Votre météo par ville

« On travaille pour l’avenir du pays et même du monde ! »

31-08-2023

Actualité

#Tracetonsillon

À l’aube de la rentrée scolaire, Thami Amine, chef du service formation et développement de la Draaf, invite à aller à la rencontre des gens.

Thami AMINE, chef du service régional de la formation et du développement, DRAAF Hauts-de-France. © L. T.

La gare est à quelques pâtés de maisons et par-delà les fenêtres, on aperçoit les rails. Thami Amine les emprunte régulièrement, pour naviguer entre son bureau d’Amiens et celui de Lille ou sillonner le territoire des Hauts-de-France à la rencontre des acteurs de l’enseignement agricole.

Perché au 18e étage de la cité administrative, le chef du service régional de la formation et du développement de la Draaf (Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture, et de la forêt, ndlr) aime se nourrir de rencontres, justement. Son parcours en est jalonné, depuis son Maroc natal et les montagnes de l’Atlas. « Je suis le fruit de cette école mixte, entre France et Maroc, qui traduisait une proximité historique, géographique, politique… que je porte. »

Virage professionnel

Ingénieur des eaux et forêts, Thami Amine prend un virage professionnel en 1991 lorsqu’il accepte une mission dans un établissement scolaire de la Sarthe : mettre en place un pôle forestier. Il abandonne son poste de chef du district d’Azrou où il a travaillé sur la régénération naturelle du cèdre de l’Atlas, et opte pour l’enseignement agricole français. « J’ai choisi de consacrer ma carrière à la formation des jeunes, résume-t-il. On travaille pour l’avenir du pays, et même du monde ! Notre rôle est de former les citoyens de demain pour qu’ils soient acteurs de ce monde qui change : c’est ce qui fait l’ADN de ce métier. »

Quelques claques

Thami Amine se balade d’une région à l’autre. Après la Sarthe, il traverse la Gironde puis la Somme où naissent ses quatre enfants. Il va de lycée agricole en lycée agricole, occupe différents postes de direction, gère quelques fusion, rénovation, restructuration d’établissements. « Chaque établissement est un écosystème complexe, riche de ses diversités », dit-il. Il « prend quelques claques, ce qui fait grandir », comme en Haute Corrèze où il assure la fusion administrative, pédagogique et financière de deux établissements dans un territoire très marqué politiquement et complètement opposé au projet. « Le principe de neutralité – un catalyseur exceptionnel – et la qualité de l’équipe ont permis de venir à bout d’une fusion qui devait renforcer l’ancrage de l’enseignement agricole dans ce territoire et rendre pertinente et complémentaire l’offre de formation », se souvient Thami Amine.

Puis il traverse l’océan indien pour rejoindre la Daaf (direction de l’alimentation, l’agriculture et la forêt, ndlr) de l’île de La Réunion. Il travaille sur l’offre de formation, « dans la perspective de favoriser l’élévation des qualifications ». Retour en métropole trois ans plus tard pour un nouveau projet de fusion à Perpignan, avec « une dimension humaine marquée ».

Partir pour grandir

Il retrouve les Hauts-de-France pour la rentrée 2021, une région à laquelle il est attaché, sensible « à l’humanisme du nord de la France. » Pour preuve, il est suivi par ses quatre adolescents, de 16 à 20 ans aujourd’hui ! Pour autant, il les encourage à voir le monde. « Il faut que nos jeunes bougent, exprime le père de famille en englobant tous les élèves, se nourrissent d’expériences et reviennent servir leur territoire. Quand on part, on se confronte à d’autres réalités, ce qui fait grandir. Lorsque l’on connaît l’autre, les barrières tombent, le respect s’impose. »

Unique au monde

Avec sa casquette de chef de service régional de la formation et du développement, Thami Amine fédère l’ensemble des familles de l’enseignement agricole autour d’un même projet. « Quelle que soit la philosophie de ces différentes familles, nous travaillons ensemble dans l’intérêt du jeune et du territoire ». Pour lui, l’enseignement agricole français est « unique au monde dans son organisation et son fonctionnement. » En toile de fond, l’enjeu est stratégique : atteindre la souveraineté alimentaire.

À l’aube de cette nouvelle rentrée scolaire, les effectifs ne sont pas encore connus mais laissent présager une stabilité si ce n’est une légère hausse. Un sujet va mobiliser la communauté éducative, celui du harcèlement scolaire. « La parole va se libérer, espère Thami Amine. Nous nous devons d’écouter, de sensibiliser et de se mobiliser. » Toutefois, dans l’enseignement agricole, « nous avons l’avantage de la taille humaine de nos établissements », conclut-il. 

Louise Tesse

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires