Votre météo par ville

Une pétition veut interdire les combats de coqs

26-08-2022

Actualité

C’est tout frais

Sans attendre qu’elle disparaisse de sa petite mort, la tradition des combats de coqs pratiquée légalement dans le Nord-Pas de Calais et les départements d’outre-mer fait l’objet d’une pétition en ligne pour l’interdire.

La tradition des combats de coqs, si elle perdure dans le Nord-Pas de Calais et en outre-mer est amenée à s’éteindre naturellement. © D. R.

Alors que les gallodromes – des arènes aménagées où se produisent des combats de coqs – ferment les uns après les autres, une pétition en ligne a atteint les 44 000 signatures quelques jours après son lancement avec pour objet l’interdiction de cette pratique.

Lancée sur la plateforme mesopinions.com, elle est adressée aux “ministre de la Transition écologique, ministre de l’Agriculture, Président de la République”, ainsi qu’au député Nupes “Aymeric Caron et aux préfectures du Nord, du Pas-de-Calais, de la Réunion, de Guadeloupe, et de la Martinique“.

Derrière cette initiative, on trouve Gabrielle Paillot, une Axonaise qui se présente comme une “citoyenne militante pour les droits des animaux“. La dame n’en est pas à sa première pétition et déclare agir “au nom du bien-être animal“. La demande formulée dans la pétition est radicale puisqu’elle consiste tout simplement à obtenir “la fermeture définitive des gallodromes encore existants dans le Nord-Pas de Calais et dans les DOM-TOM“.

Des athlètes élevés pour le combat

Pour celui qui n’a jamais assisté à un combat de coq, le spectacle peut surprendre. Dans une arène grillagée autour de laquelle se massent des spectateurs – et bien souvent des parieurs -, deux coqs sont présentés face à face pour un duel. Le combat entre les deux volatiles peut durer quelques secondes, rarement quelques minutes. Le coq vainqueur permet à son propriétaire de remporter la mise… jusqu’à une prochaine confrontation.

Mais ne concourt pas qui veut. Certaines races de coqs, à l’image du combattant du Nord, sont sélectionnées pour le combat et entraîné à la manière d’athlètes de haut niveau. D’une certaine manière, comme en matière de corrida avec les taureaux, ils sont élevés pour cela.

Si la tradition est aussi ancrée en Nord-Pas de Calais, il se dit que le Général De Gaulle, natif de Lille, n’y serait pas étranger… “De toute façon, les coqs, on finit toujours par les manger. Quand j’en ai un dans mon assiette, peu importe la façon dont il est mort“, aurait-il déclaré. À l’issue d’un combat qui lui aura été fatal, le coq perdant est, en règle générale, ramené à la maison pour être cuisiné, et dégusté !

Des conditions strictes pour les combats

Aujourd’hui, pour faire face à l’opposition à l’organisation de combats de coqs, du côté de la préfecture du Nord, on temporise. Citée par l’AFP, l’administration explique que les combats de coqs “sont organisés dans des conditions encadrées” puisqu’ils ne peuvent avoir lieu “que dans des gallodromes déjà préexistants tenus par la même personne, ce qui fait que cette activité est vouée à s’éteindre naturellement“. Autrement dit, le gallodrome, que l’on retrouve souvent à l’arrière de la salle d’un café de village, n’est pas transmissible.

Dans le département du Nord, il en resterait une douzaine, toujours selon la préfecture citée par l’AFP. Dans le département du Pas-de-Calais, 36 communes sont reconnues comme ayant une tradition ininterrompue, et peuvent donc potentiellement accueillir des combats de coqs et leurs aficionados.

Avec le temps, les amateurs de combats de coqs, qu’ils soient de la région ou de la Belgique voisine, se font de plus en plus discrets, même si la passion reste intacte.

Dans le Nord, il resterait une douzaine de gallodromes. Dans le Pas-de-Calais, 36 communes sont reconnues comme ayant une tradition ininterrompue de combats de coqs.

En 2019, un film documentaire baptisé “Combat de coqs”, réalisé par François Hérard, a suivi un trio de coqueleux du Pas-de-Calais dans leur quotidien, de l’élevage de leurs “champions” jusque dans les gallodromes où ils les emmènent pour combattre. Le réalisateur pointe alors du doigt un certain nombre de sujets et tente de comprendre pourquoi les combats de coqs battent de l’aile.

Une chose est sûre, entre contraintes liées à l’élevage et mauvaise presse, les passionnés de coqs de combat sont de moins en moins nombreux, et parlent peu. La peur sans doute de se faire voler dans les plumes.

Vincent Fermon

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires