Votre météo par ville

Pépée Le Mat : « On n’était pas très riche mais on ne mangeait que du bon ! »

26-06-2024

Non classé

Consommation

La chroniqueuse culinaire de France Bleu porte la cuisine régionale qu’elle affectionne tant en étendard et la partage avec générosité.

Pépée Le Mat © L. T.

Accoudée sur le comptoir Saveurs en’Or, on dirait presque qu’elle est chez elle. Depuis longtemps, elle a choisi des lunettes rouges, assorties au logo de la marque régionale. On croirait que c’est fait exprès. Dans les allées de Terres en fête, Pépée le Mat attire les regards et les selfies, provoque les sourires et les discussions. C’est une “femme battante”. L’une des héroïnes d’Olivier Delacroix dans son documentaire qui porte ce titre. Fière de «  s’en être sortie malgré ce que l’on aurait pu croire dans sa jeunesse. » Un film «  triste et beau à la foi  » d’ailleurs, qui a eu «  un succès fou. »

Elle était bonne élève, la Pépée. Elle a eu la mention très bien à son certificat d’études, cette enfant de la campagne, qui a grandi entre Cauchy et Cambrai. « J’ai été élevée par mon grand-père Alfred, marchand de bestiaux, ma grand-mère Marguerite et ma tante Nelly, amoureuse de la nature », raconte-t-elle en distribuant des verrines concoctées par le chef cuisinier. À 8 ans, elle faisait déjà roussir le lapin à la mode Marguerite, un carré de sucre pour que la bête soit colorée et le tour est joué. C’est un héritage qu’elle a gardé, précieusement, et partagé, généreusement. Elle a épousé un boulanger-pâtissier et son art des fourneaux. « Je ne suis pas étrangère aux bons produits et à la bonne gastronomie  », résume-t-elle, se régalant d’un caviar sucré de lentilles.

Lorsqu’elle se retrouve seule, elle prend le large et un café brasserie lillois, boulevard de la Liberté, à deux ou trois cuisines de Terres et Territoires. Elle s’inspire du carnet de recettes de sa grand-mère, propose des poulets rôtis du dimanche et des pot-au-feu à ses clients citadins qui viennent «  manger à la maison. » «  Chez nous, on n’était pas très riches mais on ne mangeait que du bon », se souvient-elle en rêvant des « racassages  » constitués de restes et qu’elle refait à ses « gens des bureaux  » qui en redemandent.

Savoureux et local

Douze ans s’écoulent, avant qu’elle n’ait envie d’autre chose et d’ailleurs. Un autre chez elle, où elle serait moins à l’étroit avec les cinq enfants qu’elle élève. Elle s’installe à Richebourg et s’ancre instantanément dans le bas pays d’Artois. Elle sera même un temps présidente de l’office de tourisme de Béthune. Dans sa ferme flamande, la Niche, elle accueille les enfants l’été – jusqu’à 4 000 – qui s’extasient devant ses cochons, poneys, poules, lapins, chèvres et compagnie.

Dans ses chambres d’hôtes, elle régale ses invités à grands coups de produits locaux. La Niche est aussi table d’hôte, évidemment. Pépée le Mat fait mijoter sa carbonade flamande, dorer sa flamiche au maroilles, assaisonner son potjlevelsch, toutes les richesses de la région à laquelle elle est profondément attachée. Le vendredi, elle emmène ses invités faire les courses dans les fermes. Ils repartent chargés de pommes de terre, d’œufs, de confitures. Que du savoureux, que du local. C’est qu’elle a ses adresses, Pépée, qu’elle partage, bien entendu, on commence à deviner le personnage.

Et puis elle met un pied chez France Bleu en organisant des tables rondes régulièrement avec Patrick Marlière. Elle invite les personnalités du coin, passe derrière les fourneaux et leur fait goûter ses tartes, siroter un verre de bière et « on papote ». Le journaliste enregistre l’histoire de chacun et tout le monde se régale. En 2004, on l’appelle pour les 30 ans de France Bleu. Elle passe deux ou trois coups de fil et prépare à manger pour 250 personnes. La même année, elle écrit à Jean-Marie Raoult pour lui assurer qu’elle veut faire partie de l’aventure Saveurs en’Or, parce qu’elle a « tout de suite adhéré », parce que les gens ont besoin de « produits rassurants. »

Les bons plats de Pépée Le Mat

Un week-end de braderie, elle réalise sa recette de moules-frites en direct sur France Bleu à la demande de l’antenne. C’est le début d’une nouvelle aventure. Depuis 15 ans, on entend sa voix à la radio jusqu’à cinq fois par semaine. De temps en temps, on la voit sur France 3, ou encore sur M6. On reconnaît ses lunettes rouges et son carré blond. Elle a tourné avec Cyril Lignac pendant deux mois et demi. On l’a aussi vue dans Vous êtes formidables pendant un an.

Sur France Bleu, elle concocte Les bons plats de Pépée, et elle continuera à la rentrée prochaine. L’émission est reconduite en septembre, se réjouit la chroniqueuse, le samedi à 8 h 30. Elle poursuivra donc sa tournée des producteurs, des restaurateurs, seulement des bonnes adresses. Elle veut «  la vérité  » sur ce qu’elle mange, elle veut que ce soit propre. Comme à la maison. 

Louise Tesse

Lire aussi Saveurs en’Or : Vingt ans d’un label aux couleurs régionales

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires