Votre météo par ville

« Qui mieux qu’un agriculteur peut parler de l’agriculture ? »

20-02-2020

Actualité

Les rencontres

Passionnée par l’agriculture et l’étude de la société, Valérie Dahm sillonne la France à coups de phrases chocs pour susciter un déclic. Celui d’inciter les agriculteurs à prendre le pouvoir de la communication. Un sujet brûlant.

Valérie Dahm tente de motiver les agriculteurs à communiquer sur leur métier de manière factuelle. © Jerome Fouquet

Invitée par de nombreux organismes agricoles, la journaliste et communicante Valérie Dahm parcourt la France et expose son point de vue sur la communication en agriculture. Lors d’une conférence à Arras (62) fin 2019, devant les producteurs de pommes de terre, cette ingénieure agricole, qui ne manque pas de charisme, a tenté de réconcilier l’agriculture avec la société. 

Néoruraux et agriculteurs, deux mondes opposés

Le constat que dresse Valérie Dahm est indéniable. « On perd de vue l’agriculture. Les agriculteurs sont moins nombreux, on les voit moins dans les villages. Et la population a changé. Les habitants sont souvent des retraités, qui ont vécu en ville, de jeunes couples avec des enfants ou encore des touristes. Tous n’ont pas quelqu’un dans leur entourage qui travaille dans le milieu agricole. »

Alors, les exigences et visions divergent : les uns s’installent à la campagne pour bénéficier d’une meilleure qualité de vie, d’une meilleure alimentation, des services et d’un environnement bucolique, propice aux loisirs.

Tout l’inverse de l’agriculteur qui fait un usage économique de ce décor et qui a un rythme de vie axé sur le travail plutôt que sur les loisirs. « À cela s’ajoute une temporalité différente : les néoruraux sont souvent des salariés, focalisés dans l’immatériel et l’immédiateté. Alors que les agriculteurs sont chefs d’entreprise, travaillent avec du vivant et sur un temps long. »

Des injonctions contradictoires

Vu sous cet angle, les exigences de ces néoruraux peuvent paraître légitimes. Mais ce qu’ils oublient, c’est que les mutations demandent du temps. « Les agriculteurs sont nombreux à faire évoluer leurs systèmes mais sont hésitants. Parce que ce changement représente un risque économique. Être plus respectueux de l’environnement demande du temps, du foncier, de la main-d’œuvre difficile à trouver. Tout cela en restant compétitifs. Et la PAC encourage encore le productivisme. » De quoi devenir chèvre !

En quelques années, les agriculteurs sont devenus les boucs émissaires de la filière agroalimentaire française. Est-ce le résultat de nombreuses années passées dans le silence ? Sûrement. Mais cela ne justifie pas tout. « Il est bien plus facile d’aller exprimer son mécontentement à un agriculteur, seul au bord de son champ, qu’à un industriel dans son bureau, constate Valérie Dahm. Il est ainsi primordial de communiquer sur son métier et ses produits. »

Les agriculteurs, par respect envers la filière, ont laissé les autres parler à leur place pendant très longtemps. Mais quel chargé de communication de coopératives, d’industriels ou de syndicats le fera mieux que la personne qui élabore le produit ?

Communiquer, une tâche comme une autre

Dans le même temps, quel chef d’entreprise a la prétention de pouvoir se passer de la communication pour assurer sa pérennité ? Aucun. « Aujourd’hui, si un chef d’entreprise ne communique pas sur son produit, il est mort, annonce Valérie Dahm. Cela fait partie des tâches qui leur incombent »

La journaliste compare le fait de communiquer avec la comptabilité : personne ne vous oblige à la faire, mais, à long terme, le fait de s’en passer peut devenir préjudiciable. Se lancer dans la communication, surtout avec les temps qui courent, ça peut faire peur.

Valérie Dahm rassure : « C’est un obstacle tellement petit par rapport à tous ceux que les agriculteurs ont déjà franchis. » Faire cette démarche collectivement peut être une solution. « Cela permet de se décomplexer, de créer une communauté, de se relayer », argumente-t-elle.

D’autant plus que, répète-t-elle, « 80 % des Français aiment les agriculteurs, et nombre d’entre eux sont curieux de savoir ce qu’il se passe dans les fermes. Il faut dire aussi que l’agriculture s’illustre très bien, ça parle aux enfants comme aux adultes. »

Il ne faut pas donc perdre une occasion de communiquer : sur les réseaux sociaux, lors des repas entre amis, en famille, lors de portes ouvertes, tout est prétexte pour parler de son métier. Seule préconisation : s’y préparer. « Il faut rester factuel, mettre le sentimental de côté, parler des changements qui ont été réalisés, du quotidien, conseille-t-elle. C’est possible d’inverser la vapeur, et c’est urgent. »

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Fruidor a souhaité se rapprocher des producteurs avec Bufl
Découvrez dans la suite de notre article parue dans notre édition de ce vendredi 3 juillet que vous pouvez retrouver [...]
Lire la suite ...

Podcast. « J’aimerais contribuer à faire évoluer l’exploitation »
Pour le 1er épisode de notre podcast estival « L’agriculture de demain : paroles de jeunes ! », nous avons te [...]
Lire la suite ...

Claude Grenier, nouveau directeur du groupe Gènes diffusion à Douai (59)
C’est officiel. Le 1er juillet 2020, Claude Grenier a pris la direction de l’ensemble des structures de Gènes d [...]
Lire la suite ...

« La betterave continuera à faire partie de nos assolements » 
Le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB) Franck Sander est intervenu lors de l [...]
Lire la suite ...

Le plan agroécologie des Hauts-de-France prend forme
La Région Hauts-de-France, la Draaf et de la chambre régionale d'agriculture ont élaboré un plan agroécologie pour [...]
Lire la suite ...

Jeune installé, c’est sa première moisson ! (vidéo)
Julien Dumont, agriculteur à Saint-Étienne-au-Mont (62), s’est installé en janvier 2020. Le 25 juin, il battait [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires