Votre météo par ville

Bio: Marine Coine et le partage comme projet de vie

24-02-2023

Actualité

C’est tout frais

À 35 ans, Marine Coine est à la tête du Biotope, une exploitation maraîchère à Le Quesnoy. Une reconversion pour ses enfants mais aussi pour partager et donner à voir aux gens ce que sont les produits qu’ils achètent.

Marine Coine et Romain Bourgeois. © E. P.

C’est sur son tracteur que Marine Coine arrive. Bien couverte (il fait 2 °C), elle a la poignée de main ferme : celle d’une femme de 35 ans à la tête de son exploitation.

Il y a trois ans, cette ancienne pompière volontaire qui a travaillé à plusieurs postes au sein du Service départemental du Nord d’incendie et de secours, a changé de voie pour l’agriculture. Un choix qu’elle ne regrette pas.

Les enfants en déclencheur

Tout part de petits pots. “Quand mes enfants sont nés en 2013 et 2015, l’idée à commencer à germer de changer de voie pour quelque chose qui avait plus de sens. Je ne voulais pas que mes enfants aient l’image d’une maman qui n’aime pas son travail, raconte-t-elle. Je leur cuisinais leurs petits pots et à la crèche on m’expliquait que les autres gamins en voulaient ! Je me suis dit que je pouvais peut-être faire ça : faire pousser des légumes et en faire des petits pots.”

Elle se rend donc au lycée agricole de Le Quesnoy, où on la fait redescendre sur terre : “ On m’a expliqué que je ne pouvais pas me lancer comme ça et que la transformation, c’était des investissements et des réglementations très lourds. On m’a encouragé à d’abord me former, ce que j’ai fait.” Direction l’institut de Genech pour passer un Brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole.

Le Quesnoy : terre d’accueil

Vient maintenant le problème de trouver un terrain. “Pendant la formation, on nous a bien rappelé que le foncier est un vrai problème. Je me suis dirigée vers Terre de liens qui m’a conseillé de démarcher les collectivités. C’est le CCAS de Le Quesnoy qui a accepté mon dossier.”

Marine Coine se retrouve donc avec 2,98 ha à Le Quesnoy au début de l’année 2020, dont 1 100 m2 sont dédiés aux serres, qu’elle cultive en bio. “Cette année 2020 a été pour moi une année blanche dans le sens où je ne m’étais pas fixé d’objectif de vente. Je voulais tester, voir ce qui était faisable ou non en termes de culture et de moyens humains.”

En 2021, elle décide de commercialiser ses légumes et herbes. Elle est rapidement contactée par l’Amap de Le Quesnoy : “Avant même d’avoir un seul légume, j’avais 25 contrats avec l’Amap.” Une vraie bouffée d’air pour Marine Coine qui trouve à la fois un débouché et un revenu.

Parallèlement, Frédéric Poix, gérant du restaurant la Table de Fred, à Rombies-et-Marchipont, à quelques kilomètres de là, la contacte aussi. Décidément, tout le monde veut de ses légumes !

Rassembler pour expliquer

Arrive 2022 et Marine Coine pratique déjà depuis quelques mois la vente en direct, à une toute petite échelle. Et elle se dit qu’elle n’a qu’à proposer aux producteurs de l’Amap du Quercitain de se joindre à elle. “En fait, je me suis dit que pour les gens c’était bien car ça permettait d’avoir tout en un seul endroit puisqu’à nous cinq on propose des légumes et des fruits, du pain, des produits laitiers et des œufs.” Le Biotope est lancé.

Et depuis peu, la petite équipe propose aussi des champignons avec l’arrivée de Christophe Laurent et Ludivine Denaës (alias Les champignons de la Rhônelle), et des bières grâce à Grégoire Destrehem.

Lire aussi : Insolite : Des champignons bios dans des conteneurs

Tous les vendredis, de 15 h à 19 h, j’ouvre mes portes aux gens pour qu’ils puissent venir acheter leurs produits. Dans l’idée, les producteurs essayent d’être au maximum présents car le but est de pouvoir parler avec les clients, défendre son produit et du coup aussi, il faut le dire, en justifier le prix.”

Une ouverture au public qui nécessite de l’organisation : tous les mardis soir, elle envoie une sorte de newsletter par SMS aux clients qui ont laissé leur numéro. “J’y donne des nouvelles de l’exploitation et je présente les producteurs qui seront présents. Je donne aussi la composition du panier de légumes à 15 € que je propose chaque semaine.”

Ce temps qu’elle consacre à la vente directe, pour Marine Coine, c’est du temps de qualité : “Une vraie communauté Biotope s’est créée. Les clients se sont identifiés à la ferme et prennent des nouvelles quand il y a des intempéries ! Je ne m’y attendais pas du tout. Aujourd’hui, il y a des clients que je tutoie, avec qui on est même allé se faire un resto ! J’ai le sourire et eux aussi.”

Ouvrir son exploitation aux petits comme aux grands

Toujours dans cet objectif de partager et donner à voir la réalité du quotidien d’agriculteur, Marine Coine accueille depuis le début des stagiaires issus de la formation qu’elle a elle-même réalisée il y a quelques années, comme Romain Bourgeois, son troisième stagiaire. “Ça a tout de suite fait partie de mon projet. Je voulais transmettre, partager car pour moi il faut démocratiser ce métier de maraîcher pour qu’il se développe.”

Dans la même lignée, en avril 2022, elle a accueilli trois classes de CP de l’école Chevray de Le Quesnoy. “On a fait un tour de plaine, puis un atelier découverte des graines et plantations.” En septembre 2022, ce sont cette fois 70 élèves de CM2 de l’école Chevray qui sont venus ramasser les courges le matin et qui, l’après-midi, ont cuisiné à l’école avec Frédéric Poix, un velouté de courges et des cookies à la courge.

Ce genre d’événements, Marine Coine veut les multiplier et à terme, peut-être être labellisée “Savoir vert”.

Enfin, et parce que Marine Coine ne s’arrête jamais, l’exploitation accueillera le 20 mai prochain une soirée en partenariat avec la Communauté de communes du Pays de Mormal. “Il y aura d’abord une pièce de théâtre, Comme un écho, de la compagnie 2L, suivie d’un petit concert.” Grégoire Destrehem sera de la partie, ainsi que Thomas Coussement et son food truck. L’objectif de la jeune agricultrice est toujours le même : partager, partager, partager.

Marine Coine en quatre dates

2019. Reconversion et obtention d’un brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole.

2020. Le CCAS lui loue un terrain à Le Quesnoy.

2021. Début de la commercialisation de ses produits.

2022. Lancement du Biotope et accueil de son troisième stagiaire, Romain Bourgeois (photo).

Eglantine Puel

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires