Votre météo par ville

Équitation : « Nous voulons compenser les pertes financières en donnant des cours cet été »

02-06-2020

Actualité

Terre à terre

Le centre équestre de Drocourt, dans le Pas-de-Calais, a dû fermer ses portes, comme tous les autres, au mois de mars dernier. Désormais l’établissement compte bien rattraper, tout au long de l’été, les cours supprimés.

Terres et Territoires - Centre équestre de Drocourt - photo 2
Trois jeunes cavalières dans une carrière du centre équestre de Drocourt (62). © Ludovic_Demeure

Les 44 poneys et chevaux du centre équestre de Drocourt (62) devraient travailler tout l’été, une fois n’est pas coutume. La co-gérante de l’établissement, Xavière Delsemme, envisage de rattraper les cours qui ont été supprimés pendant le confinement. Interview dans le cadre de notre grand format sur l’impact de la crise sur la filière équine.

Quelle a été votre réaction lorsque le décret du 23 mars 2020, interdisant l’accueil du public dans les centres équestres, est tombé ?

Cette interdiction est tombée comme un couperet. On ne s’y attendait pas, car les mesures précédentes permettaient de maintenir les cours sous certaines conditions, en respectant les mesures sanitaires (désinfecter les portes, limiter la venue des accompagnateurs sur le site, arrêter les jeux de contact…). C’est un club familial, avec une pédagogie ludique. Nous avons seulement six propriétaires sur les 44 poneys et chevaux. Autrement dit, arrêter les cours signifiait stopper toute notre activité.

Comment avez-vous géré l’urgence ?

On a mis nos chevaux en repos sur la petite pâture d’un hectare, en face du club. On les y emmenait chaque matin pour qu’ils puissent se défouler, et on les rentrait le soir dans les box. Ils ont continué d’être nourris 3 à 4 fois par jour. En revanche, leur alimentation a changé. Au lieu de leur donner plus de granulés que de foin, nous avons fait l’inverse en privilégiant les fibres plutôt qu’un apport énergétique, puisqu’ils ne travaillaient pas.

Comment vous êtes-vous organisés avec votre équipe ?

Pendant le confinement, j’ai gardé une de mes salariés et j’ai mis en chômage technique mon apprentie. En temps normal, nous sommes quatre à travailler sur le site. Nous avons réaménagé les horaires de la salariée qui enseigne habituellement les mercredis et samedis. Là, elle venait tous les matins pour sortir les poneys et chevaux. On s’occupait aussi de ceux des propriétaires comme s’ils étaient les nôtres. On les a tous pris en charge, gratuitement bien sûr.

Terres et Territoires - Centre équestre de Drocourt - photo1
Nettoyage de la selle, avec gants et port du masque, par Xavière Delsemme. © Alix_Lemay

Quel a été le moment le plus critique pour vous ?

Le moment de Pâques. Car nous faisons de nombreuses activités durant cette période faste, tels que les stages, les balades et le passage des examens fédéraux (les galops). Mais nous pensons réussir à compenser cette perte financière en donnant des cours cet été. Notre cœur de métier reste l’enseignement, qui constitue l’essentiel du chiffre d’affaires.

À combien évaluez-vous votre perte ?

Durant les deux mois de fermeture, nous avons enregistré environ 5000 € de perte, voire plus. Notamment à cause de l’annulation des concours qui ont lieu au printemps.

Terres et Territoires - Portrait_co-gérante Centre équestre de Drocourt
Xavière Delsemme,
co-gérante © CentreEquestreDrocourt

« On va devoir adapter le travail des chevaux (…) pour qu’ils puissent tenir toute la saison estivale et l’année qui suit ! »

Xavière Delsemme, co-gérante du centre équestre

Comment voyez-vous l’avenir ?

Heureusement que le confinement n’a pas duré plus longtemps ! Les leçons annulées en avril et mai, vont pouvoir être rattrapés en juillet et août. Nous voulons compenser les pertes financières en donnant des cours cet été. D’habitude, le forfait annuel s’arrête le 5 juillet et l’activité estivale tourne au ralenti. Exceptionnellement, on va rester sur le même rythme que celui de l’année scolaire, pour que personne ne soit perdant. Et comme on a réouvert, les centres aérés intéressés par les stages d’équitation vont pouvoir venir en juillet.

Par contre, on va devoir adapter le travail des chevaux. Il faut faire attention, pour qu’ils puissent tenir toute la saison estivale et l’année qui suit ! Même s’ils se sont reposés avant l’heure, on va s’assurer de leur bien-être. Le risque de tendinite n’est pas exclu lorsqu’il y a un excès de travail… La question s’est même posée d’investir dans quelques chevaux supplémentaires, pour limiter la surcharge de travail par animal. Mais l’état de nos finances reste actuellement un obstacle…

Quelle est la réaction des cavaliers ?

Les mesures sanitaires, bien que contraignantes, ont été très bien accueillies par les cavaliers qui sont revenus à plus de 90%. Ils disent nous soutenir, apprécier cette rigueur et se sentir en confiance pour pratiquer.

Propos recueillis par Lauren Muyumba

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le Civam Hauts-de-France dévoile ses formations pour l’automne
Le Civam (réseau des centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural) vient de dév [...]
Lire la suite ...

La foire de l’ail de Locon annulée, mais la vente maintenue
La foire de l’ail de Locon (62) n’aura pas lieu, à cause des restrictions sanitaires. Mais une vente d&rsqu [...]
Lire la suite ...

Abattoirs : le conseil scientifique Covid-19 suggère un dépistage systématique des salariés
Dans son avis publié le 3 août 2020, le Conseil scientifique Covid-19 suggère qu’en cas d’« alerte épidémiolo [...]
Lire la suite ...

En image : des ananas transitent de l’Equateur à Dunkerque
Le 3 août 2020 au matin, 400 tonnes d’ananas ont débarqués à Dunkerque avant d’être acheminés vers les [...]
Lire la suite ...

Bonduelle sauve la mise malgré la crise
Le groupe Bonduelle affiche une progression de son chiffre d’affaires 2019-2020 de 2,8 % à 2,85 millions d’ [...]
Lire la suite ...

124 communes reconnues en état de calamité pour excès d’eau : la liste
Les exploitations du Boulonnais et du Calaisis, dont les parcelles ont reçu des trombes d'eau à l'automne, peuvent pr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires