Votre météo par ville

Épargne : récupérer l’argent de côté pour des dépenses professionnelles

06-05-2020

Actualité

Terre à terre

La loi de finances rectificative votée fin avril 2020 assouplit les conditions de réintégration des sommes décomptées du résultat dans le cadre de la déduction pour aléas (DPA). Explications.

Dorénavant, les sommes épargnées dans le cadre de la DPA peuvent être utilisées pour une dépense professionnelle : plus besoin d’aléas. © Freepik

Réintégrer les sommes déduites dans le cadre d’une DPA (déduction pour aléas) n’est pas toujours chose aisée. C’est pourquoi la loi de finances 2020 rectificative, votée fin avril 2020, prévoit un assouplissement des conditions de réintégration des sommes déduites.

Si le dispositif a été remplacé par la DEP (déduction pour épargne de précaution) au 1er janvier 2019, les DPA souscrites avant cette date sont encore actives.

Auparavant, pour intégrer la somme déduite dans le cadre d’une DPA, l’exploitation devait subir un aléa qu’il soit d’ordre économique ou climatique.

Cet argent pouvait aussi financer les indemnisations d’assurance. Ces conditions sont aujourd’hui assouplies.

« Dorénavant, les chefs d’exploitations qui ont souscrit une DPA auparavant peuvent intégrer les sommes défiscalisées pour une dépense professionnelle, explique Marilyne Dehandschoewecker, juriste en droit rural à la FDSEA du Nord. Le but est d’aligner les conditions de la DPA sur celles de la DEP. » Ces mesures sont valables jusqu’au 30 juin 2021.

Paiement des dépenses professionnelles

Cette mesure rectificative permet, dans le contexte actuel tendu, de redonner un peu de souffle aux exploitations qui manqueraient de trésorerie.

« Comme avec la DEP, toutes les dépenses professionnelles sont susceptibles d’être payées par l’argent défiscalisé, précise Benjamin Henringuez, expert-comptable à l’AFA62. Par là, on entend le paiement des produits phyto, de matériel, de cotisations sociales ou même des salaires. »

Toutefois, cette somme utilisée devra être réintégrée dans le résultat de l’exploitation. « Il est donc bon de prévoir et de jauger s’il est judicieux d’utiliser les DEP ou DPA cette année-là », alerte l’expert-comptable.

Des mesures pour éviter les dérives

Quelques subtilités demeurent concernant l’achat d’un matériel roulant. « Dans ce cas, s’il est revendu dans les deux ans après l’achat, l’exploitant ne peut pas bénéficier de l’exonération de plus-values, précise Benjamin Henringuez. Cette mesure est prise afin d’éviter les dérives qu’il y a pu avoir avec la DPI (déduction pour investissement). Dans ce cadre, un tracteur pouvait être acheté afin de réduire le montant du résultat déclaré et revendu l’année suivante. »

Dans cette même logique, les DEP ou DPA doivent respecter les règles de minimis. « Chaque exploitant doit respecter un plafond de montant d’aides ou de crédit d’impôts qu’il ne peut dépasser, commente Marilyne Dehandschoewecker. Si ce montant est déjà atteint, aucune souscription de DEP ou de réintégration de sommes déduites dans le cadre de la DEP ou DPA n’est alors possible. »

50 % de la somme doit être épargnée

Pour rappel, la DEP permet de déduire une somme pouvant aller jusqu’à 41 400 €, par chef d’exploitation, du résultat d’une année.

« Ainsi, le bénéfice est réduit et cela permet de payer moins d’impôts et de charges sociales cette année-là », explique Benjamin Henringuez.

Selon un ratio défini – au minimum 50 % – cette somme déduite est épargnée sur un compte courant dans les six mois suivant la clôture comptable.

Cette somme peut être utilisée dans les dix ans, pour toute dépense professionnelle : achat de matériel, de produits phytos, paiement des salaires…

Dans ce cas, la somme utilisée à laquelle le ratio initial est ajouté sera réintégrée au résultat de cette année ou de la suivante. Cette épargne est donc très souple. « L’objectif de cette mesure est de faciliter l’épargne des agriculteurs », précise l’expert-comptable.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires