Votre météo par ville

Bienvenue à la ferme : Louise Bonne et ses bons produits fermiers

15-02-2024

Actualité

Articles

Si elle est très occupée, pas question pour Louise Bonne de manquer le Salon de l’agriculture. L’objectif pour l’agricultrice : mettre en avant ses produits et son travail, mais surtout parler de Bienvenue à la ferme. Un réseau gage de qualité dans lequel elle s’investit.

Sur le Salon de l’agriculture, Louise Bonne fera déguster ses produits et parlera du réseau Bienvenue à la ferme. © H. G.

Louise Bonne, fille et petite-fille d’agriculteurs, a passé toute sa jeunesse dans la ferme familiale, baptisée la Ferme du Pré Molaine, à Ablain-Saint-Nazaire (62), à quelques kilomètres de Lens. Mais plus jeune, ce n’est pas le métier d’agricultrice qui la fait rêver. « J’ai toujours donné un coup de main, mais ce que je voulais, c’était être gynécologue », sourit-elle aujourd’hui. Elle change finalement d’avis lorsque ses parents diversifient leur activité en créant une auberge au sein de leur exploitation. « Je faisais le service durant les vacances, et j’y ai pris goût. »

La jeune femme s’oriente alors vers des études en hôtellerie et restauration. Elle y rencontre celui qui deviendra son mari, Jérémy Bonne. Leur diplôme en poche, les amoureux partent « faire les saisons ». Avant de revenir sur leur terre natale en 2007 pour épauler les parents de Louise à l’auberge. Jérémy trouve naturellement sa place sur l’exploitation. Cuisinier de formation, il transforme la viande dans le laboratoire familial avec son beau-père. « Mon frère, Étienne Vantorre, s’est installé en 2009. Nous sommes restés salariés sur la ferme-auberge jusqu’en 2018 avant de s’installer à notre tour à la retraite de mes parents. »

Le trio est aujourd’hui à la tête d’une exploitation en polyculture élevage, en plus de l’auberge. « Nous avons un élevage naisseurs engraisseurs sur paille d’une soixantaine de truies, une quarantaine de blondes d’Aquitaine et entre 400 et 600 volailles ainsi que 120 hectares de céréales. » Des céréales qui servent en grande majorité à nourrir les bêtes de la ferme.

« On essaie d’être autonome au maximum », explique le couple. Mais la Ferme du Pré Molaine, c’est aussi deux chambres d’hôtes ainsi qu’un point de vente et un drive.

Chacun sa place

Si les trois associés sont toujours prêts à se rendre service, chacun a cependant sa place : Étienne Vantorre s’occupe plus particulièrement des cultures et des élevages, tandis que Louise et son époux gèrent la ferme-auberge, les chambres d’hôtes, le point de vente et le drive ainsi que la transformation de la viande. Car à la ferme du Pré Molaine, on élève les animaux, on les transforme et la viande est vendue sur place.

« Terrine, pâté, jambon, saucisse et même charcuterie sèche… sans conservateur et sans nitrite. On transforme la viande de porc de la tête aux pieds, avance Louise. Comme on dit, dans le cochon tout est bon, rien ne se perd ! » Louise et Jérémy Bonne ont, par exemple, décidé, il y a quelques années, de se lancer dans la fabrication de saucisson. « Ça étonne souvent les gens », sourient-ils.

Au début, Louise, Jérémy et Étienne commercialisaient la viande de cinq porcs et de quelques volailles par semaine ainsi qu’un bovin par mois. Mais face à la demande, la cadence s’est accélérée : « Aujourd’hui, nous sommes à 15 porcs, un bovin et une soixantaine de volailles par semaine. » Le trio a aussi décidé de s’agrandir : d’ici quelques mois leur laboratoire devrait tripler de volume et le magasin devrait voir sa superficie doubler.

Bienvenue à la ferme, gage de qualité

Des produits vendus dans la boutique située à la ferme mais qu’il est aussi possible de déguster sur place. Car chez les Bonne-Vantorre, on ne connaît pas (ou peu) le mot repos. Le week-end, c’est du côté de la ferme-auberge que la famille s’active. « Nous sommes ouverts au public le samedi midi et soir, ainsi que le dimanche midi. En semaine, on peut également accueillir les groupes. On y propose une cuisine familiale, comme à la maison, sans chichi mais où le goût est au rendez-vous. » L’établissement peut accueillir jusqu’à 140 couverts par service.

En plus de ses multiples casquettes, l’agricultrice trouve également le temps de s’investir dans le réseau Bienvenue à la ferme (lire aussi l’encadré). « Mes parents y avaient adhéré en 2001 et cela me tient très à cœur. Avec ce réseau, il y a l’assurance pour le public de trouver des produits locaux mais surtout fermiers avec un agriculteur derrière. » Louise Bonne est d’ailleurs ambassadrice du réseau au niveau des fermes-auberges pour les Hauts-de-France. Et c’est aussi pour représenter Bienvenue à la ferme qu’elle se rend sur le Salon de l’agriculture.

« La plus belle vitrine de l’agriculture »

Un rendez-vous qu’elle ne raterait pour rien au monde : « C’est un peu l’événement de l’année. C’est la plus grande fête agricole de France et la plus belle vitrine de l’agriculture, confie-t-elle. C’est une fierté pour moi d’y participer. Quand je me dis que je pars avec mes saucisses à Paris, c’est dingue. »

Et justement pour l’occasion, Louise et Jérémy Bonne ont confectionné une nouvelle recette de saucisson à base de maroilles : « On souhaitait quelque chose qui nous démarque tout en représentant bien notre région. On l’a testé avec nos clients et ils ont apprécié ! » Pour le déguster, les gourmands peuvent se rendre au stand Les Hauts de l’assiette (pavillon 7.1, allée R, stand 021) ou patienter quelques semaines avant de le retrouver dans le magasin de la Ferme du Pré Molaine !  

Le SIA et Louise Bonne

Ses participations : Ça sera la cinquième année.

Ses attentes : L’objectif est de promouvoir le réseau Bienvenue à la ferme, auprès du public mais aussi auprès des autres agriculteurs. Nous allons également pouvoir échanger avec d’autres professionnels qui font la même chose que nous, c’est toujours enrichissant. Quant aux retombées économiques, je n’en attends pas vraiment. Je sais qu’on ne va pas faire notre chiffre d’affaires sur le salon, l’objectif est simplement de rentrer dans nos frais.

Son message : Je veux faire comprendre que derrière le réseau Bienvenue à la ferme, il y a des agriculteurs avec des valeurs agricoles et familiales. Être agriculteur, ce n’est pas forcément monter dans un tracteur et aller dans les champs, il y a aussi les produits locaux et fermiers que nous fabriquons et c’est ce que je souhaite mettre en avant sur le salon. À travers nos produits, c’est notre ferme que nous emportons à Paris.

Son meilleur souvenir : À chaque fois que je m’y rends, je reviens la tête pleine de bons souvenirs. Il n’y en a pas un qui m’a marqué en particulier. Je fais toujours de belles rencontres, et il y a une bonne ambiance entre agriculteurs.

Hélène Graffeuille

Retrouvez également notre dossier concernant toute l’actualité du salon de l’agriculture.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires