Votre météo par ville

Mariages : l’amour ne sera pas le seul à devoir patienter

23-04-2020

Actualité

Hors-champ

Au printemps, le pire moment. Confinement oblige : tous les mariages sont, pour l’instant, annulés. Pour combien de temps ? Les propriétaires de salles en milieu rural, comme les tourtereaux, rongent leur frein.

60 % des événements sont reportés, ce qui va créer des embouteillages pour l’année suivante. Pour les baptêmes et les soirées, les gens renoncent carrément », témoigne Gaston Lemaire © Pixabay

À Isbergues, dans le Pas-de-Calais, chez Flore et Wilfried, tout est à l’arrêt : “Les faire-part son prêts, mais on n’a pas donné le feu vert à l’imprimeur », explique le couple. Quant à la décoration de table, qui devait être entièrement élaborée à la main, la vague créative de la future mariée a pris un bon coup sur la tête. “Nous devons nous marier le 22 août dans une ferme près d’ici », souffle-elle. Une date lointaine et proche à la fois.

Qui sait dans quelles conditions nous pourrons le faire ? On a retourné le problème dans tous les sens : une simple cérémonie à la mairie, avec une retransmission sur tablette pour les personnes âgées ? Un report de la fête, mais pour quand…?” Malgré son impatience, la jeune femme relativise : “Au moins on pourra économiser plus pour la fête !»

Si le déconfinement du 11 mai devrait permettre une autorisation des noces, celles-ci se dérouleront dans la plus stricte intimité, avec les témoins et les plus proches parents. Pour vraiment faire la fête, il faudra encore patienter.

“La fête d’une vie”

Démunis, les propriétaires de salles à la campagne – milieu bucolique privilégié pour célébrer l’amour – le sont tout autant : “Que voulez-vous ?, lâche Gaston Lemaire, d’un air grave. C’est foutu, c’est tout.” Ses deux salles de la Ferme de l’Épinette, à Nieppe (59), n’ont jamais été aussi désertes : baptêmes, mariages, anniversaires, soirées étudiantes, tout est annulé jusqu’en juillet. “60 % des événements sont reportés, ce qui va créer des embouteillages pour l’année suivante. Pour les baptêmes et les soirées, les gens renoncent carrément.”

À Cucq, sur la côte, c’est le même désarroi. “Nous avons 20 % de mariages annulés », regrette Christophe Dusannier, agriculteur à la Ferme de la Fromentière. Dans ces cas-là, il se voit obligé de rembourser les futurs mariés pour “cas de force majeure ».

Certains clients acceptent de reporter l’événement aux calendes grecques, jusqu’à février 2021. “Ils n’ont pas le choix, c’est la fête d’une vie.” Côté financier, l’agriculteur, en polyculture, estime déjà ses pertes à hauteur de 10 000 à 15 000 euros. “Sans compter que tous les mariages reportés représentent des créneaux disponibles en moins pour les années futures. »

Du côté de Clairmarais (62), l’accélération des reports commence aussi à poser problème pour Charles Canler à la Ferme de l’Abbaye. La quinzaine de mariages reportés peine à faire son trou dans le calendrier déjà bien chargé de cet agriculteur en polyculture et diversification : “Le printemps 2021 est presque déjà complet, ça commence à être dur à gérer, alors certains optent pour des mariages d’hiver, ou en semaine. La saison prochaine va être extrêmement chargée ! »

La Ferme de l’Abbaye, à Clairmarais. © Ferme de l’Abbaye

Concernant le déconfinement, si cet agriculteur attend les recommandations du gouvernement avec impatience, il se demande encore comment il pourra les appliquer : “Est-ce que l’on se considère comme restaurant ? Salle de spectacles ? On ne rentre dans aucune case, comme pour percevoir des aides d’ailleurs !” Lui devra d’ores et déjà renoncer à 20 000 ou 30 000 euros de chiffre d’affaires.

Prestataires en galère

Malgré tout, compréhensifs, les propriétaires sont surtout inquiets pour les prestataires, en particulier les traiteurs avec qui ils travaillent habituellement : “Ils ont parfois jusqu’à 12 salariés… Certains risquent de devoir mettre la clé sous la porte…», redoute Gaston Lemaire.

C’est pour soutenir le traiteur qui vient de lancer son activité de location de salles que nous avons choisi de ne pas reporter en 2021 », confie Quentin, en métropole Lilloise. Le futur marié, qui s’apprêtait à dire “oui” le 30 mai a fait le choix d’un mariage en septembre, un vendredi, à Leers (59): “L’idée c’était de ne pas leur prendre un créneau en 2021 et surtout, qu’ils puissent rentrer le montant de la prestation sur la trésorerie de 2020 pour ne pas les handicaper encore plus !” Mais, il l’avoue : « On a passé pas mal de nuits blanches…”

Et l’inquiétude n’est pas prête de retomber : “On le sait, en septembre, il va falloir continuer à respecter les gestes barrière. Pour ma compagne, la présence de ses grands-parents est essentielle, il faudra être extrêmement vigilants avec eux, on ne sera pas là pour prendre la température des gens, il va falloir compter sur la citoyenneté de chacun.”

Une autre question le taraude : “Pourra-t’on encore s’embrasser ?” Ce “foutu virus” aura décidément tout bouleversé.

Agathe Villemagne

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Pévèle : Suite aux orages de grêle, visite sur le terrain pour une demande de reconnaissance ISN
Le 9 juillet, la Pévèle était touchée par la grêle. La DDTM s'est rendue ce 17 juillet sur le terrain pour évalu [...]
Lire la suite ...

Numéro 373 : 12 juillet 2024

Série de l’été : La Lys et sa vallée alluviale (3/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Climat. Antoine Rabain (Geckosphere), apôtre de la neutralité carbone
À 43 ans, Antoine Rabain est à la tête de Geckosphère. Il met son expertise sur le climat au service de ceux qui veu [...]
Lire la suite ...

Agence de l’eau : Isabelle Matykowski nommée directrice générale
Isabelle Matykowski a été nommée directrice de l'Agence de l'eau Artois-Picardie. À l'occasion de sa prise de foncti [...]
Lire la suite ...

À Lorgies, Le Pôle Légumes recense sa biodiversité
Quelles sont les infrastructures agroécologiques les plus bénéfiques à la biodiversité ? La production agricole es [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires