Votre météo par ville

Un déconfinement « département par département » : les annonces d’Édouard Philippe

28-04-2020

Actualité

C’est tout frais

Le Premier ministre s’est exprimé ce 28 avril en direct, face à l’Assemblée nationale, pour présenter la stratégie de déconfinement qui sera mise en place dès le 11 mai 2020.

© BFM TV

« Si le confinement a constitué une étape nécessaire, il pourrait entraîner des effets délétères » s’il se prolongeait trop durablement a introduit le Premier ministre pour présenter les premières ligne d’un plan de déconfinement par territoire. Le vote par l’Assemblée nationale devrait suivre.

Pour que les mesures de déconfinement soient appliquées telles qu’elles ont été présentées, le Premier ministre pose la condition d’une baisse de la contamination par le virus, à 1 000 à 3 000 cas par jour à partir du 11 mai. Ce déconfinement devra être pensé par phases, la première allant jusqu’au 2 juin : des marches de trois semaines qui évolueront en fonction des résultats et du comportement des Français.

« Il s’agit d’un régime de liberté dans lequel il y aura des exceptions« , a précisé Édouard Philippe devant les députés. Le plan de déconfinement, tel qu’il a été établi, repose sur un triptyque : protéger, tester, isoler.

Protéger

Le port du masque sera généralisé. Il devrait être obligatoire dans les transports, dans les collèges et dans les commerces, si la direction l’impose. Pour se fournir, une plateforme de e-commerce de vente de masques sera mise en place avec la Poste. Les pharmacies et la grande distribution seront incitées à vendre des masques, les particuliers sont également invités à les confectionnés.

Tester

700 000 tests par semaine. C’est la promesse de la capacité envisagée à partir du 11 mai. Pour cela, « il aura fallu faire sauter les verrous des laboratoires d’analyse médicale et vétérinaires. »

Des brigades devraient être mises en place par département pour détecter prévenir et isoler les cas.

Isoler

L’objectif final de cette politique de test est d’isoler au plus vite les porteurs du virus pour casser la chaîne de transmission. Ce n’est pas « une punition, mais une mise à l’abri« , prévient Édouard Philippe. L’isolement des porteurs du virus (15 jours) pourra se faire à domicile ou dans un hôtel réquisitionné.

Quid de l’appli « stop-covid » ?

Si le Premier ministre ne renonce pas à l’idée du numérique pour détecter les contacts avec des personnes infectées, dans les grandes villes notamment, où l’on ne peut pas connaître l’ensemble des personnes que l’on croise, il l’assure : « Nous organiserons un débat lorsque l’application fonctionnera. »

Déconfinement progressif en fonction des territoires

Le 11 mai est une date théorique, le déconfinement dépendra en effet de la situation sanitaire de chaque département. Seront pris en compte plusieurs indicateurs :

  • Le taux de nouveaux cas
  • Les capacités hospitalières régionales
  • Le système local de tests

Une carte des résultats département par département sera régulièrement présentée par le gouvernement dès la fin de semaine.

Scolarité

Très attendue, la réponse sur les établissements scolaires a été en partie apportée : une réouverture progressive des maternelles et primaires sera faite sur la base du volontariat dès le 11 mai. Elle concernera ensuite les collèges le 18 mai, dans les départements ou la circulation du virus serait faible.

Il faudra attendre juin pour les lycéens.

Les conditions sanitaires resteront strictes : pas plus de 15 par classe et un port du masque obligatoire pour les plus âgés (collège, lycée).

Vie au travail

Concernant la vie professionnelle, le télétravail devra être maintenu au moins dans les trois prochaines semaines. « Pas d’avant ou après 11 mai« , insiste le Premier ministre, de façon à limiter les contacts. La pratique des horaires décalées devra être appliquée quand le télétravail sera impossible. Des guides et fiches métiers sont en cours d’élaboration pour tous les secteurs. Le dispositif d’activité partielle, quant à lui, est maintenu, jusqu’au 1er juin.

Concernant les commerces : ils rouvriront, sauf les cafés et les restaurants. Le port du masque y sera recommandé. Une exception sera faite pour les grands centres commerciaux ayant zone de chalandise au-delà du bassin de vie : ils ne devraient, a priori, par rouvrir au 11 mai.

Transports

L’offre de transport urbain sera remontée au maximum et le masque y sera obligatoire. En revanche, pour décourager les déplacements entre départements, l’offre inter-régionale sera fortement limitée : pas d’escapade pour le week-end de l’Ascension martèle le Premier ministre.

Vie sociale encore limitée

Le retour à la vie sociale sera progressif : la circulation libre sera de nouveau possible dès le déconfinement. Aucune attestation ne sera demandée sauf pour les déplacements à plus de 100 km. Si le sport individuel sera de nouveau autorisé, la pratique du sport collectif, de contact et en milieu fermé restera interdite.

Les plages resteront inaccessibles comme certains parcs. Les petites bibliothèques et musées rouvriront, contrairement aux grands. Tous les événements de plus de 5 000 participants ne pourront se tenir avant septembre.

Concernant la vie religieuse, les lieux de cultes seront ouverts, mais aucune cérémonie ne devrait avoir lieu avant le 2 juin.

Agathe Villemagne

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Des stocks de pommes deux fois plus importants qu’en 2019 au début de l’été
« Fin juin 2020, alors que la campagne de commercialisation s’achève, les stocks de pommes sont le double de ceux d [...]
Lire la suite ...

Explosion au Liban : le stockage du nitrate d’ammonium en question
L'explosion de quelque 2 750 tonnes de nitrate d'ammonium le 4 août au Liban rappelle que cet ingrédient de base de [...]
Lire la suite ...

Les éleveurs laitiers veulent pouvoir utiliser toutes les jachères en période de sécheresse
La FNPL (syndicat professionnel des producteurs de lait) appelle, dans un communiqué de presse du 12 août 2020, l’Un [...]
Lire la suite ...

Abattoirs : le maillon faible de la filière porcine
Les Hauts-de-France, cinquième région productrice de porcs, ne compte que sept abattoirs capables d'abattre ces anima [...]
Lire la suite ...

Flandres : Un boulanger au four et au moulin
Après le circuit court, le circuit ultracourt ? C'est l'idée un peu folle d'Antony Boulanger, patron à Noordpeene de [...]
Lire la suite ...

Enquête Covid-19 : nos exploitations agricoles régionales mises à mal
Le service économique de la chambre d'agriculture des Hauts-de-France a lancé en mai une enquêteauprès des agriculte [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires