Votre météo par ville

Bousies : le village aux ruelles

13-07-2023

Diapos photo

Bien dans ses bottes

Il y a des villages trop peu connus qui méritent le détour. Cet été, nous vous emmenons découvrir quatre communes bucoliques, comme Bousies. Ce n’est pas le village le plus connu du Nord, il a pourtant tout ce qu’il faut : jolies ruelles, parcs et chemins de randonnées. Suivez le guide.

« Bousies… Le centre du monde », plaisante Bertrand Lamarche, conseiller municipal de la commune depuis 1984. C’est sûr qu’avec 1 750 habitants, ce village situé entre Maroilles et Le Quesnoy (59) a du mal à rivaliser sur le plan touristique.

Pourtant, la population bodicienne – en constante augmentation – ne s’y trompe pas et plus de 30 associations y sont établies… L’attirance pour un cadre bucolique, une mairie qui engage beaucoup de projets et une politique de protection de la nature et du bocage forte.

Découvrir le village en randonnant

Le meilleur moyen de découvrir le village est encore d’emprunter les six kilomètres de chemins de randonnée qui l’entourent et passent au travers. « Ces chemins sont appelés des ruelles. Ils passent à travers les nombreuses prairies du village et permettent d’observer les haies d’aubépines et les saules têtards. Une trentaine d’arbres sont classés arbres remarquables, c’est-à-dire qu’ils ont plus d’un siècle », appuie Bertrand Lamarche. Certains ont parfois pris des formes étranges en se courbant complètement, formant des arches et faisant de l’ombre. D’autres se sont rejoints, créant des arbres aux silhouettes singulières (cherchez l’arbre en forme de H…).

« C’est traditionnellement un circuit utilisé par les habitants après les repas de famille… Ou par les amoureux pour se donner rendez-vous ! » On peut donc voir des familles, des amoureux mais aussi des chevaux et des vaches !

Des ruelles en pleine nature qu’il faut entretenir. Depuis cinq ans, sept bénévoles de l’association communale de chasse agréée de Bousies, dont Bertrand Lamarche est le président, s’en occupent. « Nous n’avions plus assez de contrats aidés et le faire faire par un organisme privé était trop cher. Les chasseurs ont répondu présents. Cela permet de donner une autre image de la chasse, ça crée du lien. Et ça marche ! On a peu de problèmes avec les riverains. Surtout, cela permet que ces ruelles soient bien entretenues ! »

À partir de la mi-avril, 15 jeudis de suite, les bénévoles tondent, coupent, taillent et débroussaillent pour que les ruelles soient propres et praticables. « Il n’y a aucun produit phytosanitaire donc on fait tout ce travail à la main. » Au total, 10 km de haie sont ainsi taillés. « Ces haies sont classées, ça veut dire qu’on ne peut pas les retirer comme ça. Elles sont composées d’aubépines, mais aussi de charmes. »

Du vert, toujours du vert

La ville de Bousies œuvre depuis les années 1980 pour la préservation du bocage. « Cela fait longtemps, par exemple, que les arbres et les haies sont inscrits dans les plans d’occupation des sols. Et nous sommes toujours à la recherche de la préservation de l’existant mais aussi de créer de nouveaux espaces verts, comme l’implantation de quatre km de haies le long de la chaussée Brunehaut », explique le maire de la commune, André Ducarne.

Par ailleurs, Bousies est doté d’un « parc rural » : un grand espace vert au cœur de la commune « où l’on peut se balader, pique-niquer… »

Un étang artificiel a également été créé pour les pêcheurs et, pour les amateurs de vin, l’association le Clos du château de Bousies cultive quelques vignes pour en faire du pinot gris, qui a même reçu un prix au salon des vignerons de Gouvieux (60) il y a quelques années. Le Clos du château organise aussi régulièrement des animations pour les enfants.

Par ailleurs, étant situé à un quart d’heure de voiture de Maroilles et Le Quesnoy, Bousies constitue une belle étape avant de se rendre dans ces deux autres communes. On pourra donc aller voir les fortifications quercitaines et visiter une ferme où l’on fabrique le plus célèbre formage du nord.

Bref, « il fait bon vivre à Bousies ».  

Eglantine Puel

Lire aussi : “Patrimoine : Mobilisés pour sauver une grange de 1786”

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires