Votre météo par ville

Denis Bollengier : « Surveillance, prévention et lutte, triptyque de la Fredon »

16-06-2023

Actualité

Les rencontres

La Fredon Hauts-de-France veille sur la santé du végétal, de l’environnement et des hommes. Son président explique.

Denis Bollengier, président FREDON HDF © FREDON

Denis Bollengier est agriculteur en polyculture élevage de volailles à Esquelbecq (59). Il a pris la présidence régionale de la Fredon en 2022. Parmi ses autres fonctions, il est aussi vice-président au niveau national et président de la SAS Expelia qui regroupe l’ensemble des activités d’essais du syndicat. À 60 ans, il défend l’importance de la lutte, notamment à travers des méthodes alternatives.

Fredon : c’est quoi cette bestiole ?

La Fredon, pour Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles, est un syndicat de défense sanitaire. Créé en 1931 à l’échelle nationale pour faire face au phylloxéra de la vigne et au début des années 80 dans notre région lors de l’épidémie de Feu bactérien des rosacées. Le syndicat professionnel fonctionne comme une association, avec un conseil d’administration. Chaque région possède sa Fredon. Et depuis la fusion, nous sommes implantés sur deux lieux historiques : Loos-en-Gohelle (62) et Amiens (80). Nous sommes également répartis sur l’ensemble du territoire, à travers une dizaine de GDON (groupements de défense des organismes nuisibles). Une quarantaine de salariés, des ingénieurs ou des techniciens, forment un réseau d’experts. Nous avons également des outils à disposition comme la clinique du végétal, dans nos locaux du Pas-de-Calais, où près de 300 000 insectes sont manipulés chaque année.

Quelles sont vos missions ?

En résumé, notre mission est de veiller sur la santé du végétal, de l’environnement et des hommes. Un système global que nous résumons par « Une seule santé ». Pour ça, nous reposons sur un triptyque : surveillance, prévention et lutte quand il y a lieu. Nous veillons à la qualité sanitaire, pour la protection de la qualité des productions et des sols. Nous veillons à la préservation du patrimoine naturel aussi.

Qui est concerné par vos actions ?

Tout le monde ! Les agriculteurs évidemment, mais pas seulement : les arboriculteurs, les pépiniéristes, les collectivités et même les particuliers. Tous ceux qui sont détenteurs de plants. Voyez la berce du Caucase : une plante exotique envahissante et toxique. Très allergisante, elle a été introduite à des fins ornementales et on peut la retrouver un peu partout. Or elle peut provoquer des brûlures au troisième degré : tout le monde est concerné. L’activité humaine ou naturelle, les oiseaux ou les cours d’eau peuvent favoriser la prolifération. Nous faisons en sorte que les écosystèmes restent équilibrés, avec toujours cette notion de santé humaine en tête.

Comment agissez-vous concrètement ?

Nous avons quatre axes. L’inspection sanitaire d’abord : nous sommes mandatés par divers organismes de l’État pour surveiller le territoire. Pour ça nous prélevons notamment des échantillons de terre ou de productions chez les agriculteurs.

Cette veille, pour laquelle nous sommes accrédités Cofrac et pour laquelle nous devons très régulièrement prouver notre indépendance et notre impartialité, représente 25 % de notre activité.

Le deuxième axe est l’épidémio-surveillance. En réseau, en complémentarité avec les chambres d’agriculture par exemple, nous observons les organismes et leur évolution. Des données qui permettent par exemple de rédiger le Bulletin de santé du végétal (BSV).

À ce travail de veille s’ajoute celui de recherche.

Nous réalisons effectivement des essais pour des organismes tiers sur deux sites : une parcelle dans une école à Amiens et la principale à Auchy, près de notre siège de Loos-en-Gohelle : 15 hectares.

Enfin, nous faisons de la recherche et développement en réponse aux besoins des filières végétales.

Nous nous penchons notamment sur les notions d’agroécologie depuis 40 ans, en cherchant des méthodes de lutte alternative aux utilisations de produits phytopharmaceutiques.

Une dizaine de programmes et une centaine d’études nous occupent chaque année.

Sur ces questions nous travaillons beaucoup avec la Région, les Départements, l’Agence de l’eau ou encore l’Office français pour la biodiversité (OFB).

Nous pouvons, par exemple, nous pencher sur le choix variétal de pommes de terre résistantes au stress hydrique pour le Nord ou nous pencher sur un problème d’acariens sur des houblons en cherchant la meilleure méthode de lutte alternative.

Quels sont vos points d’attention spécifiques dans la région ?

Nous nous penchons sur tous les organismes réglementés, et plus particulièrement sur les pommes de terre, avec une surveillance accrue des nématodes dans les sols, et des bactéries en général. Et voyez les doryphores, je n’en avais jamais vu dans mes champs jusqu’à il y a dix ans or aujourd’hui… On n’a pas encore de moyens de lutte, on y travaille. 

Denis Bollengier et la FREDON en trois dates

Mai 2022. Il prend la présidence de la Fredon Hauts-de-France.

Juin 2022. Il devient président d’Expelia, SAS regroupant les essais des Fredon au national.

Juillet 2022. Il est élu vice-président de la Fredon France.

Propos recueillis par Justine Demade Pellorce

Lire aussi : Santé : Mieux connaître le moustique tigre

L’assemblée générale de la Fredon Hautsde-France se tiendra lundi 26 juin, à 14 h, à l’Institut Saint-Éloi à Bapaume.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires