Votre météo par ville

La ferme Verschuere se bat pour continuer à exister

04-01-2022

Actualité

Terre à terre

Jeudi 30 décembre, dans les rues de Saint-Aubin-en-Bray dans l’Oise, plus de 200 personnes ont défilé à l’appel de la FNSEA. Objectif du cortège composé d’élus, d’agriculteurs et de riverains : soutenir la ferme Verschuere, dont l’activité est menacée par un conflit juridique qui dure depuis plus de dix ans.

Jeudi 30 décembre, dans les rues de Saint-Aubin-en-Bray dans l’Oise, plus de 200 personnes ont défilé à l’appel de la FNSEA. ©DR

“Dur de vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête…”, confie Vincent Verschuere. Mardi 4 janvier à 14 heures, cet éleveur de l’Oise, était convoqué à Amiens, à l’audience d’un procès en appel, dernier maillon d’une lourde chaîne qui pèse sur son exploitation depuis plus de dix ans.

Éleveur avec sa mère, Chantal Verschuere, de 180 bêtes (dont 80 vaches laitières), il s’installe en 2009 à Saint-Aubin-en-Bray. “Il fallait faire une mise aux normes”, se souvient-il. Stockage des eaux de pluie, agrandissement de la surface par vache… “Nous n’avions alors pas d’autre choix que de reconstruire un bâtiment.”

La famille essaie de racheter des terres, mais impossible. “On arrivait sur les dates butoir de la mise aux nomes, qui s’échelonnaient par étapes en fonction du nombre de bêtes, on n’avait plus le choix. Nous avons fait une demande de permis de construire, et une demande de dérogation de mise à distance auprès du préfet, car le bâtiment devait se trouver à moins de 100 m des habitations.” La première maison se trouve à 30 m du nouveau bâtiment, “10 m plus près que l’ancien bâtiment”, précise l’éleveur. “Chambre, DDPP, tout le monde est venu nous voir, le projet s’est monté en accord avec tout le monde.”

Dommages et intérêts

Fin 2009, les travaux commencent. “Comme nous étions proches des habitations, nous avions prévu une fosse sous le bâtiment et un bardage bois côté riverains.” Un système de récupération des eaux de pluie est également inclus, et le bâtiment prévu pour être paillé. En 2010, le bâtiment sort de terre. Mais six riverains s’élèvent contre lui. Ceux-ci demandent à la mairie le retrait du permis de construire, ce qu’elle refuse. Ils l’attaquent alors devant le tribunal administratif. En 2013, victoire pour eux : le permis est annulé. “On en était alors à 70 % du chantier. Sur conseil de la chambre et des services vétérinaires, qui pensaient que le conflit se désamorcerait de lui-même, nous les avons terminés.”

Fin 2009, les travaux commencent. “Comme nous étions proches des habitations, nous avions prévu une fosse sous le bâtiment et un bardage bois côté riverains.” Un système de récupération des eaux de pluie est également inclus, et le bâtiment prévu pour être paillé. En 2010, le bâtiment sort de terre et rencontre son premier écueil avec la mobilisation de six riverains. Ceux-ci demandent à la mairie le retrait du permis de construire, ce qu’elle refuse. Ils l’attaquent alors devant le tribunal administratif. Obligé de se porter observateur sans avoir le droit d’intervenir car il n’est pas attaqué personnellement, Vincent Verschuere assiste en 2013 à une victoire de la partie adverse : le permis est annulé. “On en était alors à 70 % du chantier. On s’est posé la question de les arrêter là, mais nous les avons poursuivis sur conseil de la chambre et des services vétérinaires, qui pensaient que le conflit se désamorcerait de lui-même.”

©DR

En 2014, la mairie se pourvoit en appel mais le jugement est confirmé. L’affaire va jusqu’en cassation, où le dossier est refusé. Le jugement devient définitif en 2014. “Le collectif de riverains nous a ensuite attaqués devant le TGI de Beauvais pour demander la démolition et des dommages et intérêts…” Le jugement tombe le 26 mars 2018 : la démolition est ordonnée, et l’exploitation condamnée à 102 000 € de dommages et intérêts. “La seconde partie de jugement sur le trouble anormal de voisinage est suspendue car on a fait appel là-dessus.” L’audience a eu lieu ce 4 janvier à Amiens. “Ensuite, ce sera mis en délibéré. Cela peut prendre plusieurs semaines…”

Jurisprudence ?

L’éleveur l’avoue : “De tels dommages et intérêts ne seraient pas supportables pour l’exploitation. Si on veut faire cesser le prétendu trouble, le seul moyen c’est d’arrêter l’élevage. Or, la ferme a été construite pour comporter des animaux !”

Il ne reste à Vincent Verschuere qu’une alliée : “La loi sur le patrimoine sensoriel du 29 janvier 2021, qui protège le chant du coq, les cloches des églises ou les odeurs de fumier ! Le problème, c’est que les décrets d’application se font attendre.” Lors d’une manifestation de soutien le 30 décembre 2021, plusieurs élus se sont rangés aux côtés de l’éleveur pour dénoncer ce retard : Agnès Thill et Olivier Pacaud, députée et sénateur de l’Oise, la présidente du Conseil départemental de l’Oise Nadège Lefevre, ou encore Claire Joly, conseillère pour représenter la Région. Et pour cause. “Dans l’Oise, beaucoup de constructions ont été faites sur la base de dérogations de mise à distance. Le gros souci, c’est que si je suis condamné, cela risque de faire jurisprudence. D’autres agriculteurs le seront peut-être aussi.”

Une pétition de soutien, qui a recueilli presque 600 signatures à l’heure où nous publions ces lignes, a été lancée pour soutenir l’exploitation.

Lucie De Gusseme

Lire aussi : ZNT : ouverture d’une consultation publique

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires