Votre météo par ville

Fruits et légumes : Booster la filière régionale

02-12-2021

Actualité

Consommation

L’interprofession des fruits et légumes frais s’implante en région. Objectif : promouvoir la consommation de fruits et légumes, moins élevée en moyenne que dans le reste de la France et structurer la filière pour porter collectivement les messages auprès des pouvoirs publics.

© V.CH.

Rappeler les objectifs de l’interprofession déclinés en région et aussi diffuser les chiffres issus de l’enquête Kantar menée dans les Hauts-de-France pour mieux connaître la consommation des fruits et légumes par ses habitants (voir en page 5) : c’était les deux objectifs d’un événement organisé le 25 novembre à Lille par le comité régional d’Interfel Hauts-de-France, dans le cadre de l’Année internationale des fruits et légumes initiée par l’ONU.

Améliorer l’attractivité

Crée il y a deux ans, le comité régional d’Interfel a pour mission de décliner localement les orientations prises au niveau national par l’interprofession des fruits et légumes frais. Jean-Marc Brodbeck, primeur au Touquet (62) et fraîchement réélu président du comité régional d’Interfel Hauts-de-France, a présenté les grands axes de travail de l’organisation.

Parmi les attributions du comité régional : la communication vis-à-vis du grand public. « Nous avons des atouts à faire valoir : nos produits sont bruts et naturels et ils sont bons pour la santé », revendique le président. Mais il reste du travail : les habitants des Hauts-de-France mangent en moyenne moins de fruits et légumes qu’au niveau national. De plus, leur consommation est également inférieure aux recommandations du programme national « nutrition santé ».

Autre objectif : améliorer la visibilité et l’attractivité de la filière des fruits et légumes frais. « Le secteur représente 8 400 emplois dans la région. En 2022, nous savons déjà que les différents maillons de la filière vont chercher à recruter près de 1 000 salariés. » Le responsable s’attend à des difficultés sur ce point : « Il faut valoriser nos métiers et les possibilités d’évolution qui existent. » Le comité souhaiterait voir se développer l’offre de formation. « Il n’y a qu’un CAP primeur proposé dans la région. »

Messages politiques

Le comité entend être l’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics. La soirée, en présence de la vice-présidente du conseil régional en charge de l’agriculture Marie-Sophie Lesne, a été l’occasion de faire passer des messages. « La France importe la moitié des fruits et légumes qu’elle consomme », a regretté Jean-Pierre Delannoy, vice-président d’Interfel, qui a interpelé cette dernière sur le manque de compétitivité de la filière française. Il a notamment pointé du doigt certaines réglementations telle que la loi sur la fin des emballages plastiques, qui doit rentrer en vigueur au 1er janvier 2022 : « Nous devons avoir les mêmes règles que les autres pays européens. » Et de s’étonner que la France ne parvienne pas à mettre en œuvre la distribution d’un fruit chaque jour aux écoliers : « Ça marche dans plusieurs pays d’Europe mais nous avons l’art de tout compliquer ! »

Le comité régional devait organiser en septembre le premier festival des fruits et légumes. Il a finalement été reporté à 2022, en attendant des jours meilleurs sur le front sanitaire.

Virginie Charpenet

Lire aussi : Conserverie : Justine Frysztak pimpe les légumes des Hauts-de-France 

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Organisation : Être actif dans le changement
Organiser son travail, ça s'apprend mais cela demande de changer ses habitudes et de se remettre en question. À condit [...]
Lire la suite ...

Dephy : Quel avenir pour la réduction des phytos ?
Dans le cadre du dispositif Dephy Hauts-de-France, partie intégrante du plan Ecophyto II du gouvernement se tenait, mar [...]
Lire la suite ...

Méthanisation : Simple comme un jeu de piste
Élèves au lycée agricole de Tilloy-lès-Mofflaines, les cinq membres de l'équipe « Clémentine » ont remporté l [...]
Lire la suite ...

Publireportage : la chips au chaudron made in Hauts-de-France
Fondée en 2018 par Julie et Stéphane Gérard, l'entreprise So Chips, installée dans l'Oise à Longueil-Sainte-Marie, [...]
Lire la suite ...

L’ostéopathie met la patte sur les bovins 
Élodie Landure est vétérinaire équin à Frencq (62). Récemment diplômée d'ostéopathie, elle prodigue des soins d [...]
Lire la suite ...

Sapins : Une seconde vie après Noël 
Chaque année, Gaëtan Doisy, agriculteur aux Rues-des-Vignes (59), propose aux particuliers de replanter leurs sapins d [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires