Votre météo par ville

Des aides pour l’agriculture de demain

18-01-2021

Actualité

Terre à terre

Dans le plan de relance destiné à l’agriculture, l’État a prévu d’octroyer des aides aux agriculteurs désirant renouveler leurs matériels destinés à réduire l’usage des intrants ou à s’adapter aux changements climatiques, ainsi que pour le développement des protéagineux.

Les agriculteurs français peuvent profiter de certaines aides financières pour, notamment, moderniser leurs équipements de désherbage mécanique. © LD

Dans le cadre du plan de relance, des aides à l’acquisition d’agroéquipements et au développement des cultures de protéines avaient été annoncées par le ministre de l’Agriculture. Depuis le lundi 4 janvier 2021, elles sont devenues concrètes avec la mise en ligne d’une plateforme sur le site internet de FranceAgriMer qui permet de déposer ses demandes.

Réduire l’utilisation des phytos

L’une est consacrée au « renouvellement des agroéquipements nécessaires à la transition agroécologique, visant à réduire ou à optimiser l’usage des intrants », explique FranceAgriMer sur son site. Cette aide est dotée d’un budget de 135 millions d’euros (M€). Les équipements éligibles correspondent à l’achat de buses ou d’équipements d’application des produits phytos permettant de réduire la dérive lors de la pulvérisation et à certains équipements de substitution à leur usage.

S’adapter au changement climatique

L’autre aide concerne les matériels destinés à « l’adaptation au changement climatique, visant à améliorer la résilience des agriculteurs face aux aléas climatiques (gel, grêle, sécheresse, vent, cyclone, ouragan, tornade) ». Elle dispose d’un budget de 70 M€. Les matériels éligibles correspondent à l’achat de protection contre le gel, la grêle, la sécheresse ou contre le vent.

Aide pour la réduction des intrantsAide pour la protection contre les aléas climatiques
Dépenses éligibles– Buses réduisant la dérive (annexe – IE et IF)– Protection contre le gel 
 – Équipement réduisant la dérive (annexe – IA, IC et ID)– Protection contre la grêle 
 – Équipement de substitution (annexe – II)– Protection contre la sécheresse (quelques équipements pour irrigation)
 – Matériel pour la qualité de l’air et d’épandage d’effluents (annexe – III)– Protection contre le vent 
 – Matériel de précision (annexe – IV)
 – Matériel « Performance Pulvé » (Annexe – IB)(annexe –I à IV)
Taux d’aides (sur le montant hors taxes)20% pour le matériel de précision (point IV)30%
 30% pour les équipements du point I et III de l’annexe
 40% pour les équipements de substitution (point II)
 Majoration de 10% pour les JA, les nouveaux installés et les CUMAMajoration de 10% pour les JA, le nouveaux installés et les CUMA
Public– Exploitations agricoles– Exploitations agricoles
 – GIEE– Cuma
 – Cuma– GIEE
 – ETA 
Plafond40 000 € HT40 000 € HT
 Cuma : 150 000 € HTCuma : 300 000 € HT
Montant minimal2000 € HT2000 € HT

Produire des protéines

Autre volet d’aides du plan de relance : une enveloppe de 20 millions d’euros destinée au plan protéines. Ces aides aux investissements portent sur des matériels pour la culture, la récolte et le séchage des espèces protéagineuses ainsi qu’au développement des sursemis de légumineuses sur des prairies.

Le montant des dépenses doit être compris entre 1 000 € et 40 000 € hors taxes pour les matériels, et 5 000 € pour l’enrichissement des prairies en légumineuses. Pour les Cuma, le plafond est fixé à 150 000 € par demande. Le taux de l’aide est fixé à 40 % du coût des investissements.

FranceAgriMer rappelle que pour « les demandes portées par les entreprises dont les nouveaux installés, qui détiennent au moins 20 % du capital social, le taux de base est majoré de 10 % ». Il en est de même pour les demandes portées par les Cuma.

La téléprocédure est ouverte jusqu’à fin décembre 2022. Pour autant, les dossiers complets et éligibles sont servis par ordre de dépôt sur la plateforme sur le principe du premier arrivé, premier servi. La dotation budgétaire est nationale, aucune répartition régionale n’est donc prévue.

Lucie Debuire et Pascale Nempont

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires