Votre météo par ville

Sapins : Une saison qui se joue en un mois

01-12-2022

Actualité

Culture

C’est officiel : la saison des fêtes a commencé. Après les cadeaux, il est temps de penser au menu et au sapin. À la pépinière Thieffry, pendant un mois, le sapin est roi et au cœur de l’activité. 2 000 arbres sont écoulés en un mois.

Christophe Rouzé, Marie-Agnès Rouzé et Jean-Michel Thieffry dédient la quasi totalité de leur temps aux sapins à cette période. ©E. P.

« Ça sent bon. » C’est la première réaction que l’on a au milieu d’une des parcelles de sapins à Chéreng (59), propriété de la pépinière Thieffry.

Fondée en 1898 par leur grand-père, l’exploitation est toujours aux mains de la famille. Elle a été reprise par Marie-Agnès Rouzé (anciennement Thieffry) et Jean-Michel Thieffry. Et rejoint par Christophe Rouzé, époux de Marie-Agnès.

C’est ce trio qui est aux manettes de cette exploitation à la fois fermière (avec un cheptel d’une trentaine de vaches charolaises ainsi que quelques hectares de maïs, blé et des pâtures) et horticole avec la pépinière, qui représente l’essentiel de l’activité.

La fraîcheur avant tout

« Nous produisons des variétés locales comme le bouleau, le noisetier, le charme, le hêtre… Mais nous sommes spécialisés dans le peuplier (grâce auquel ils participent au reboisement de terres forestières, entre autres, ndlr) et le sapin », détaille Marie-Agnès Rouzé.

Ce dernier représente 30 % du chiffre d’affaires de la pépinière. 30 %, qui se font quasiment en un seul mois, entre le 20 novembre et le 15 décembre, autrement dit maintenant, avec en moyenne 2 000 sapins vendus sur cette période.

Mais certains achètent leur sapin complètement hors saison… « On est régulièrement contacté par des photographes de mode qui souhaitent des sapins pour réaliser les photographies pour les campagnes des collections d’hiver, par exemple, et qui ont donc besoin d’un sapin… au mois d’août ! »

Pour ces demandes particulières, comme pour la saison des fêtes, la pépinière Thieffry, « déterre les sapins au dernier moment et au fur et à mesure, en fonction des commandes et de la demande », explique Christophe Rouzé.

L’objectif : « Que lorsque les clients rentrent avec leur arbre, celui-ci ne perde pas ses aiguilles au bout de quelques jours. Le but est qu’ils aient un arbre bien frais. »

« Ça nous rajoute du travail c’est sûr. On pourrait dès le début du mois de novembre déterrer les sapins et les stocker… Mais on privilégie la qualité et la satisfaction client », ajoute Marie-Agnès Rouzé.

Un travail qui paye puisque le trio semble détecter une légère augmentation de son activité depuis quelques années. « On récupère des clients qui ont parfois été déçus de sapins achetés en grande surface ou en jardinerie et qui ont perdu leurs aiguilles très vite », analyse Christophe Rouzé.

La pépinière propose à la vente à la fois des sapins sur bûche et des sapins en motte, qui peuvent être repiqués. Si cette dernière option n’est pas la plus populaire, là aussi elle a tendance à augmenter. « Il y a une envie de retour à la tradition je crois », indique Jean-Michel Thieffry.

Trois sapins, trois caractéristiques

© E.P

La pépinière Thieffry propose trois types de sapin : le Picéa excelsa, ou le sapin traditionnel par excellence, bien vert avec une forte odeur. Problème « il perd ses aiguilles relativement rapidement et pique ».

Deuxième option, le Picéa omorika, cousin du premier. Là, le revers des aiguilles est bleuté et l’odeur moins présente mais « il perd beaucoup moins ses aiguilles et pique peu ».

Enfin, le plus vendu, l’Abies Nordmann : ne pique pas, garde bien ses aiguilles et est bien vert. En revanche « il ne sent rien ». Ce dernier est le dernier « ajout », même s’il commence à dater, de la pépinière face à la demande et pour offrir aux clients un choix élargi.

Mais bientôt, normalement pour Noël 2023, la pépinière Thieffry proposera l’Abies fraseri qui tient bien ses aiguilles, est vert et surtout sent bon.

Une croissance de cinq à six ans

Grâce à cette machine, la pépinière Thieffry propose de ramener son sapin en motte. © EP

Par ailleurs, le trio propose des sapins allant de 60 cm à 2,5 m de hauteur. « On va même jusqu’à 5 voire 6 m pour les collectivités ! »

Une diversité de taille qui nécessite une certaine organisation. « Nous avons un roulement entre trois et quatre parcelles pour avoir un peu de toutes les tailles. Sachant que l’on repique tous les ans environ 2 000 pieds. À partir de trois-quatre ans on commence déjà à avoir des arbres d’une bonne taille mais il faut attendre cinq-six ans pour les plus grands », explique Christophe Rouzé.

La taille la plus demandée : 1,75 m. « Mais on a régulièrement des gens qui veulent des sapins de 2,5 m ! Même s’ils doivent parfois couper la tête… », plaisante Marie-Agnès Rouzé. Et le couple d’ajouter : « Il y a des sapins qu’on ne trouve pas, personnellement très beaux, mais qui plaisent à des clients. C’est ça notre but : offrir une grande diversité de sapins pour que chacun y trouve son bonheur. D’ailleurs, nous mettons les sapins en filet après l’achat, afin que les clients puissent bien voir leur arbre avant. »

Conseils pratiques

Pour ce qui est de la conservation du sapin, la pépinière Thieffry conseille de manière générale de les éloigner le plus possible des sources de chaleur et « de les installer le plus tard possible finalement ». Pour ceux en motte, de les arroser régulièrement et ne pas attendre trop longtemps après Noël pour les replanter.

À noter qu’au-delà d’1,50 m de hauteur, le Nordmann ne peut pas être vendu en motte car ses racines pivotantes ne le permettent pas. Pour ceux sur bûche, il est conseillé de les vaporiser de temps en temps d’eau.

Eglantine Puel

La pépinière Thieffry se situe 13, rue du Général Leclerc à Chéreng. Plus de renseignements au 03 20 41 10 08.

Lire aussi : Réveillon de Noël : Des fruits de mer locaux et de saison

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires