Votre météo par ville

Un an pour bichonner les hérissons

23-04-2020

Actualité

Hors-champ

Pour 2020, le titre d’espèce de l’année a été décerné par la LPO au très discret hérisson. Un temps consacré à mieux faire connaître le mammifère pour le protéger davantage. Et si on refaisait les présentations ?

Cette année, la LPO déroule le tapis vert au hérisson. © Pixabay

Regard doux, dos hirsute. Nid à pics ou à tics ? Le hérisson n’en est pas à une contradiction ni à une approximation près. Pourtant considéré comme une espèce commune, le mammifère nocturne est bien mal connu de ses voisins périurbains. Pour le remettre sur le devant de la scène, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) lui déroule cette année le tapis vert en le consacrant espèce 2020.

Derrière son air bonhomme se cache « l’un des chefs-d’œuvre les plus aboutis de la nature », décrète la LPO. Son armée d’épines dorsales est aussi flexible que résistante et un muscle « annulaire » lui permet de tenir de longues heures recroquevillé.

Exode rural

Côté intestin, le hérisson a aussi la dent dure, avec une exceptionnelle résistance aux bactéries mortelles pour les autres espèces, lui permettant d’éviter la concurrence sur nombre de mets. Avec si peu d’interdits alimentaires, son menu, est, forcément, long comme ses pics : vers de terre, mollusques en tout genre le régalent par temps humide, mais chenilles, coléoptères et grillons font aussi d’excellentes collations. Avec son goût prononcé pour les invertébrés, c’est « un super allié dans le potager », confirme Cédric Beaudoin au Groupement ornithologique et naturaliste du Nord (GON).

À la recherche de lieux préservés, riches en biodiversité, le hérisson est un adepte des écotones, « des lisières de forêt, des bocages, analyse Arnaud Boulanger au GON, un peu comme les écureuils, car ce sont des milieux très diversifiés ». Mais aussi des jardins périurbains : pelouses, potagers et composts font son affaire, malgré la proximité des humains. Si ce milieu de vie est satisfaisant pour le moment, « cet exode rural se traduit par une fragmentation et un isolement des noyaux de peuplement. Le début de la fin pour une espèce », indique Philippe Jourde, naturaliste, dans une de ses publications sur l’animal.

Une espèce menacée ?

Notre hérisson serait-il menacé ? « C’est encore difficile de quantifier les populations, car si l’animal est très souvent observé dans la région, c’est qu’il bénéficie d’un important capital sympathie », analyse Arnaud Boulanger. Mais surtout, élément inquiétant : « Dans 60 % des cas d‘observation, les hérissons sont morts, écrasés, lâche-t-il. Si le hérisson est encore présent partout, c’est sa densité qui est menacée, on arrivera bientôt au seuil critique. »

© Infographie Terres et territoires, données LPO.

Véritable espèce « parapluie », « le hérisson est un très bon indicateur de biodiversité, il faut se réjouir si on en croise un ! », indique Arnaud Boulanger. Pour espérer les observer, de loin, sans les toucher bien sûr, on pourra favoriser des espaces de libre évolution au jardin, sans tonte, avec des tas de branches qui pourront servir de gîtes. « N’hésitez pas à en prévoir plusieurs, les hérissons, sujets aux parasites, aiment changer d’habitat ! » Éviter les antilimaces, ce sont eux qui s’en chargent, et bien prendre garde la nuit : le hérisson est nocturne et traverse sans regarder ! « Surtout, en cette période de reproduction et avec les petits », prévient Arnaud Boulanger.

Agathe Villemagne avec la LPO (Découvrez les actions de la LPO pour le hérisson et l’article qui lui est consacré sur l’Oiseau mag, en lecture gratuite exceptionnelle).

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Diaporama : des ananas transitent de l’Equateur à Dunkerque
Le 3 août 2020 au matin, 400 tonnes d’ananas ont débarqués à Dunkerque avant d’être acheminés vers les [...]
Lire la suite ...

Bonduelle sauve la mise malgré la crise
Le groupe Bonduelle affiche une progression de son chiffre d’affaires 2019-2020 de 2,8 % à 2,85 millions d’ [...]
Lire la suite ...

124 communes reconnues en état de calamité pour excès d’eau : la liste
Les exploitations du Boulonnais et du Calaisis, dont les parcelles ont reçu des trombes d'eau à l'automne, peuvent pr [...]
Lire la suite ...

Exploitants et salariés : votre avis compte
La FRSEA Hauts-de-France, en partenariat avec les FDSEA 59 et 62, lance une vaste enquête sur les conditions de travail [...]
Lire la suite ...

Juillet 2020 « au premier rang des mois de juillet les plus secs »
« Juillet 2020 sera probablement au premier rang des mois de juillet les plus secs ». C’est ce que prévoit M [...]
Lire la suite ...

Importations : des ananas de l’Equateur à Dunkerque en ligne directe
Après plusieurs mois d'échanges entre la société internationale d'importation (Siim), Dunkerque-Port et l'armement [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires