Votre météo par ville

Fung feed va faire manger des insectes à vos animaux de compagnie

27-02-2020

Actualité

Hors-champ

Alors que la start-up Ynsect est en train de construire, en périphérie d’Amiens, ce qui deviendra la plus grande usine d’élevage à insectes au monde, d’autres entreprises se lancent sur le créneau des insectes. Dans les Hauts-de-France, c’est le cas de Fung feed.

À gauche, les croquettes, à droite les insectes ! © DR

Fung feed, c’est l’histoire d’un ingénieur devenu entrepreneur en quête de sens dans son travail. Un jour, Pierre Butruille prononce comme une boutade : “Je vais élever des insectes ». Cette phrase lancée en l’air n’est pas restée sans suite.

Pierre Butruille commence à faire des recherches, assiste à des conférences, rencontre des éleveurs, des personnes qui travaillent déjà dans ce milieu. Le projet se dessine. Il intègre l’incubateur d’Euratechnologies en mai 2018, puis lance son entreprise et son élevage d’insectes un an plus tard.

Nourris aux champignons “moches”

Ces larves de ténébrion meunier, il les élève à deux pas d’un élevage de champignons, la Ferme de la Gontière, à Comines (59). Un emplacement stratégique : Pierre Butruille récupère les champignons “moches », invendables, pour en nourrir, en complément de coproduits de céréales, ses insectes. Ces petites larves qui ne prennent pas de place sont goulues : en neuf à dix semaines, le temps qu’il leur faut pour arriver à maturité, elles mangent trois fois leur poids !

Champignons, coproduits de céréales… les larves sont gourmandes. © DR

Tout de suite, j’ai exclu de produire pour l’alimentation humaine, car le marché n’est pas encore mûr et la législation en train de se construire », explique cet entrepreneur de 51 ans. Il choisit de se concentrer sur la production de larves pour l’alimentation animale.

Avec sa petite équipe, il étudie alors les marchés pour les poissons, les volailles, les porcs, les animaux de compagnie et même les reptiles. “Au fur et à mesure des salons que nous avons faits, on s’est recentré sur les chiens et les chats. On sent qu’il y a une attente. »

Fabrication des croquettes

Une fois maîtrisées les bases de l’élevage d’insectes, il se rapproche du centre technique agroalimentaire Adrianor, dans l’Arrageois, pour faire des expérimentations, puis de Sayens, à Dijon, pour développer la fabrication de croquettes. Cette nouvelle étape conclue, Pierre peaufine son process, dépose des brevets et se rapproche d’un fabricant, en Bretagne, pour la production des croquettes.

Il est désormais en phase de production. Depuis quelques jours, vous pouvez trouver son premier produit chez les vétérinaires : des croquettes pour chat hypoallergéniques, avec 40 % de protéines, provenant à 85 % d’insectes. Le tout, made in France.

L’équipe peaufine désormais une pâtée pour chat et une nouvelle gamme de croquettes, un peu moins protéinées et donc moins chers, qui seraient distribuées dans des magasins spécialisés.

Pierre Butruille, fondateur de Fung feed. © DR

D’ici à la fin de l’année, on espère produire une tonne de larves par mois. Ce qui permettrait de réaliser 12 à 15 tonnes de croquettes par an. Et d’ici trois ans, multiplier ce chiffre par dix. On a développé le savoir-faire, le process. C’est aujourd’hui une question de moyens. »

Pierre Butruille

Pierre Butruille rêve de devenir le leader de la croquette et pâtée pour animaux de compagnie à base d’insectes en France. Il prépare une levée de fonds de 500 000 euros pour lui permettre de mener à bien ses projets. Il est aussi à la recherche d’investisseurs privés et de “business angels”.

Claire Duhar

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires