Votre météo par ville

La vie sauvage, îlot de vie dans un village « coupé du monde »

10-06-2020

Actualité

Hors-champ

Installés à Eppe-Sauvage (59), près du Val-Joly dans l’Avesnois, Pierre Ginis et Aurélie Sarrazyn tiennent La vie Sauvage, un café-rando, médiathèque, épicerie aux multiples possibilités. Une botte secrète salutaire lors du confinement. Ils témoignent.

Pierre Ginis et Aurélie Sarrazyn © DR

« Dans les deux, trois semaines qui ont suivi la fermeture des cafés, nous avons décidé de développer notre service d’épicerie, plus réduit en temps normal. L’idée était de dépanner les gens du village et aussi de s’occuper ! On a fait du dépôt de pain pour aider un peu le boulanger débordé, on s’est mis à vendre le surplus de L’orée du bois, la ferme-auberge d’à côté, ses œufs notamment.

À lire aussi : L’épicerie ou La vie sauvage, portrait d’un bistrot de campagne pas si sauvage

On a aussi proposé des partenariats avec une Amap pour vendre les légumes qu’elle n’arrivait pas à écouler et enfin, on a travaillé avec la boucherie d’Ohain. »

« Ce café est là aussi pour rendre service »

« Finalement, pendant ce confinement, le village a été fermé au monde, d’un seul coup. Je crois que c’est moi qui me suis le plus déplacé ! Mais ça aura eu l’avantage de faire venir des habitants qui n’avaient encore jamais poussé la porte de La vie sauvage. Ils ont découvert le lieu, de bons produits… Certains reviendront, ils ont l’impression de nous devoir quelque chose. Alors que pas du tout, ce café, il est là aussi pour ça ! D’autres, je pense, reprendront leurs habitudes, comme avant. »

Reprise euphorique

« Pour la réouverture, on avait énormément misé sur notre terrasse, pas de chance, il a plu. Malgré tout il y a eu pas mal de gens aux rendez-vous, c’était assez euphorique. On a été super touchés de tout le soutien que l’on a eu : je pense par exemple à ce petit couple de 83 et 85 ans qui est venu avec des amis dès le vendredi soir pour célébrer notre réouverture… Pourvu que ça dure cet été. On se demande bien si le tourisme va fonctionner normalement, on compte un peu sur les chemins de rando qui passent à côté. »

Propos recueillis par Agathe Villemagne

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le Civam Hauts-de-France dévoile ses formations pour l’automne
Le Civam (réseau des centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural) vient de dév [...]
Lire la suite ...

La foire de l’ail de Locon annulée, mais la vente maintenue
La foire de l’ail de Locon (62) n’aura pas lieu, à cause des restrictions sanitaires. Mais une vente d&rsqu [...]
Lire la suite ...

Abattoirs : le conseil scientifique Covid-19 suggère un dépistage systématique des salariés
Dans son avis publié le 3 août 2020, le Conseil scientifique Covid-19 suggère qu’en cas d’« alerte épidémiolo [...]
Lire la suite ...

En image : des ananas transitent de l’Equateur à Dunkerque
Le 3 août 2020 au matin, 400 tonnes d’ananas ont débarqués à Dunkerque avant d’être acheminés vers les [...]
Lire la suite ...

Bonduelle sauve la mise malgré la crise
Le groupe Bonduelle affiche une progression de son chiffre d’affaires 2019-2020 de 2,8 % à 2,85 millions d’ [...]
Lire la suite ...

124 communes reconnues en état de calamité pour excès d’eau : la liste
Les exploitations du Boulonnais et du Calaisis, dont les parcelles ont reçu des trombes d'eau à l'automne, peuvent pr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires