Votre météo par ville

Des pâtes, des pâtes… oui, mais des pâtes fermières !

28-01-2021

Actualité

Terre à terre

Encore peu nombreuses dans le Nord et le Pas-de-Calais, certaines fermes se sont lancées dans un nouveau genre de diversification : les pâtes. Rencontre avec Émilie Hecquet, à Linzeux (62), l’une des rares productrices de ces denrées alimentaires qui ne manquent pas de… tout ce que l’on aime mettre dedans !

Emilie Hecquet pâtes fermières
Emilie Hecquet transvase ses pâtes fermières des plateaux tout droit sortis du séchoir vers les bacs avec lesquels elle vendra sa production en vrac. Elle préfère ce mode de production, l’ensachage étant très gourmande en temps. © LDG

« Un projet un peu farfelu… » C’est le mot qui vient à Émilie Hecquet, agricultrice à la ferme de la Cannanée à Linzeux (62), quand elle repense à la genèse de son projet de pâtes fermières entamé en 2018. Installée en 2012 sur la ferme familiale – bio depuis 1976 –, la jeune agricultrice ne s’ennuie pas. Elle fait tourner seule cette exploitation de 35 hectares, dont 25 de pâtures, avec une quarantaine de bovins allaitants, 40 chèvres, et une dizaine d’hectares de culture.

Les semaines sont denses pour la benjamine de cette fratrie, au grand frère prof de cuisine et à la grande sœur orthophoniste. « Moi je voulais être dehors, et ne pas avoir de patron ! », résume-t-elle dans un sourire, en plissant ses grands yeux bleus.

Emilie Hecquet pâtes fermières
Lasagnes VS conchiglioni… Quelle est votre préférence ? © LDG

Première fournée

En 2018, elle est en quête d’une nouvelle diversification. De préférence quelque chose « à partir d’une production déjà présente sur la ferme… ». Elle entend parler des pâtes fermières, une spécialité plutôt cantonnée au sud de la France, et qui nécessite du blé tendre.

« On a tendance à penser que pour les pâtes, il faut du blé dur, mais c’est le contraire ! » Ptit Quinquin, Bon moulin ou encore Blanc des Flandres : trois des variétés désormais semées sur ses quatre hectares le sont en blé tendre qui alimente sa production. Les grains de blé sont transformés en farine dans son atelier, sur son propre moulin.

Emilie Hecquet pâtes fermières
Trouvée sur le site Le Bon Coin, la machine a pâtes a représenté un investissement de 8000€. © LDG

Fin septembre de cette année-là, sur le site Le Bon Coin, elle trouve une machine pour fabriquer les pâtes d’occasion, à 8 000 €. « Elle provenait d’un agriculteur du sud qui avait acheté une machine plus grosse, se souvient Émilie Hecquet. C’était un investissement ! Je n’étais pas tout à fait sûre de mon coup… Il fallait que je fasse des tests. »

Emploi du temps chargé oblige, elle fait l’aller-retour dans le sud, en voiture, sur deux jours, avec sa propre farine. Là-bas, elle fait sa première fournée. « L’agriculteur, très sympa, a fait passer mes pâtes au séchoir chez lui, avant de me les renvoyer par la Poste pour que je les goûte. » Le test est convaincant.

Organisation au cordeau

La machine a une capacité de 12 kg de farine au total, 6 kg au pétrissage et 6 kg en extrusion (qui sortent de la machine). Elle est accompagnée d’un moule en bronze. « Ce type de moule a une cadence de production moins élevée, mais il donne aux pâtes un aspect rugueux qui leur permet de bien accrocher les sauces », explique l’experte.

Elle en rachète sept, chacun donnant à la pâte une forme différente. Tagliatelles, torsades, fusillis, conchiglionis (en forme de coquille), radiatoris (et leur petite crête)… « Le pire, ce sont les tagliatelles ! Il faut que ça sorte sans qu’elles se collent… Il faut souvent le faire à deux ! »

Heureusement pour elle, la productrice reçoit un coup de main des membres des Amap des Weppes et du Potager (à Amiens). Enfin, ça, c’était avant la Covid-19. Maintenant, il faut se débrouiller sans cette main-d’œuvre bienvenue. « L’ensachage est une grosse partie du travail. Je préfère donc travailler en vrac. Aujourd’hui, mon secret pour y arriver, c’est une organisation au cordeau. Mon point fort sur la ferme est la diversité des productions : même si je me plante sur une chose, je peux me rattraper sur le reste. Le point faible est qu’il faut être polyvalente, et que c’est difficile de se faire remplacer… »

Emilie Hecquet pâtes fermières
Les épices utilisées par Émilie Hecquet sont achetées à l’entreprise Bio Cambrésis. ©LDG

Une vingtaine d’arômes

Dans la recette de base, rien d’autre que de la farine et de l’eau. Ainsi que quelques ingrédients qu’elle ajoute pour arriver à une gamme de pâtes comptant une vingtaine d’arômes. Un peu de poudre de betterave pour colorer sans donner de goût, une pincée de spiruline, une touche d’ail pour relever le goût…

Les pâtes classiques sont vendues en Amap à 5,50 €/kg, les aromatisées à 8,50 €/kg. Émilie Hecquet écoule aussi une partie de sa production en direct pour certaines commandes de gros volumes – comme ces étudiants lillois qui n’hésitent pas à en commander plusieurs dizaines de kilos d’un coup – ainsi que via le nouveau magasin de producteurs La Grange du coin à Longuenesse. « Le point positif des pâtes est que c’est un produit sec à longue conservation, conclut-elle. Le défaut : il faut en faire beaucoup pour gagner sa croûte. Même à 5,50 €/kg ! »

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Lait : forte baisse des investissements industriels liée à la crise sanitaire
« Face à l’incertitude générée par la crise, les entreprises de la filière lait ont mis en pause une part signif [...]
Lire la suite ...

Mal-être agricole : Agri’écoute lance une plateforme de discussion en ligne
Le dispositif d’écoute téléphonique pour les actifs agricoles en difficulté, Agri’écoute, s’est enrichi d’u [...]
Lire la suite ...

Le Crédit agricole crée un fonds d’investissement d’1 Milliard d’euros pour les filières agricoles
Dans le cadre de la présentation, le 1er décembre, de son « projet sociétal », dont les « transitions agricoles et [...]
Lire la suite ...

AG de la MSA : le point sur l’actualité des caisses locales
La MSA Nord-Pas de Calais tenait le 25 novembre à Arras son assemblée générale 2020. Covid, numérisation, budget... [...]
Lire la suite ...

Les cours dévissent pendant que l’inquiétude monte
Depuis l'apparition du variant du Covid Omicron, les marchés des matières premières s'orientent à la baisse. Une ap [...]
Lire la suite ...

Les chambres d’agriculture se réorganisent
Les chambres d'agriculture, par l'intermédiaire de l'APCA, se sont engagées dans un contrat d'objectifs et de perform [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires