous avons la même sensibilité des gens du Nord, qui est aussi une forme d’humanité », opine Pierre Bonte. Ils se rencontrent, gardent contact et, en 2018, dessinent le projet d’un livre.

“La concentration ne fait pas faire d’économies”

Céline Blampain, journaliste

Les mirages de la concentration

Avant de donner une série d’exemples sur la vivacité dont font preuve les communes de France pour se réinventer, le duo s’emploie dans la première partie de son livre à démonter la croyance selon laquelle concentrer les communes génère des économies.

En toile de fond de ces décisions, sans surprise : la politique d’austérité et la baisse considérable des dotations de l’État aux communes. « On nous dit que la concentration fait faire des économies, s’emporte Céline Blampain. C’est faux. Les communes rurales ne coûtent pas plus cher que des entités urbaines. Car leur principale ressource, c’est un bénévolat qui n’est jamais chiffré. Il faut payer beaucoup de fonctionnaires pour remplacer tous ces bénévoles. La fusion des régions, par exemple, n’a à ce jour pas fait ses preuves en matière d’économies. » 

Selon un rapport de la Cour des comptes paru en septembre 2019, celle-ci aurait en effet coûté 200 millions d’euros au lieu des 10 milliards d’économies visés. L’enquêtrice cite également une étude de la DGCL parue en 2017. Celle-ci prouve que le nombre d’agents des communes pour 100 habitants passe de 0,6 dans les communes de 200 à 500 habitants (en équivalent temps plein) à 2,1 dans celles de 20 000 à 100 000 habitants. 

L’origine des gilets jaunes ?

« Ceux qui nous gouvernent ne connaissent pas le monde rural, analyse Pierre Bonte, grand témoin de la désertification des campagnes. Ils sont nés en ville, ont été élevés hors sol, et n’ont de la campagne qu’une expérience de vacanciers. La politique générale est de considérer que l’urbanisation est un phénomène inéluctable et qu’il faut donc la favoriser. Ils n’ont pas compris qu’ils étaient en train de dévitaliser la France rurale. Ils se sont laissés convaincre par les têtes pensantes de l’administration que les 3 000 communes de France sont un vestige d’une époque révolue. » 

Et pourtant… « De la famille à la nation, il y a différents échelons d’appartenance. La commune est l’un des maillons les plus forts de cette chaîne. »

« On utilise souvent l’Allemagne pour faire passer l’idée que les communes françaises sont trop nombreuses, reprend sa consœur. Mais Outre-Rhin, l’État est fédéral et les régions ont un vrai pouvoir. En France, l’État centralise tout. Les communes sont des contre-pouvoirs. Si vous supprimez cette démocratie de proximité, vous renforcez l’État au détriment des citoyens. C’est un pas en avant vers un sentiment de confiscation du pouvoir. Et quand la population ne se sent plus écoutée, la commune est le dernier rempart contre le populisme. »

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires