Votre météo par ville

Savon artisanal : ça bulle dans les Weppes

26-02-2021

Actualité

Consommation

Antoine Waymel a lancé, à Hantay (59), son atelier de fabrication de savons. Petit-fils d’agriculteurs, il confectionne au cœur des Weppes de petits pavés écoresponsables et doux pour la peau.

antoine waymel bulles en weppes savon chti savonnerie
Antoine Waymel. ©LDG

Un savon surgras à l’huile de sésame, un savon hydratant au beurre de karité et un savon à barbe qui peut aussi faire office de shampoing solide. Le tout saponifié à froid localement, dans les Weppes, sans huiles essentielles, avec des emballages biodégradables. Et une composition la plus simple possible. La gamme de savons lancée par Antoine Waymel mi-2020 sous le nom Bulles en Weppes a un objectif : avoir la meilleure tolérance possible, pour la planète comme pour l’épiderme.

Le retour en force du savon solide

Le savon, Antoine Waymel a découvert ses secrets de fabrication lors d’un atelier à Nions, dans la Drôme, il y a quelques années. « J’adore cuisiner. Le processus de fabrication du savon ressemble à de la cuisine : il faut être concentré, précis dans les doses… Et puis, c’est un produit qui revient en force. Le gel douche c’est agréable, mais ce n’est pas plus économique car on a tendance à le surdoser et on surconsomme. Sans parler des emballages plastiques ! »

Après s’être formé fin 2019 à Paris, et une étude de marché avec la chambre des métiers de Lille lui confirme que la voie est libre. Il décide de s’installer dans les Weppes, au sein de l’ancienne ferme familiale où vivent toujours ses grands-parents. «  Je ne voulais pas empiéter sur le territoire d’un confrère ou d’une consœur « , explique l’entrepreneur.

Il réussit à lever 4 500 € de précommandes sur le site Ulule pendant le premier confinement. Il en profite pour réaliser plusieurs sondages et se fixer une charte : zéro déchet, circuits courts, huiles végétales bio, traçabilité…

« On m’a souvent demandé si je faisais des savons sans huiles essentielles, compatible avec un allaitement ou une grossesse. Du coup, j’ai décidé de sortir une gamme sans parfum. Après tout, ce n’est qu’un plaisir olfactif qui dure deux secondes sous la douche… » Car si les huiles essentielles parfument, elles peuvent aussi être très allergisantes. Et comme le martèle l’artisan savonnier : « On ne se lave pas pour se parfumer : on se parfume après s’être lavé ! »

À la trace

Traçage des ingrédients, validation des recettes… La fabrication d’un savon est un processus très contrôlé. Rien de nouveau pour cet ancien chargé de supply-chain chez le semencier Saaten Union, dans l’Oise, rompu aux formalités du contrôle qualité. « Pendant sept ans, j’ai assuré le suivi de lots de céréales certifiés, de l’assemblage en usine à la livraison, raconte le quadragénaire. La traçabilité, je connais. »

Un processus rigide qui lui a d’ailleurs joué des tours. « La sortie officielle de mes premiers savons a été retardée de quatre à cinq mois. Je devais faire certifier mes recettes par un toxicologue. Mais pendant plusieurs mois, ils ont tous été trop occupés à vérifier les recettes des gels hydroalcooliques ! »

Par-dessus le marché

En septembre dernier, il peut enfin commencer sa vente en ligne sur Shopify, un site de vente en ligne pour les petits créateurs, ainsi que sur les marchés : Cysoing, le mardi matin, Salomé, le mardi après-midi et vendredi matin, Santes, le mercredi après-midi, La Bassée, le jeudi matin, et Billy-Berclau, le dimanche matin…

Entre ses étals et son atelier de fabrication à Hantay, ses semaines sont bien remplies. Il a quand même trouvé le temps de concocter quelques innovations.

La première, disponible d’ici peu, c’est Chtite zouzoute. Un savon printanier qui contiendra de l’huile de lin et une formule ultra-moussante. « Je veux en faire un souvenir à emporter des Hauts-de-France », annonce-t-il.

Autre idée : baser sa production sur un système de précommandes, en entrant dans un réseau de distribution local. Il va même plus loin. « Les clients pourraient, par exemple, parrainer une chèvre, et en échange obtenir des savons faits avec son lait ». Avis aux producteurs locaux de lait d’ânesse ou de chèvre, partants pour un partenariat.

Un soap truck le long de la côte d’Opale ?

Il a également des plans pour cet été : partir dans un « soap truck ». Une camionnette itinérante, proposer savons et cosmétiques naturels le long de la côte. Objectif : « aller à la rencontre des touristes, qui auront besoin de se changer les idées ». Car c’est bien connu, avec quelques bulles, tout est plus léger…

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Des moutons boulonnais « écopâturent » à Genech et Pont-à-Marcq
Le troupeau de moutons boulonnais de l’établissement agricole Institut de Genech va valoriser des espaces verts d [...]
Lire la suite ...

Le lin fait sa fashion week
La filière mondiale du Lin se mobilise en lançant à partir d'aujourd'hui pour la "Fashion Revolution week". Objectif [...]
Lire la suite ...

Pommes de terre : quels sont les atouts des cultures intermédiaires ?
Au-delà d’être une obligation réglementaire, les couverts avant la culture de pommes de terre sont préconisés par [...]
Lire la suite ...

Groupama aide les agriculteurs à s’équiper de sondes connectées pour le fourrage
Groupama Nord-Est propose un accompagnement financier pour inciter les agriculteurs à s’équiper de sondes de tem [...]
Lire la suite ...

Éléonore Peretti : « Créer du lien est la raison d’être du MusVerre »
Éléonore Peretti est la nouvelle directrice du MusVerre de Sars-Poteries (59). Elle défend les atouts et le rôl [...]
Lire la suite ...

Bruxelles et les États membres entendent numériser le secteur agricole
Dans le cadre de la révision du plan coordonné 2021 sur l’intelligence artificielle publiée le 21 avril, la Commiss [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires