Votre météo par ville

Main-d’œuvre : « Mettre en place les moyens de protection adéquats »

14-04-2020

Actualité

Culture

Anne Coupet est présidente du Pôle légumes région Nord et agricultrice à Richebourg (62). Pour elle, dans ce contexte de crise, l’enjeu pour les exploitations légumières est de mettre en place des chantiers de récolte sécurisés sur le plan sanitaire.

Anne Coupet, agricultrice à Richebourg, sur son exploitation. © DR

Comment les exploitations légumières s’adaptent-elles à cette situation inédite ? 

Sur une exploitation légumière, il y a forcément du travail en équipe. L’enjeu est de rester efficace malgré un travail qui devient plus individuel. Là où, auparavant, on faisait par exemple une chaîne humaine pour charger un camion, il va falloir complètement réorganiser les choses pour garantir la sécurité des salariés. 

En tant qu’employeur, nous devons mettre en place les moyens de protection adéquats pour que les chantiers de récolte se déroulent dans de bonnes conditions. À court terme, il y a notamment les campagnes de fraises et de choux-fleurs qui vont débuter.

Sous serre en fraise ou lors du repiquage en chou-fleur, les producteurs doivent déjà être en train de se creuser les méninges pour identifier les risques et adapter les chantiers en conséquence.  

Nos problématiques ne sont pas simples, nos exploitations sont des petites entreprises. Nous espérons avoir très prochainement les moyens de s’équiper en matériel adapté, gants, masques et gel hydroalcoolique. 

À l’image des soignants, nous devons aussi appeler nos salariés à être vigilants quand ils rentrent chez eux et à passer par la douche avant de rejoindre leurs proches. 

Les exploitants sont-ils accompagnés dans la mise en place de mesures de protection ? 

Nous avons reçu un certain nombre d’éléments sur les bonnes pratiques et les gestes barrière à mettre en place de la part de Légumes de France (Fédération nationale des producteurs de légumes, ndlr).

Au niveau de la FDSEA du Pas-de-Calais, une réflexion est en cours pour effectuer une commande groupée de gel hydroalcoolique.  

Dans les Hauts-de-France, y a-t-il un risque de pénurie de main-d’œuvre ? 

Aujourd’hui, je n’ai pas de retour sur des problématiques de ce genre. Dans la région, je pense notamment aux maraîchers autour de la métropole lilloise, dans les Weppes ou dans la plaine de la Lys, les producteurs ont leurs habitudes avec des salariés qui reviennent tous les ans pour participer aux récoltes.

Mis à part des problèmes de garde d’enfants ou de mobilité, il semble pour l’instant qu’ils sont nombreux à répondre présents. 

Constatez-vous des difficultés d’écoulement de la production ou de logistique ? 

Au niveau des filières légumes classiques types carottes, poireaux ou choux, l’écoulement de la production semble se faire sans trop de problèmes. C’est pour des productions plus spécifiques que la situation est difficile, comme en endives rouges ou en pissenlit.  

Pour les maraîchers, nous avons eu une grosse frayeur sur la fermeture des marchés. C’est bien qu’il y ait eu une mobilisation pour les préserver, sous réserve bien sûr de respecter des règles d’hygiène strictes. 

Propos recueillis par Virginie Charpenet

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Rencontre avec Christian Huyghe, le directeur scientifique agriculture de l’Inrae
Originaire des Flandres, le directeur scientifique de l’Inrae Christian Huyghe fait le lien entre injonctions ét [...]
Lire la suite ...

Institut de Genech : les élèves formés au risque électrique
La MSA, RTE et Enedis sont intervenus à l’Institut agricole de Genech (59) mercredi 24 novembre pour sensibiliser [...]
Lire la suite ...

La chicorée : une boisson vintage ?
Traditionnelle boisson de la région, la chicorée souffre d’une image désuète. Et pourtant, elle n’en reste p [...]
Lire la suite ...

Viande : Le logo rouge pour garantir le local et la qualité 
Agriviandes, société de transformation de viande basée à Haut-Lieu, dans l'Avesnois, vend sur le marché de la resta [...]
Lire la suite ...

La chicorée, une alliée pour affronter l’hiver 
Si la chicorée s'apprécie en boisson chaude, pour remplacer la café par exemple, elle peut aussi se consommer en d [...]
Lire la suite ...

Démodée, la chicorée ?
Traditionnelle boisson de la région, la chicorée souffre d'une image désuète. Mais la racine n'a pas dit son dernier [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires