Votre météo par ville

Un vent d’optimisme souffle sur la betterave régionale

23-12-2020

Actualité

C’est tout frais

Avec une nouvelle équipe aux manettes de la première coopérative sucrière de France, le champ des possibles est ouvert pour la production de betteraves dans le Nord-Pas de Calais.

Une nouvelle équipe à la tête de Tereos suffit pour redonner de l’optimisme à la filière betteravière régionale. © DR

Depuis le vendredi 18 décembre 2020, le conseil de surveillance de Tereos a, après de nombreuses péripéties, un nouveau président, Gérard Clay et un nouveau président du directoire, Philippe de Raynal. “Un dénouement démocratique heureux, annonce Guillaume Wullens, vice-président de la CGB (confédération générale des planteurs de betteraves) Nord-Pas de Calais. Je souhaite d’ailleurs tous mes vœux de réussite aux membres du conseil de surveillance.

L’enjeu est grand : unir à nouveau les 12 000 coopérateurs du groupe autour d’un projet commun. Celui-ci est de valoriser au mieux les betteraves afin de maximiser les prix payés aux producteurs. “Nous devons travailler ensemble pour pérenniser notre outil industriel, restaurer la rentabilité de nos cultures et assurer ainsi un avenir serein“, ambitionne Gérard Clay, nouveau président de Tereos dans un courrier adressé aux coopérateurs. “Ce nouveau bureau va donner de nouvelles perspectives à la betterave régionale“, insiste Guillaume Wullens.

Un prix de revient espéré

C’est aussi dans cet objectif que se lance Gérard Clay. “Notre pilier historique c’est la betterave-sucre, c’est pourquoi nous devons nous engager pour garantir l’efficacité opérationnelle et économique de Tereos. Nos activités de diversification sont tout aussi essentielles, nous serons attachés à préserver leur rentabilité dans les années à venir.

Un vent d’optimisme soufflerait donc sur la filière betteravière régionale ? À en croire le vice-président de la CGB Hauts-de-France, “le conseil de surveillance de Tereos a la volonté d’apaiser, d’unir les coopérateurs mais aussi de valoriser notre production de betteraves, s’enthousiasme Guillaume Wullens. Si le prix de la betterave est payé au-dessus du prix de revient (25€/t, ndlr), les usines pourront être correctement approvisionnées. Cela pérenniserait nos outils de transformation et notre filière.” En attendant, le représentant de la CGB appelle les planteurs à maintenir les surfaces emblavées. “Car plus les usines seront saturées, plus la betterave sera payée cher.

Un simple vœu de Noël ou un réel changement de cap, 2021, nous le dira.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires