Votre météo par ville

Au chaud cet hiver grâce au Mohair de Mormal

21-10-2021

Actualité

Élevage

Installée à Gommegnies, au cœur de l’Avesnois, Véronique Guiost s’est lancée dans une production originale. Elle élève un troupeau d’une quarantaine de chèvres angora, venues tout droit des Pyrénées pour produire de la laine mohair qu’elle fait transformer en pelotes et vêtements.  

Véronique Guiost et ses chèvres © V.CH.

Lorsqu’on entre dans la chèvrerie de Véronique Guiost, le troupeau de chèvres ne fait pas mentir la réputation de ces animaux : espiègles et amitieuses, elles accueillent leurs visiteurs avec enthousiasme ! De race angora, ces chèvres permettent de produit de la laine mohair. Cette laine est reconnue pour sa douceur et la qualité de ses fibres. Une douceur que l’on retrouve aussi dans l’accueil chaleureux que nous réserve leur éleveuse sur la ferme familiale à Gommegnies.

Naissance d’une passion

L’envie de s’installer sur la ferme de ses parents, aujourd’hui retraités, a taraudé Véronique Guiost pendant plusieurs années. C’est lors de sa troisième grossesse, en 2011, qu’elle commence à s’interroger sur son avenir professionnel. Mais ce n’est qu’en 2018 que son projet se concrétise vraiment.

Elle quitte alors son emploi d’assistante commerciale et de comptable dans une PME belge. Ensuite, elle entame un brevet professionnel responsable d’entreprise agricole au lycée agricole du Quesnoy. « Je savais que je voulais reprendre l’exploitation mais je ne savais pas encore avec quel projet », explique Véronique Guiost. Sur la ferme, il y avait, jusqu’au départ à la retraite de son père, en 2006, des vaches laitières. Une partie du lait était transformée à la ferme et vendue en direct. « Cela ne me correspondait pas », avance l’éleveuse.

laine mohair chèvres angora Véronique Guisot Gommegnies octobre 2021 © V.CH. (2)
Le troupeau de Véronique Guiost est composé d’une quarantaine de chèvres angora. © V.CH.

Si l’idée de se lancer dans un élevage de poneys ou dans une asinerie pour produire du lait d’ânesse est passée par la tête de Véronique Guiost, le nombre de projets de ce type dans la région l’en a dissuadé. C’est finalement en lisant une édition du magazine spécialisé Réussir Pâtre, consacrée au grand retour de la laine locale, qu’elle a sa révélation. Elle songe d’abord aux moutons mais la valorisation de leur laine s’avère peu intéressante. Elle opte alors pour les chèvres angora. « J’ai été séduite par leur caractère », confie Véronique Guiost qui a effectué un stage au cours de sa formation chez une éleveuse en Normandie pour confirmer son choix.

Chèvres voyageuses

En septembre 2019, pour constituer son troupeau, elle et son mari se rendent dans les Pyrénées en bétaillère et ramènent 20 chèvres angora dans les prairies de l’Avesnois. « Pour débuter, j’ai choisi des jeunes mâles castrés, avance Véronique Guiost. Ils fournissent plus de laine et elle est plus régulière que celle des femelles. » L’intention de l’éleveuse est alors d’effectuer sa première tonte au printemps 2020. Le confinement, combiné à une l’administration française désemparée par ce cas très particulier, a valu quelques frayeurs à l’éleveuse : impossible pour le tondeur belge censé intervenir sur son troupeau de passer la frontière… C’est finalement une personne de la région parisienne qui est venue fin mars pour effectuer la première tonte. 

tri toison laine mohair chèvres angora Véronique Guiost Gommegnies octobre 2021 © V.CH.
Le tri des toisons après la tonte est un travail de longue haleine. Véronique Guiost indique passer entre 8 et 10h par toison avec sa mère à ses côtés pour l’aider. Une fois la laine triée, elle est envoyée à Castres auprès de la Sica Mohair pour être teintée et mise en pelotes. © V.CH.

Après une deuxième tonte au printemps 2021, Véronique Guiost a complété son troupeau au début de l’automne avec un deuxième aller-retour dans les Pyrénées. Des femelles sont arrivées pour assurer la partie élevage et renouvellement du troupeau. L’éleveuse de Normandie va d’ailleurs prochainement lui fournir un bouc pour la reproduction. 

Méditation laineuse

Pour sa laine, Véronique travaille avec la Société d’intérêt collectif agricole (Sica) mohair basée à Castre (Tarn). Les éleveurs français de chèvre angora ont en effet choisi de se regrouper et se sont dotés de cet outil qui permet de faire l’interface avec les entreprises de la filière textile française capables de transformer les pelotes de laine mohair en pulls, écharpes, bonnets, chaussettes, couvertures… « La laine est mise en commun afin de proposer une gamme de produits plus étendue à la vente. »

Motif tissé laine mohair chèvres angora Véronique Guiost Gommegnies octobre 2021 © V.CH.
La laine mohair peut être tricotée mais elle peut aussi être tissée comme sur cette étole où l’on devine un motif de…chèvre ! © V.CH.
laine mohair chèvres angora Véronique Guiost Gommegnies octobre 2021 © V.CH.
La laine mohair est réputée pour sa douceur et sa qualité. Véronique Guisot confie la confection des vêtements à des ateliers répartis dans toute la France en fonction de leur spécialité. © V.CH.

Une des étapes la plus technique et la plus fastidieuse de la production de mohair, c’est le tri de chaque toison. Après suppression des impuretés, la laine est répartie en cinq catégories en fonction de la qualité. Particulièrement méticuleuse sur ce point, Véronique Guiost passe entre 8 et 10 heures avec sa mère par toison. Une étape qu’elle apprécie néanmoins. « Ça a quelque chose de relaxant, témoigne-t-elle, on se concentre sur cette tâche et on pense à rien d’autre. » L’art de méditer en pleine conscience en triant de la laine ! Véronique Guiost commercialise, pour l’instant, ses produits à la ferme après une année difficile en raison de la crise sanitaire. Elle est ouverte aux visiteurs le samedi en octobre et novembre. À terme, une boutique dédiée doit voir le jour. Elle participe aussi à des foires et marchés locaux et compte notamment sur les marchés de Noël.

Virginie Charpenet

Lire aussi : Des Galloway dans l’Avesnois !

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Numéro 281: 23 septembre 2022

César Losfeld au service de la raclette
Reprise en 2018 par l'entreprise d'affinage roubaisienne César Losfeld, la Fromagerie des régions, à Maroilles, produ [...]
Lire la suite ...

Bio. Elle joue la débrouille pour assurer son avenir
Agnès Kindt est frappée de plein fouet par la crise qui touche l'agriculture biologique. La maraîchère à Houplines [...]
Lire la suite ...

Euralimentaire. Dans l’antre du marché de gros
Deuxième au national derrière Rungis, le marché de gros Euralimentaire de Lomme ouvre ses grilles aux professionnels [...]
Lire la suite ...

Une nouvelle distillerie au Quesnoy
Partageant le même toit que la brasserie traditionnelle de l'Avesnois, la distillerie artisanale CQFD s'apprête à ouv [...]
Lire la suite ...

De l’usine automobile aux champs de patates
Après avoir été ingénieure automobile, Cécile Fléchel-Lebrun a finalement eu envie de reprendre les rênes de l'ex [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires