Votre météo par ville

La récolte du chou-fleur d’été débute sous de bons auspices

03-06-2020

Actualité

Culture

Les premières têtes de chou-fleur viennent d’être ramassées dans l’Audomarois et les Weppes, principaux bassins de production du Nord et du Pas-de-Calais. Qualité et prix sont au rendez-vous en cette amorce de campagne.

La récolte a commencé dès le 19 mai 2020 dans le marais Audomarois. © DR

« À la mode de chez nous. » Le chou-fleur d’été, fierté de Saint-Omer (62) et de son marais, aussi cultivé dans la Flandre romane, est de retour sur les étals. La récolte a en effet repris depuis la mi-mai pour ce légume typique de la période estivale.

« Une bonne entrée en matière »

Producteurs de choux-fleurs et coopératives notent un bon démarrage de la saison 2020. « La récolte a commencé dès le 19 mai dans notre secteur, indique Élise Roussez, conseillère production à la Sipema (Société interprofessionnelle des producteurs et expéditeurs du Marais audomarois). La qualité des premiers légumes est satisfaisante, c’est une bonne entrée en matière. »

Même constat du côté du Marché de Phalempin. « Les variétés les plus précoces nous ont été livrées cette semaine (1er juin, ndlr), informe David Lesaffre, responsable de la filière choux-fleurs pour la coopérative. Malgré le manque d’eau de ce printemps, qui a inquiété quelques producteurs ne pratiquant pas l’irrigation des cultures, la production est belle. »

Des prix jugés corrects

Un contexte également favorable du côté des prix. L’ensemble de la production régionale est vendu quotidiennement au cadran, un système de vente aux enchères dégressives.

« Actuellement, les prix varient entre 1,30 et 1,40 € la pièce de chou-fleur », chiffre David Lesaffre. Une cotation que le spécialiste juge « correcte » à ce stade de la campagne. « Les prix se maintiennent pour le moment », complète Élise Roussez. La Sipema commercialise 3 millions de têtes de choux de mai à novembre. Le Marché de Phalempin table, de son côté, sur une production de 1,5 million de choux.

Dégâts de rats musqués, pigeons et cygnes

Ce bon départ est néanmoins contrarié par des « pertes aux champs causées par le gibier, déplore David Lesaffre. Les pigeons causent des dégâts récurrents. Ils sont devenus un fléau pour certains maraîchers. » D’autres animaux sauvages créent aussi des crispations.

« Les rats musqués et les cygnes détériorent des plantations de choux-fleurs depuis quelques années, rappelle Élise Roussez. C’est toujours le cas. » Des réflexions sont menées, avec la préfecture du Pas-de-Calais, pour trouver des solutions à cette problématique.

Simon Playoult

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Organisation : Être actif dans le changement
Organiser son travail, ça s'apprend mais cela demande de changer ses habitudes et de se remettre en question. À condit [...]
Lire la suite ...

Dephy : Quel avenir pour la réduction des phytos ?
Dans le cadre du dispositif Dephy Hauts-de-France, partie intégrante du plan Ecophyto II du gouvernement se tenait, mar [...]
Lire la suite ...

Méthanisation : Simple comme un jeu de piste
Élèves au lycée agricole de Tilloy-lès-Mofflaines, les cinq membres de l'équipe « Clémentine » ont remporté l [...]
Lire la suite ...

Publireportage : la chips au chaudron made in Hauts-de-France
Fondée en 2018 par Julie et Stéphane Gérard, l'entreprise So Chips, installée dans l'Oise à Longueil-Sainte-Marie, [...]
Lire la suite ...

L’ostéopathie met la patte sur les bovins 
Élodie Landure est vétérinaire équin à Frencq (62). Récemment diplômée d'ostéopathie, elle prodigue des soins d [...]
Lire la suite ...

Sapins : Une seconde vie après Noël 
Chaque année, Gaëtan Doisy, agriculteur aux Rues-des-Vignes (59), propose aux particuliers de replanter leurs sapins d [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires