Votre météo par ville

La récolte du chou-fleur d’été débute sous de bons auspices

03-06-2020

Actualité

Culture

Les premières têtes de chou-fleur viennent d’être ramassées dans l’Audomarois et les Weppes, principaux bassins de production du Nord et du Pas-de-Calais. Qualité et prix sont au rendez-vous en cette amorce de campagne.

La récolte a commencé dès le 19 mai 2020 dans le marais Audomarois. © DR

À la mode de chez nous.” Le chou-fleur d’été, fierté de Saint-Omer (62) et de son marais, aussi cultivé dans la Flandre romane, est de retour sur les étals. La récolte a en effet repris depuis la mi-mai pour ce légume typique de la période estivale.

“Une bonne entrée en matière”

Producteurs de choux-fleurs et coopératives notent un bon démarrage de la saison 2020. “La récolte a commencé dès le 19 mai dans notre secteur, indique Élise Roussez, conseillère production à la Sipema (Société interprofessionnelle des producteurs et expéditeurs du Marais audomarois). La qualité des premiers légumes est satisfaisante, c’est une bonne entrée en matière.

Même constat du côté du Marché de Phalempin. “Les variétés les plus précoces nous ont été livrées cette semaine (1er juin, ndlr), informe David Lesaffre, responsable de la filière choux-fleurs pour la coopérative. Malgré le manque d’eau de ce printemps, qui a inquiété quelques producteurs ne pratiquant pas l’irrigation des cultures, la production est belle. »

Des prix jugés corrects

Un contexte également favorable du côté des prix. L’ensemble de la production régionale est vendu quotidiennement au cadran, un système de vente aux enchères dégressives.

Actuellement, les prix varient entre 1,30 et 1,40 € la pièce de chou-fleur », chiffre David Lesaffre. Une cotation que le spécialiste juge “correcte” à ce stade de la campagne. “Les prix se maintiennent pour le moment”, complète Élise Roussez. La Sipema commercialise 3 millions de têtes de choux de mai à novembre. Le Marché de Phalempin table, de son côté, sur une production de 1,5 million de choux.

Dégâts de rats musqués, pigeons et cygnes

Ce bon départ est néanmoins contrarié par des “pertes aux champs causées par le gibier, déplore David Lesaffre. Les pigeons causent des dégâts récurrents. Ils sont devenus un fléau pour certains maraîchers.” D’autres animaux sauvages créent aussi des crispations.

Les rats musqués et les cygnes détériorent des plantations de choux-fleurs depuis quelques années, rappelle Élise Roussez. C’est toujours le cas.” Des réflexions sont menées, avec la préfecture du Pas-de-Calais, pour trouver des solutions à cette problématique.

Simon Playoult

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Le salon Naturabio est de retour
La 21ème édition du salon Naturabio a lieu ce vendredi 25 novembre jusqu’au dimanche 27 novembre à Lille Grand [...]
Lire la suite ...

Expérimentation : Un tracteur roulant au gaz testé à Cucq
Les tracteurs fonctionnant au gaz naturel pour véhicule, conçus par le constructeur New Holland, sont en phase de test [...]
Lire la suite ...

Machinisme : Une nouvelle station GNV à Saint-Laurent-Blangy
Agriopale s’apprête à lancer une nouvelle station de BioGNV à Saint-Laurent-Blangy, près d’Arras. Cette [...]
Lire la suite ...

Foncier : La Safer présente son nouveau programme
La Safer Hauts-de-France a présenté les grandes orientations de son nouveau programme pluriannuel d'activités. Le pre [...]
Lire la suite ...

Safer : Une activité qui s’est développée et diversifiée
En marge de la présentation du nouveau PPAS, la Safer a fait le bilan du précédent PPAS et présenté ses résultats [...]
Lire la suite ...

Pommes de terre : Une récolte en demi-teinte et un stockage compliqué
Après un été laissant craindre un arrachage difficile, les pluies du début d'automne ont fait du bien pour la récol [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires