Votre météo par ville

Interview de Michel Leroy, retraité de la chambre d’agriculture

30-06-2022

Actualité

Les rencontres

Après 43 ans au service des agriculteurs, Michel Leroy tire sa révérence. Retour sur une carrière consacrée au monde rural.

Michel Leroy © Laurent Salmon

Entré à la FDSEA du Nord en 1979, Michel Leroy a rejoint la chambre d’agriculture départementale sept ans plus tard avant d’en gravir tous les échelons jusqu’à celui de directeur général des Hauts-de-France. À l’heure où le départ à la retraite a sonné, il revient sur la carrière qu’il a dédiée à l’agriculture du territoire.

Quels sont les grands changements qu’a connus l’agriculture tout au long de votre carrière ?

Quand j’ai débuté fin 1979, il y avait 18 000 exploitations dans le Nord. Aujourd’hui, on en compte 5 700 dans le département et 23 000 en Hauts-de-France. L’agriculture a connu un agrandissement et une spécialisation des exploitations, un développement des formules sociétaires (Gaec, EARL, etc.), un niveau de formation plus élevé des jeunes installés.

Au cours des différentes époques, j’ai pu constater la grande capacité d’adaptation des agriculteurs, qui sont les acteurs d’un secteur économique important, et ce dans un contexte en perpétuelle évolution. Le monde a changé et ils restent à la pointe. Les nouvelles technologies leur permettent de répondre aux attentes sociétales et environnementales, même s’ils gardent du recul pour vérifier le bien-fondé de ces demandes.

Comment percevez-vous la place des chambres d’agriculture pour les agriculteurs ?

Les chambres sont des actrices importantes du paysage agricole et rural de par leurs deux missions principales : représentation et intervention.

Concernant la représentation, la chambre d’agriculture est une interlocutrice reconnue auprès des différentes instances en tant qu’organisme consulaire avec des élections tous les six ans. Elle représente le monde agricole dans toutes ses composantes et ses sensibilités. Le rôle des élus est capital pour la représentation des intérêts du monde agricole et rural.

Côté intervention, la chambre d’agriculture a des missions régaliennes – identification des animaux, apprentissage, création et cessation d’activité – et de conseil. Sa caractéristique est d’avoir une palette très large de compétences, de la fourche à la fourchette, de l’installation à la succession, et des équipes au service de tous.

Comment a évolué le conseil auprès des agriculteurs ?

Du conseiller polyvalent, avec une approche globale de l’exploitation que l’on appelle aujourd’hui conseiller d’entreprise, nous sommes passés au conseiller spécialisé par domaine.

La raison est triple : des exploitations de plus en plus spécialisées justement ; des niveaux de formations initiales de plus en plus élevées ; des besoins de plus en plus pointus. Nous avons des équipes compétentes à la hauteur des enjeux de demain.

Un point important pour vous dans vos différentes fonctions ?

La force du collectif est indispensable pour construire et réussir, que ce soit avec les agriculteurs appuyés par leur conseiller, avec les équipes techniques animées par leur chef de service, avec les élus et l’encadrement en tant que directeur. Un point fort, quel que soit le métier que l’on exerce, on réussit avec la force du collectif.

Quels ont été les moments qui vous ont le plus marqués ?

J’en citerais trois. D’abord la création du Pôle légumes à Lorgies (62) en 2001 avec le regroupement des forces vives des acteurs de la production légumière. Ensuite, en 2011, la constitution de la chambre de région du Nord-Pas de Calais qui a entraîné une nouvelle dynamique et une optimisation des compétences et des moyens. Enfin, le travail à l’échelle des Hauts-de-France qui a permis d’inscrire un nouveau schéma au code rural : des chambres d’agriculture de région qui préservent l’échelon de proximité. À chaque fois, l’objectif a été d’apporter aux agriculteurs et aux différents territoires l’accompagnement et le conseil qui correspondent à leurs attentes tout en étant acteur dans l’innovation et la projection, auprès et avec eux. 

Propos Recueillis Par Louise Tesse

Lire aussi : Session de chambre : « L’agriculture est une arme politique »

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Chicorée : De l’importance de la réapprobation du Bonalan®
Deux herbicides très utilisés en chicorée doivent être réapprouvés d’ici l’an prochain : le Safari® [...]
Lire la suite ...

Chicorée : Une campagne en mauvaise posture
Un peu plus de trois mois après les premiers semis, la chicorée est à la peine dans les champs. Les conditions climat [...]
Lire la suite ...

Blé : l’heure du bilan a sonné à la Coop Saint-Hilaire
Ça y est, la moisson du blé 2022 s'est terminée. Il est temps donc de dresser le bilan des essais blé pour la coopé [...]
Lire la suite ...

Sécheresse : gouvernement et FNSEA réagissent
Face à la sécheresse « historique » qui sévit actuellement sur le territoire, la Première ministre Élisabeth Bo [...]
Lire la suite ...

Reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle Nord
Les communes de Haspres et Somain sont reconnues en état de catastrophe naturelle par arrêté interministériel publi [...]
Lire la suite ...

Cidre : les producteurs veulent une revalorisation
Inquiète de l’avenir de la filière cidricole, la fédération nationale des producteurs de fruits à cidre (FNPF [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires