Votre météo par ville

Canards : Les artisans en pleine crise de foie gras

27-10-2022

Actualité

Élevage

À deux mois des fêtes de fin d’année, la situation n’a jamais été aussi tendue pour les producteurs de foie gras dans le Nord et le Pas-de-Calais. Frappés par les conséquences d’une influenza aviaire ravageuse en 2022, les artisans locaux tentent de sauver les meubles.

Sans canard depuis le printemps, Sabine et Benjamin Rogeau, producteurs de foie gras à Comines, estiment avoir « sauvé les meubles » cette année. © N. de R.

 « Je ne sais pas quoi vous dire. » Ce producteur de foie gras du Pas-de-Calais s’avoue démuni au bout du fil. Installé depuis 20 ans, c’est la première fois qu’il traverse une telle crise. Que dire, en effet, quand on ne réalise plus que 5 % de sa production habituelle ?

De son côté, depuis sa ferme à Comines (59), le couple Rogeau refuse de baisser les bras. Sabine et Benjamin subissent les conséquences de l’influenza aviaire de plein fouet. Ils n’ont plus reçu un canard depuis le mois de mars. Là où cancanent habituellement 200 à 300 canards en plein air, c’est le calme plat. « On espérait en recevoir fin août, ça n’est pas arrivé. »

Des millions de canards abattus

Comment en est-on arrivé là ? Après avoir traversé l’épisode du Covid, les artisans vivent la pire crise liée à la grippe aviaire. Entre l’automne 2021 et le printemps 2022, plus de 20 millions de volailles ont été abattues dans les élevages infectés ou de manière préventive. Dont quatre millions de canards dans la filière foie gras. Et six millions de canards n’ont pas été mis en production. Chez les producteurs de la région, la gestion de la grippe aviaire fait grincer des dents.

Lire aussi : Influenza aviaire : comment expliquer la propagation actuelle du virus ?

« On nous demande beaucoup d’efforts, mais il n’y a plus personne pour nous écouter quand il y a un problème, déplore Benjamin Rogeau. On ne sait vraiment pas où on va. » Lors d’une conférence de presse le 20 octobre en présence du ministre de l’Agriculture, le Cifog (Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras) a indiqué que la production de foie gras devrait chuter de 30 % à 35 % en 2022. Un « recul historique », selon les termes de son président, Éric Dumas.

La transformation avant tout

Démunis face au non-approvisionnement en canetons, les producteurs cominois ont tenté de sauver les meubles… grâce à l’anticipation.

Dès le mois de mars, le couple a revu sa copie. En temps normal, les Canards de la Lys, c’est 50 % de produits frais et 50 % de produits transformés. « On a réduit la part de produits frais et on a énormément transformé pour assurer un stock de produits jusqu’à la fin de l’année », résume Sabine. Foie gras entier, pâté, confit, terrines de foie gras mi-cuit… la Cominoise énumère les produits qu’elle sera fière de proposer à ses clients pour les fêtes de fin d’année.

Alors que le Cifog annonce une hausse de 25 % du prix du foie gras – soit 40 à 50 centimes par tranche de 40 grammes – les producteurs locaux ont décidé de ne pas répercuter leurs difficultés sur les tarifs. « Nous avons les mêmes prix depuis sept ans, rappelle Benjamin. Ce ne serait pas correct pour notre clientèle, ce n’est pas notre façon de faire. » « Surtout si c’est notre dernier Noël… », lâche Sabine. Car oui, le couple se doit d’envisager le pire scénario. La Cominoise sera présente sur les marchés de fin d’année avec le sourire aux lèvres, malgré tout. « C’est l’amour du métier et le contact avec le client qui nous fait tenir. » 

Pas de course aux volumes chez Lucullus

L’une des activités principales de l’entreprise artisanale Lucullus, à Prouvy (59), ce sont les produits traiteur à base de foie gras. Son président, Augustin Motte, aborde la situation avec pragmatisme : « Nous avons diversifié nos produits. Nous n’avions pas trop le choix. » La Lucullus de Valenciennes, produit phare de l’entreprise à base de langue de bœuf fumée et de foie gras – est évidemment maintenue. D’ailleurs, Augustin Motte voit même une opportunité dans cette crise qui touche la filière foie gras : « On attend une très grosse année pour la Lucullus. Nous aurons des volumes un peu plus faibles, mais la concurrence ne sera pas aussi présente que les années précédentes. Il y aura peu de promotion sur le foie gras. La Lucullus sera plus visible en rayon. Philosophiquement, on ne se plaint pas que le foie gras retrouve ses lettres de noblesse. » Le prix de la Lucullus sera « entre 10 et 20 % » plus élevé en cette fin d’année.

Nicolas De Ruyffelaere

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Le salon Naturabio est de retour
La 21ème édition du salon Naturabio a lieu ce vendredi 25 novembre jusqu’au dimanche 27 novembre à Lille Grand [...]
Lire la suite ...

Expérimentation : Un tracteur roulant au gaz testé à Cucq
Les tracteurs fonctionnant au gaz naturel pour véhicule, conçus par le constructeur New Holland, sont en phase de test [...]
Lire la suite ...

Machinisme : Une nouvelle station GNV à Saint-Laurent-Blangy
Agriopale s’apprête à lancer une nouvelle station de BioGNV à Saint-Laurent-Blangy, près d’Arras. Cette [...]
Lire la suite ...

Foncier : La Safer présente son nouveau programme
La Safer Hauts-de-France a présenté les grandes orientations de son nouveau programme pluriannuel d'activités. Le pre [...]
Lire la suite ...

Safer : Une activité qui s’est développée et diversifiée
En marge de la présentation du nouveau PPAS, la Safer a fait le bilan du précédent PPAS et présenté ses résultats [...]
Lire la suite ...

Pommes de terre : Une récolte en demi-teinte et un stockage compliqué
Après un été laissant craindre un arrachage difficile, les pluies du début d'automne ont fait du bien pour la récol [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires