Votre météo par ville

Film. Paysans du ciel à la terre : le cri des sols pour agir maintenant

19-01-2023

Actualité

Environnement

Le film régional Paysans du ciel à la terre, réalisé par Hervé Payen, coécrit par Agathe Vannieu, sur une idée de Philippe Frutier, espère faire prendre conscience au grand public, aux agriculteurs et aux décideurs qu’il est temps d’agir pour sauver les sols.

De gauche à droite, Hervé
Payen, Agathe Vannieu et Philippe
Frutier, qui ont réalisé le film : "Paysans du ciel à la terre"
De gauche à droite, Hervé Payen, Agathe Vannieu et Philippe Frutier, qui ont réalisé ce film. © PAYSANS DU CIEL À LA TERRE

Les coulées de boues… ou, comme dirait Philippe Frutier, qui survole depuis des années la région pour la photographier, « de terre, car ce n’est pas un déchet qui part avec l’eau ». Pourquoi cette terre nourricière s’en va ? S’interroge ce professionnel de l’image, fils d’agriculteur, surpris par ce qui est en train de se produire sous ses yeux et les changements de paysage au fil des années.

Ces coulées de terre impressionnantes vu du ciel sont l’expression de la mauvaise santé des sols.
Ces coulées de terre impressionnantes vu du ciel sont l’expression de la mauvaise santé des sols. © PAYSANS DU CIEL À LA TERRE

Trois ans d’enquête

Cet événement qu’il a saisi depuis le ciel est le point de départ du film Paysans du ciel à la terre, qui doit sortir au cinéma le 11 mars prochain, et qui était présenté en avant-première le jeudi 12 janvier à Arras.

Avec Hervé Payen, animateur du groupe local de l’association des Colibris d’Arras et ami de longue date, et l’artiste Agathe Vannieu (qui a également composé et interprété la musique du film), ils réalisent ce film enquête d’une heure et demie.

Lire aussi : Film : Du ciel à la terre, pour le retour du bon sens

Pendant trois ans, ils sont partis à la rencontre des agriculteurs, chercheurs, citoyens, qui essayent comme ils peuvent de sauver les sols dans les Hauts-de-France.

De la connaissance à l’exécution

Philippe Frutier et Hervé Payen
ont rencontré Théo Serghraert, de
Greensol pour le film "paysans du ciel à la terre"
Philippe Frutier et Hervé Payen ont rencontré Théo Serghraert, de Greensol. © © PAYSANS DU CIEL À LA TERRE

Le résultat : « Qu’est-ce qu’ils connaissent bien la terre ! Que de connaissances ! », lance l’un des spectateurs dans la salle.

Il est vrai que l’on peut être impressionné par la technicité des propos tenus par les 14 intervenants du film. Pourtant, comme le dit Philippe Frutier, « si on laisse faire la nature, elle se débrouille très bien toute seule. Il ne faut pas forcément être un scientifique pour faire de l’agriculture ! »

Surtout, toutes ces connaissances sur le microbiote des sols, le cycle des plantes, la vie souterraine, ne servent à rien si elles ne sont pas mises en application.

Lire aussi : Emma Haziza : « Le secret est dans le microbiote des sols »

« Je ne pense pas être un pionnier. Quand on parle de pionnier on pense à un défricheur. Je suis simplement revenu à des principes de base », sourit Jean-Paul Dallenne, agriculteur dans le Pas-de-Calais, interrogé dans cette enquête.

Car voilà tout le but du film : montrer que des solutions existent et qu’elles reposent bien souvent sur le bon vieux « savoir paysan ».

Surtout pas d’agribashing

Au milieu des agriculteurs bios ou en agriculture de conservation, les spectateurs pourront également découvrir l’action de McCain en faveur de la régénération des sols.

« On n’était pas tous forcément d’accord, au départ, pour les faire intervenir mais il nous a semblé qu’il était aussi important de montrer que tout le monde est concerné par le problème, même les industriels. Peut-être même surtout les industriels. Ils sont responsables de l’état des sols actuel, mais en sont aussi les victimes car les rendements baissent… », souligne Hervé Payen.

Une volonté de donner la parole à tout le monde afin de ne pas être taxé d’agribashing : « Des gens de l’équipe ont même été écartés pour ça. Il était hors de question de faire un film à charge », appuie Philippe Frutier.

La parole a tout le monde, ou presque, car l’équipe a aussi essuyé des refus : « Je crois que le monde agricole a peur car il y a une forme de culture du secret sur les pratiques agricoles. Et je pense qu’il craint que tout ce qu’il a fait de mal soit révélé au grand jour. Au contraire, je pense que le dire pour pouvoir aussi dire ce qu’il fait de bien est important », explique Hervé Payen.

D’autant que, comme le rappelle Agathe Vannieu, « ce n’est pas que les agriculteurs qui doivent faire des choses, mais bien tout un système à repenser pour que les agriculteurs puissent s’en sortir économiquement et donc poursuivre la mise en œuvre de ces pratiques bénéfiques ».

Pour Richard Vilbert, agriculteur bio en Picardie intervenant dans le film, il était nécessaire de participer pour dire que « quand on change de pratique, les effets bénéfiques ou néfastes sur le sol peuvent aller très vite. Il faut donc essayer de trouver un juste milieu entre toutes les pratiques ».

Pour Gabriel Bertein, maire de la commune de Rivière dans le Pas-de-Calais victime de coulées de boues, intervenant dans l’enquête, « il n’y a plus beaucoup de temps pour agir. Ce film a le grand avantage de rendre compréhensible en peu de temps les énormes enjeux qui nous attendent ». 

Eglantine Puel

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires