Votre météo par ville

Tereos : de la betterave au sucre

22-12-2022

Actualité

C’est tout frais

On voit encore en bordure de champs des silos de betteraves qui iront alimenter les sucreries avant de garnir les rayons, une fois transformées en sucre cristallisé. Visite de l’usine de Boiry-Sainte-Rictrude, gérée par Tereos, pour en suivre les étapes de transformation.

Guillaume Louchez, directeur du site Tereos Boiry-Sainte-Rictrude, guide la visite.

La transformation d’une betterave en sucre commence par la réception des racines à la sucrerie, comme l’usine de Tereos de Boiry-Sainte-Rictrude (62). C’est l’un des quatre sites du Nord-Pas de Calais (avec Lillers, Attin et Escaudœuvres) sur les neuf que compte le groupe.

Ici, la réception se fait sept jours sur sept, 24 heures/24. Un camion sur deux est échantillonné pour chaque silo : une quarantaine de kilos de la marchandise est prélevée dans la benne pour analyse.

Plusieurs étapes se succèdent : pesée, lavage, détermination de la tare-terre, évaluation visuelle de la qualité des racines selon un référentiel précis puis après râpage d’un sous-échantillon, détermination de la richesse en sucre. Pour la campagne en cours, la richesse moyenne avoisine les 18 %. Les camions vont ensuite décharger au point d’alimentation de l’usine et le processus de transformation peut alors débuter (voir les étapes en photos).

Découpage : les betteraves propres sont acheminées vers une trémie qui alimente les coupe-racines. Ces machines coupent les racines en cossettes, selon une forme faîtière (comme les tuiles d’une maison) afin d’optimiser l’extraction de sucre à l’étape de diffusion. © J. D. P.

À l’issue du processus complet, qui dure environ huit heures, le sucre cristallisé de premier jet sera transporté via de longs tapis couverts jusqu’au silo de stockage d’une capacité totale de presque 200 000 tonnes. Il y sera conservé pour être ensuite expédié en vrac chez des clients, via des citernes routières ou ferroviaires. Une partie du sucre sera également conditionnée sur place ou dans d’autres ateliers du groupe afin d’alimenter les clients en conditionnement de 25 kg, 1 kg… 

Justine Demade Pellorce

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Potager : Les 1 000 plantes du jardin de Yann Lebœuf
Yann Leboeuf est un passionné de jardinage et de botanique. Depuis plus de 30 ans, il s'occupe de son jardin qu'il a d [...]
Lire la suite ...

Point météo : Mai 2023, entre instabilité et ensoleillement
Rendez-vous chaque début de mois avec Patrick Marlière, directeur du bureau d'expertise météorologique Agate. Notre [...]
Lire la suite ...

Betteraves : Comment réduire les intrants ?
Le campus agro-environnemental de Tilloy-lès-Mofflaines a accueilli une série d'ateliers pour répondre à une questio [...]
Lire la suite ...

Damien Dubrulle : « J’ai deux choses en tête : l’innovation et l’international »
Le Nordiste Damien Dubrulle, à la tête de la success story Downs, vient de prendre la présidence d'Axema, le syndicat [...]
Lire la suite ...

JNA : Trois jours pour découvrir l’agriculture et ses métiers
C'est l'un des rendez-vous incontournables d'échanges entre le public et les professionnels du monde agricole, les jour [...]
Lire la suite ...

Marché en berne : Unéal mise sur l’expertise
Après une année 2022 où les prix ont fait le grand écart, la coopérative Unéal mise sur l'expertise pour pouvoir p [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires