Votre météo par ville

Mariages : l’amour ne sera pas le seul à devoir patienter

23-04-2020

Actualité

Hors-champ

Au printemps, le pire moment. Confinement oblige : tous les mariages sont, pour l’instant, annulés. Pour combien de temps ? Les propriétaires de salles en milieu rural, comme les tourtereaux, rongent leur frein.

« 60 % des événements sont reportés, ce qui va créer des embouteillages pour l’année suivante. Pour les baptêmes et les soirées, les gens renoncent carrément », témoigne Gaston Lemaire © Pixabay

À Isbergues, dans le Pas-de-Calais, chez Flore et Wilfried, tout est à l’arrêt : « Les faire-part son prêts, mais on n’a pas donné le feu vert à l’imprimeur », explique le couple. Quant à la décoration de table, qui devait être entièrement élaborée à la main, la vague créative de la future mariée a pris un bon coup sur la tête. « Nous devons nous marier le 22 août dans une ferme près d’ici », souffle-elle. Une date lointaine et proche à la fois.

« Qui sait dans quelles conditions nous pourrons le faire ? On a retourné le problème dans tous les sens : une simple cérémonie à la mairie, avec une retransmission sur tablette pour les personnes âgées ? Un report de la fête, mais pour quand…? » Malgré son impatience, la jeune femme relativise : « Au moins on pourra économiser plus pour la fête !»

Si le déconfinement du 11 mai devrait permettre une autorisation des noces, celles-ci se dérouleront dans la plus stricte intimité, avec les témoins et les plus proches parents. Pour vraiment faire la fête, il faudra encore patienter.

« La fête d’une vie »

Démunis, les propriétaires de salles à la campagne – milieu bucolique privilégié pour célébrer l’amour – le sont tout autant : « Que voulez-vous ?, lâche Gaston Lemaire, d’un air grave. C’est foutu, c’est tout. » Ses deux salles de la Ferme de l’Épinette, à Nieppe (59), n’ont jamais été aussi désertes : baptêmes, mariages, anniversaires, soirées étudiantes, tout est annulé jusqu’en juillet. « 60 % des événements sont reportés, ce qui va créer des embouteillages pour l’année suivante. Pour les baptêmes et les soirées, les gens renoncent carrément. »

À Cucq, sur la côte, c’est le même désarroi. « Nous avons 20 % de mariages annulés », regrette Christophe Dusannier, agriculteur à la Ferme de la Fromentière. Dans ces cas-là, il se voit obligé de rembourser les futurs mariés pour « cas de force majeure ».

Certains clients acceptent de reporter l’événement aux calendes grecques, jusqu’à février 2021. « Ils n’ont pas le choix, c’est la fête d’une vie. » Côté financier, l’agriculteur, en polyculture, estime déjà ses pertes à hauteur de 10 000 à 15 000 euros. « Sans compter que tous les mariages reportés représentent des créneaux disponibles en moins pour les années futures. »

Du côté de Clairmarais (62), l’accélération des reports commence aussi à poser problème pour Charles Canler à la Ferme de l’Abbaye. La quinzaine de mariages reportés peine à faire son trou dans le calendrier déjà bien chargé de cet agriculteur en polyculture et diversification : « Le printemps 2021 est presque déjà complet, ça commence à être dur à gérer, alors certains optent pour des mariages d’hiver, ou en semaine. La saison prochaine va être extrêmement chargée ! »

La Ferme de l’Abbaye, à Clairmarais. © Ferme de l’Abbaye

Concernant le déconfinement, si cet agriculteur attend les recommandations du gouvernement avec impatience, il se demande encore comment il pourra les appliquer : « Est-ce que l’on se considère comme restaurant ? Salle de spectacles ? On ne rentre dans aucune case, comme pour percevoir des aides d’ailleurs ! » Lui devra d’ores et déjà renoncer à 20 000 ou 30 000 euros de chiffre d’affaires.

Prestataires en galère

Malgré tout, compréhensifs, les propriétaires sont surtout inquiets pour les prestataires, en particulier les traiteurs avec qui ils travaillent habituellement : « Ils ont parfois jusqu’à 12 salariés… Certains risquent de devoir mettre la clé sous la porte…», redoute Gaston Lemaire.

« C’est pour soutenir le traiteur qui vient de lancer son activité de location de salles que nous avons choisi de ne pas reporter en 2021 », confie Quentin, en métropole Lilloise. Le futur marié, qui s’apprêtait à dire « oui » le 30 mai a fait le choix d’un mariage en septembre, un vendredi, à Leers (59): « L’idée c’était de ne pas leur prendre un créneau en 2021 et surtout, qu’ils puissent rentrer le montant de la prestation sur la trésorerie de 2020 pour ne pas les handicaper encore plus ! » Mais, il l’avoue : « On a passé pas mal de nuits blanches… »

Et l’inquiétude n’est pas prête de retomber : « On le sait, en septembre, il va falloir continuer à respecter les gestes barrière. Pour ma compagne, la présence de ses grands-parents est essentielle, il faudra être extrêmement vigilants avec eux, on ne sera pas là pour prendre la température des gens, il va falloir compter sur la citoyenneté de chacun. »

Une autre question le taraude : « Pourra-t’on encore s’embrasser ? » Ce « foutu virus » aura décidément tout bouleversé.

Agathe Villemagne

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Moissons : l’une des plus faibles récoltes de blé depuis 2004
Le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste) a annoncé le 7 juillet 2020 une moisson « en fort re [...]
Lire la suite ...

Un plan de relance à 1,3 milliard d’euros pour les Hauts-de-France
Le conseil régional a voté le 30 juin un plan de relance de 1,3 milliard d'euros pour aider les entreprises des Haut [...]
Lire la suite ...

Qualité de l’air : les résidus de pesticides sous surveillance
De juin 2018 à juillet 2019, la France a surveillé les résidus de pesticidesprésents dans l'air. Dans les Hauts-de [...]
Lire la suite ...

Qui est Julien Denormandie, le nouveau ministre de l’Agriculture ?
À quelques jours près, Didier Guillaume n’aura pas eu le temps de finaliser sa réforme de la gestion des risque [...]
Lire la suite ...

La fédération Norlink portée sur les fonts baptismaux
Fédérer les ports mais aussi tous les acteurs des chaînes logistiques de la région Hauts-de-France pour répondre au [...]
Lire la suite ...

Plus d’une poule pondeuse sur deux élevée en plein air
La filière des œufs a atteint cette année son objectif de 50 % de poules élevées en système alternatif, avec deux [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires