Votre météo par ville

Nature : Garder la pêche parmi les priorités

07-07-2022

Actualité

Nature

Entre transmission et préservation, les pêcheurs manquent de moyens et parfois de soutien face aux défis de la protection des cours d’eau. Le point avec Bruno Paris, président d’une société de pêche.

Les sociétés de pêche assurent la ” police de l’eau “, surveillent la qualité de l’eau et contrôlent les permis de pêche. © S.Leitenberger

Autrefois activité nourricière, aujourd’hui passion, souvent méconnue, la pêche à la ligne est un milieu rassemblant plus de 1,5 million d’adhérents. Ce qui la place comme deuxième fédération Française en termes d’adhérents.

Au cœur de l’Avesnois, le long des berges du canal de la Sambre, zoom sur les actualités de cette pratique millénaire… En 54 ans de pêche, Bruno Paris, président de la société de pêche de Berlaimont-Aulnoye-Leval depuis 2015, a eu le temps de voir évoluer la pratique. Aujourd’hui de nouvelles questions viennent se poser par rapport à l’avenir de cette passion.

Un prix de permis trop élevé

Hélas avec les quelques 500 adhérents et 15 bénévoles de son association, ce n’est pas à son échelle que se prennent les décisions : les associations agréées de pêche et de protection des milieux aquatiques (AAPPMA) dépendent d’une fédération nationale de la pêche qui coordonne et subventionne les différentes sociétés tout en s’assurant du respect de la législation qui permet aux AAPPMA d’être subventionnées par les municipalités, de bénéficier d’aides administratives ou encore de former des gardes qui assurent la ” police de l’eau “, surveillent la qualité de l’eau et contrôlent les permis de pêche.

Pour Bruno Paris, c’est justement le coût de ce permis qui ferme le milieu aux seuls passionnés prêts à débourser les 80 euros annuels pour pouvoir pêcher. “Quelqu’un souhaitant seulement s’essayer à la pêche ne dépensera pas une telle somme”, estime-t-il. Il existe bien des permis journaliers mais, là encore, le prix est prohibitif. “C’est le même prix que celui demandé pour une journée de pêche à la truite en étang privé où le pêcheur sera assuré de revenir avec au moins une ou deux truites”, affirme-t-il.

Mission de protection de l’eau

Les sociétés de pêche doivent donc assurer une mission de protection des milieux aquatiques (PMA). Elles travaillent notamment sur deux sujets : la lutte contre les dépôts sauvages et celle contre les nuisibles. “Nos associations ont de quoi se sentir bien impuissantes devant ces deux problématiques, déplore le responsable. La principale difficulté avec les dépôts sauvages est que n’étant que locataires des berges, nous ne pouvons pas déposer plainte. Nous pouvons seulement en référer aux voies navigables de France (VNF) et aux municipalités”.

La présence de certaines espèces pose aussi problème aux pêcheurs. “Il y a notamment les cormorans qui dévastent nos frayères et sont protégés par une loi, comme tous les oiseaux de nos littoraux, ce qui rend difficile l’obtention de quotas de chasse”, souligne Bruno Paris. Viennent s’ajouter les espèces piscicoles invasives comme les gobies à taches noires qui envahissent les cours d’eau, au détriment de la faune existante. “Depuis la réouverture de nos canaux à la navigation, les gobies suivent les plaisanciers depuis la Hollande et la Belgique et pullulent dans nos canaux, y trouvant des conditions de reproduction favorable “, désespère le pêcheur.

Un point positif cependant : ” La qualité de l’eau s’est nettement améliorée depuis les 40 dernières années, permettant le retour d’espèces comme les chevesnes et les goujons”, constate le pêcheur.

Transmettre et peser dans les décisions

Au-delà de la création de frayères artificielles et de l’entretien des berges, “la principale mission des AAPPMA est la transmission”, martèle le président. Cette transmission des techniques et des valeurs aux plus jeunes passe par exemple par des animations pêche avec les centres aérés.

“Si l’on veut que des décisions soient prises dans le sens de nos sociétés de pêche, il faudrait qu’elles aient un poids politique, aujourd’hui quasiment inexistant”, considère Bruno Paris. Pour lui, l’absence de ce poids politique est essentiellement due au fait que “la pêche est un loisir populaire, contrairement à la chasse par exemple qui, du fait de son coût plus élevé, s’est développée au sein de certaines élites ayant plus d’influence”.

Bastien Lekieffre

Lire aussi : Tourisme : Il sauve le corps de ferme de son enfance

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Marc Dufumier : « L’agroécologie est avant tout un concept scientifique »
Celui qui était un productiviste convaincu prône un changement urgent des pratiques agricoles, s'appuyant sur l'agroé [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels sont les programmes ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez en huit point [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour la sécurité intérieure ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour l’immigration ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour le logement ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour l’agriculture ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires