Votre météo par ville

Maroilles. Derrière le fromage, une belle aventure humaine

22-12-2022

Actualité

C’est tout frais

Le maroilles bio de la Ferme du Pont de Sains est un (bon) maroilles qui ressemble aux autres. Sa particularité ? Il est fabriqué par une trentaine de fromagers, travailleurs handicapés, à Féron.

David Battesti, moniteur principal de la fromagerie, est fier de ses travailleurs et de son fromage.  © H. G.

La ferme du Pont de Sains, situé à Féron (59) près de Fourmies, est un Établissement et service d’aide par le travail (Esat). Cette structure fait partie du pôle médico-social adulte de l’association Trait d’union. Cette association œuvre, notamment, en faveur des enfants, des adolescents et des adultes en situation de handicap pour contribuer à leur inclusion dans la société. Dans la ferme de Féron, des adultes en situation de handicap mental moyen à léger travaillent dans la création et l’entretien d’espaces verts, dans la production horticole ou encore au centre équestre.

La ferme du Pont de Sains dispose aussi d’une fromagerie, qui fabrique du maroilles. Une trentaine de personnes y travaillent, encadrées par cinq animateurs. Un fromage fabriqué avec du lait collecté chez des producteurs du coin, mis à disposition par Biolait, société spécialisée dans la collecte de lait biologique.

« Nous faisons un fromage au lait cru entier à pâte molle en croûte lavée », insiste David Battesti, moniteur principal de la fromagerie, avant d’ajouter : « C’est ce qu’il y a de plus compliqué à faire en fromagerie, car cela demande beaucoup de rigueur. Nous sommes soumis aux mêmes exigences sanitaires et de qualité que n’importe quel autre producteur. Notre maroilles répond au cahier des charges de l’Appellation d’origine contrôlée (AOP). C’est un fromage reconnu et, pour nous, c’est une fierté ! D’un point de vue commercial, le handicap des fromagers n’est jamais mis en avant. Nos travailleurs sont des fromagers à part entière. »

Un maroilles vendu dans toute la France

Le maroilles de la Ferme du Pont de Sains est commercialisé dans la boutique de la structure, mais pas seulement : « On peut également les trouver dans des enseignes spécialisées dans la bio comme Biocoop, Norabio ou encore Vitafrais. Nous travaillons aussi un peu avec le Marché de Rungis et quelques affineurs fromagers, à Marseille notamment, ainsi qu’avec la grande et moyenne distribution. Ils sont également vendus dans des points de vente directe et distribués dans des réseaux d’Amap (Association pour le maintien de l’agriculture paysanne) », indique le moniteur principal de la fromagerie.

En moyenne, la fromagerie de la ferme du Pont de Sains produit une trentaine de tonnes de maroilles par an. Des flamiches aux maroilles y sont également confectionnées. Et lorsque la période est moins chargée pour le maroilles, les fromagers ont eu l’idée de se lancer dans la confection de… cookies ! « Nous en faisions à l’occasion des portes ouvertes de l’Esat, ça marchait très bien, explique David Battesti. Les travailleurs ont souhaité pérenniser cette activité, donc quand il y a moins de travail en fromagerie, on se met aux biscuits. » Quelque 10 000 biscuits sont ainsi fabriqués par an à la Ferme du Pont de Sains.

Si le handicap des travailleurs n’est pas un argument de vente, dans la fromagerie, tout est mis en œuvre pour s’adapter à la situation de ces fromagers. Ces derniers y apprennent un savoir-faire mais également un savoir-être, « comme se lever à l’heure, travailler en équipe, respecter un règlement…, énumère David Battesti. Ici, la complexité est d’adapter le poste de travail, le moniteur doit s’assurer que les informations sont transmises, mais aussi comprises par nos travailleurs, afin d’atteindre les objectifs de production qui existe comme dans n’importe quelle autre société. »

L’autre ambition de l’Esat est également de préparer les travailleurs handicapés à réintégrer le milieu ordinaire. La structure a, en effet, pour vocation de n’être qu’un lieu de transition. « Pour certains, ils ont déjà eu des expériences difficiles, alors quand ils arrivent à la fromagerie, notre but est qu’ils reprennent un bon départ. Une fois qu’ils gèrent la fabrication du fromage, on les responsabilise. Leur faire confiance, c’est quelque chose qu’on ne leur a pas souvent accordé et cela les valorise, et quand on voit certaines personnes travailler en chantant, on se dit qu’on a réussi. Cette fromagerie, c’est une aventure humaine. »

Lorsqu’un travailleur est prêt et qu’il le souhaite, il peut alors intégrer l’atelier hors les murs : « Il va travailler dans une entreprise extérieure, nous sommes là en soutien pour accompagner l’entreprise dans l’aménagement du poste du travail et il y a un suivi. évidemment, s’il y a un problème, le travailleur peut toujours revenir à l’Esat, précise David Battesti, c’est le genre de prestation que nous aimerions voir se développer mais c’est parfois compliqué de trouver les entreprises partenaires qui acceptent de mettre en place ce dispositif… » Avis aux amateurs ! 

Hélène Graffeuille

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires