Votre météo par ville

Commercialiser ses céréales comme on l’entend

30-09-2020

Actualité

Culture

Jean-Marie Noël, agriculteur dans l’Oise, a témoigné sur sa stratégie de commercialisation de ses céréales lors d’un webinaire organisé par Réussir Grandes cultures le 28 septembre 2020. Il nous livre quelques astuces.

Jean-Marie Noël, agriculteur dans l’Oise, utilise les outils de sa coopérative pour commercialiser lui-même ses productions. © Pixabay

La récolte 2020 de Jean-Marie Noël, agriculteur dans l’Oise, est loin d’être mirobolante cette année. « En cultures d’hiver, j’ai limité la casse, raconte-t-il, lors d’un webinaire organisé par Réussir Grandes cultures, fin septembre 2020. Les rendements en blé sont dans la moyenne. Pour les cultures de printemps, que sont les féveroles, pois et betteraves, ils sont très limités. »

Ces cultures de printemps, bien souvent contractualisées, permettent un revenu stable. Mais quand la quantité n’y est pas, il est difficile d’en retirer un revenu… Alors l’agriculteur espère se rattraper sur ses ventes de céréales via sa coopérative. « Cette année, j’ai 400 tonnes de blé à vendre, annonce Jean-Marie Noël. J’en ai vendu 100 tonnes en mai et là en septembre lorsque j’ai vu les prix grimper, j’ai vendu 100 tonnes supplémentaires.« 

Trésorerie et ventes

Son astuce ? Essayer d’avoir de la trésorerie pour ne pas devoir vendre ses céréales à un moment inopportun. Cela laisse le temps de choisir la meilleure période, le meilleur prix.

« J’ai la chance d’avoir sur la moitié de mon assolement des cultures contractualisées, ce qui m’apporte de la stabilité, reconnaît-il. Et puis j’ai une bonne capacité de stockage et des échéances de trésorerie régulières. »

Avec tout cela, Jean-Marie Noël essaye de mettre en adéquation ses besoins de trésorerie avec les ventes de céréales en les anticipant. 

Être informé

« Pour vendre, j’utilise les outils que la coopérative me met à disposition, explique l’agriculteur. J’ai l’impression de maîtriser un peu plus ma commercialisation et on se prend au jeu facilement. »

Cette stratégie qui consiste à attendre le meilleur moment pour vendre demande un peu d’anticipation et beaucoup de connaissances du marché. « Je m’informe beaucoup sur le sujet mais je dois avouer que les informations sont vastes, ce n’est pas facile à suivre ni à synthétiser« , argumente le Picard. Un vrai travail à plein temps en somme.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Rencontre avec Christian Huyghe, le directeur scientifique agriculture de l’Inrae
Originaire des Flandres, le directeur scientifique de l’Inrae Christian Huyghe fait le lien entre injonctions ét [...]
Lire la suite ...

Institut de Genech : les élèves formés au risque électrique
La MSA, RTE et Enedis sont intervenus à l’Institut agricole de Genech (59) mercredi 24 novembre pour sensibiliser [...]
Lire la suite ...

La chicorée : une boisson vintage ?
Traditionnelle boisson de la région, la chicorée souffre d’une image désuète. Et pourtant, elle n’en reste p [...]
Lire la suite ...

Viande : Le logo rouge pour garantir le local et la qualité 
Agriviandes, société de transformation de viande basée à Haut-Lieu, dans l'Avesnois, vend sur le marché de la resta [...]
Lire la suite ...

La chicorée, une alliée pour affronter l’hiver 
Si la chicorée s'apprécie en boisson chaude, pour remplacer la café par exemple, elle peut aussi se consommer en d [...]
Lire la suite ...

Démodée, la chicorée ?
Traditionnelle boisson de la région, la chicorée souffre d'une image désuète. Mais la racine n'a pas dit son dernier [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires