Votre météo par ville

E-commerce à la ferme : portrait de Marie Delaval de la ferme d’Arnaud

20-10-2022

Actualité

Consommation

Après une dizaine d’années dans la grande distribution, Marie Delaval est allée cueillir des fraises à la Ferme d’Arnaud, à Coutiches. Depuis, elle y a développé la boutique en ligne et fait entrer une centaine de nouvelles variétés au catalogue. En attendant d’autres défis.

Marie Delaval © J.D P

 « Je m’éclate dans mon métier. » Si la jeune femme semble cultiver la pudeur, une chose saute aux yeux : elle est épanouie. Parce qu’elle ne fait jamais les choses à moitié. Voilà pourquoi, à seulement 33 ans, Marie Delaval expérimente déjà sa deuxième vie professionnelle.

Née dans l’Avesnois et expatriée un temps dans le Sud, Marie a toujours voulu faire du commerce. « Ça me plaisait bien, alors j’ai suivi un BEP vente, puisque c’était le parcours logique.  » Sauf que la Nordiste vise cheffe de rayon, dans la grande distribution. Ou rien. Ce premier diplôme, comme le second – un BTS MUC (management des unités commerciales) – ne suffit pas. « J’ai alors suivi un master en marketing et stratégie d’entreprise en alternance et je suis entrée chez Décathlon.  »

Plusieurs rayons et magasins plus tard, la sportive cherche un nouveau terrain de jeu. Ce sera Leclerc dont elle gérera, dans quatre magasins, tous les rayons sauf l’alimentaire : «  Ça me faisait peur, trop de contraintes », se souvient-elle. Et là, qu’elle vende des accessoires automobiles, de la vaisselle ou du textile, elle s’éclate. « J’adore mes produits et je fais tout pour les rendre beaux  », formule-t-elle. Vitry-le-François, Marseille, Arles et Saint-Amand-les-Eaux voient tour à tour débarquer cette jeune cheffe de rayon.

Une dizaine d’années dans ce métier et la crise sanitaire lui tombe dessus. « Là, c’est devenu très compliqué : j’ai parfois dû combler dix absences à moi seule.  » La fatigue se mêle à une envie qui s’étiole, mais Marie Delaval ne sait pas faire sans envie véritable. Alors elle lâche ses rayons, et la grande distribution. «  J’en étais dégoûtée », balance-t-elle.

Blague – réaction

Nous sommes mi-avril 2021 et pour la première fois de sa vie, la récente trentenaire ne sait pas quoi faire. Elle songe bien à se relancer dans le marketing mais il va falloir payer le loyer. Et puis, en soirée avec des amis, elle lâche à un copain sur le ton de la blague : «  Je vais finir par aller cueillir les fraises chez ton frère.  » Le frère en question a monté sa ferme en 2008, à Coutiches (59).

Deux semaines plus tard, Marie débarque pour les fraises. Elle n’en partira pas. « Ça a duré quelques mois comme ça : j’étais passée de cadre, titulaire d’un master, à cueilleuse de fraises. » Mais pas n’importe où, car Marie trouve en Arnaud Lespagnol une espèce d’alter ego d’inventivité. « Un copain restaurateur lui a un jour demandé en rigolant de cultiver du wasabi pour lui, une racine hyper difficile à travailler. Eh bien il l’a fait  », salue la jeune femme qui voit dans cette « blague – réaction » un reflet de sa propre énergie. Et c’est naturellement que le chef d’exploitation propose à Marie de développer la vente auprès des particuliers.

Devant cette page à écrire vierge, Marie imagine, apprend, innove, écoute les histoires. À en devenir parfois, à sa grande gêne, le visage de l’entreprise. « Il m’est déjà arrivé d’entendre, alors que j’étais sur un marché, un ou une cliente lancer “Tiens, c’est Marie de la Ferme d’Arnaud”, alors même qu’Arnaud était à mes côtés », s’excuse presque la jeune femme.

Hélianthis et scorsonères

Elle opte pour la création d’un site internet – encore une fois elle apprend sur le tas – et propulse la Ferme d’Arnaud dans le XXIe siècle via sa boutique en ligne (elle, parle d’e boutique). L’idée avait été lancée en septembre 2021, la boutique est opérationnelle fin décembre. À peine quatre petits mois pour passer de l’idée à la réalité : pas de temps à perdre.

À l’origine, la Ferme d’Arnaud, ce sont surtout des variétés rares et anciennes : les panais, topinambours, salsifis, les crosnes, persils racine ou poires de terre… Et bien sûr les fraises, sans lesquelles Marie ne serait pas là. « Puis quand on a ouvert la boutique en ligne, les clients nous ont demandé des variétés plus classiques pour compléter leurs paniers, alors nous nous sommes mis à faire des tomates, des choux, des courgettes, des salades…  », égraine Marie sans lister la centaine de produits ajoutés au catalogue qui avoisine aujourd’hui les 170 variétés. « Par contre, les bananes ça, on ne fait toujours pas », prévient-elle, dépitée par la méconnaissance de beaucoup de consommateurs. C’est aussi pour ça qu’elle se rend régulièrement dans les écoles ou les lycées hôteliers, et qu’elle accueille des groupes sur la ferme.

Après moins d’un an d’existence, la boutique en ligne possède une trentaine de points relais à moins de 40 kilomètres de la ferme : des petits commerçants, boulangeries ou fleuristes. «  Ça commence à prendre  », avance Marie qui ne compte, évidemment, pas s’en satisfaire.

Se déployer à travers tout le Nord-Pas de Calais. Histoire de trouver un terrain de jeu à la taille de ses ambitions.

Elle ambitionne de développer le réseau de restaurateurs qui pourraient travailler les produits qui sortent de terre à la Ferme d’Arnaud. Pour les plus farfelus, les hélianthis (cousins africains du topinambour) et autres scorsonères (sortes de salsifis noirs), Marie imagine déployer le nombre de points relais à travers tout le Nord-Pas de Calais. Histoire de trouver terrain de jeu à la taille de ses ambitions.  

Justine Demade Pellorce

Lire aussi : Hors Normes : Des paniers de fruits et légumes « moches » à Lille

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Pévèle : Suite aux orages de grêle, visite sur le terrain pour une demande de reconnaissance ISN
Le 9 juillet, la Pévèle était touchée par la grêle. La DDTM s'est rendue ce 17 juillet sur le terrain pour évalu [...]
Lire la suite ...

Numéro 373 : 12 juillet 2024

Série de l’été : La Lys et sa vallée alluviale (3/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Climat. Antoine Rabain (Geckosphere), apôtre de la neutralité carbone
À 43 ans, Antoine Rabain est à la tête de Geckosphère. Il met son expertise sur le climat au service de ceux qui veu [...]
Lire la suite ...

Agence de l’eau : Isabelle Matykowski nommée directrice générale
Isabelle Matykowski a été nommée directrice de l'Agence de l'eau Artois-Picardie. À l'occasion de sa prise de foncti [...]
Lire la suite ...

À Lorgies, Le Pôle Légumes recense sa biodiversité
Quelles sont les infrastructures agroécologiques les plus bénéfiques à la biodiversité ? La production agricole es [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires