Votre météo par ville

Pomme de terre : la production en baisse de 7% à 11% dans le nord-ouest de l’Europe

13-09-2022

Actualité

Culture

Lors de sa dernière réunion à la veille du salon Potato Europe 2022, le NEPG (groupe des producteurs de pommes de terre du Nord-ouest européen – Allemagne, Belgique, France, Hollande) estime que la production de pommes de terre dans la zone NEPG (UE-04) sera en baisse de 7 à 11%.

Malgré une superficie de la zone NEPG de 510 938 ha en 2022, soit +3,2% par rapport à 2021 (+1,7% par rapport à la moyenne des 5 dernières années), la production de pommes de terre destinée à la consommation (frais et industrie) devrait essuyer un net repli cette année, et est estimée à date entre 20 et 21 millions de tonnes dans la zone selon le NEPG.


Après un été habituellement long et caniculaire, la production de pommes de terre a été réduite dans toute la zone de production. Les situations varient fortement selon les pays et les régions. Les agriculteurs belges et français seront les plus durement touchés (environ -20% pour les Belges), alors que les producteurs néerlandais (notamment ceux situés au nord des « grands fleuves » où davantage de précipitations ont été enregistrées) le seront beaucoup moins. Certains producteurs européens ne pourront ainsi pas livrer les contrats attendus en raison des faibles rendements.


Une autre inquiétude demeure : les vagues de chaleur enregistrées tout au long de l’été causeront elles d’autres problèmes à la récolte et au stockage ? A ce stade, les producteurs signalent des poids sous eau très élevés (matière sèche élevée rendant le tubercule plus sensible aux « blessures » à la récolte), des manques de longueur ou de calibre, mais aussi, ce qui est plus inquiétant, des levées de dormance. Même si la pluie vient améliorer la situation des sols et les conditions de récolte, des endommagements et coups sur les tubercules pourraient être un problème majeur lors des arrachages. Quant à la germination précoce possible dans les hangars, celle-ci rendra également la prochaine saison de stockage difficile et beaucoup plus coûteuse en énergie. Les pertes de poids et les tares à la livraison (coups bleus entre autres) seront probablement plus élevées.


Contrairement à 2018/19 où le manque de pommes de terre de l’Ouest européen avait pu être compensé par d’autres pays européens (notamment de Pologne), il est fort à parier qu’aucune pomme de terre ne viendra d’ailleurs cette année, alors que les besoins des transformateurs ont fortement augmenté ces dernières années.


Que vont semer ou planter les producteurs au printemps 2023 ?


Lorsque les contrats pour 2022/23 ont été signés au début de l’année 2022, avec des prix considérés comme acceptables, s’était sans compter sur le début de la guerre en Ukraine qui a engendré depuis 6 moins une augmentation inédite des coûts de production.


Les prix contractuels signés en début d’année et la baisse de rendement ne couvriront donc pas les coûts supplémentaires auxquels les agriculteurs font face et devront faire face dans les semaines et mois à venir. Si les cours du marché libre sont stables autour de 25 €/100 kg, et les cotations du marché à terme pour avril 2023 n’étant pas beaucoup plus élevées, les agriculteurs sont très inquiets pour les revenus provenant des « pommes de terre ». La hausse des coûts de production, corrélée à une baisse de rendement, doit impérativement être partagée par l’ensemble des acteurs de la filière pomme de terre.
Avec des coûts de production très nettement supérieurs (électricité, carburant, engrais…), des risques plus élevés liés au changement climatique et à la poursuite de la guerre en Ukraine, certains producteurs se demandent quelle culture implanter au printemps 2023. Sans garantie de la part de leurs acheteurs, les producteurs de pommes de terre européens pourraient finalement décider de planter ou de semer davantage de cultures alternatives, au détriment de la culture de pommes de terre.

Lire aussi : L’UNPT demande un plan d’urgence au gouvernement

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires