Votre météo par ville

Bien-être équin : le box individuel pose question 

26-10-2020

Actualité

Terre à terre

90 % des chevaux vivent aujourd’hui en box individuels, durant la majeure partie de la journée. Alors que le bien-être animal est au cœur des préoccupations sociétales, ce mode d’hébergement pourrait un jour évoluer. 

cheval terres et territoires
“Le pâturage en groupe améliore le bien-être des chevaux“, estime Alice Ruet. © DR

“Il faut envisager de modifier profondément et durablement les conditions de vie actuelles du cheval en box individuel”, pour contribuer à son bien-être. C’est l’une des conclusions de l’étude réalisée par Alice Ruet, ingénieure agronome, dans le cadre de sa thèse de doctorat.

L’ingénieure a étudié 250 chevaux. Elle présentait ses résultats au cours d’une conférence virtuelle de l’IFCE (Institut français du cheval et de l’équitation) au début du mois d’octobre 2020.

Un mode d’hébergement qui engendre des restrictions

La majorité des chevaux vivent aujourd’hui en box individuels. C’est le cas pour environ 90 % d’entre eux. Ils y restent la majeure partie de la journée (plus de 16 heures par jour). Or, “ce système engendre un certain nombre de restrictions, estime Alice Ruet. Sociales, car les chevaux ne peuvent pas interagir complètement avec leurs congénères. Mais aussi spatiales et alimentaires”.

Dans les conditions de vie naturelles, “les animaux vivent en groupe, où il existe des relations sociales complexes, et l’alimentation représente la principale activité des animaux, tout comme les déplacements.”

Quatre indicateurs

Afin de savoir si l’état de bien-être des chevaux est altéré dans un box individuel, Alice Ruet a tenté d’évaluer leur bien-être (ou plutôt leur éventuel mal-être) à l’aide de quatre indicateurs comportementaux :
– les stéréotypies (comportements anormaux et répétitifs),
– l’agressivité envers les humains,
– l’insensibilité à l’environnement,
– l’hypervigilance.

Elle a remarqué que l’aménagement du box et des pratiques (tels que l’ajout d’une fenêtre sur l’extérieur, l’augmentation du nombre de repas ou encore de l’activité physique) n’avait que très peu d’effets sur les indicateurs comportementaux. “Ces aménagements seraient insuffisants pour préserver le bien-être des chevaux en box individuel”, souligne-t-elle.

Lire notre grand format sur la filière équine des Hauts-de-France à l’heure de la crise sanitaire : Le Covid-19, véritable course d’obstacles pour la filière cheval

Pâturage en groupe

Les chevaux observés ont alors été mis au pâturage temporaire, en groupe. “Dès les premiers jours, nous avons pu observer une diminution des stéréotypies, de l’agressivité envers les humains et de l’hypervigilance, assure Alice Ruet. En parallèle nous avons vu une augmentation des comportements naturels tels que les interactions sociales.”

“Nous avons observé que les chevaux agressifs au box avaient une façon particulière de se déplacer au galop. Cela interroge sur la santé et la longévité du cheval mais aussi sur l’intégrité du cavalier.”

Alice Ruet

“Le pâturage en groupe améliore le bien-être des chevaux, mais pour que ce soit bénéfique à l’ensemble des chevaux, il semble que certains aient besoin d’une période d’adaptation de 20 jours minimum.” Le retour en box a, en outre, été perçu de manière très négative par tous les chevaux. De plus, les bénéfices du pâturage ne perdurent pas dans le temps. Lors de ses observations, Alice Ruet a également constaté qu’il y avait une relation entre le bien-être du cheval et son comportement pendant l’équitation : “Nous avons observé que les chevaux agressifs au box avaient une façon particulière de se déplacer au galop, explique-t-elle. Cela interroge sur la santé et la longévité du cheval mais aussi sur l’intégrité du cavalier.”

Pistes d’adaptation

Pour préserver au maximum le bien-être du cheval en box, parce qu’une évolution des modes d’hébergement ne pourra se faire que progressivement, Alice Ruet identifie plusieurs pistes. Parmi les axes de modification à envisager, elle cite les pratiques alimentaires (maximiser les fourrages), l’environnement social (maximiser les contacts sociaux), l’environnement physique (fournir des éléments de confort) et enfin la qualité de la relation avec l’humain.

Laura Béheulière

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires