Votre météo par ville

« La situation est grave  » pour la récolte des pois

24-06-2020

Actualité

Culture

Alors qu’un peu plus de 25 % de la récolte de pois de conserve est collectée à ce jour, les coups de chaud du mois de mai et la chaleur de ces derniers jours ont fortement pénalisé les volumes.

Malgré les fortes chaleurs, la récolte des pois se poursuit dans le Nord et Pas-de-Calais cette semaine. © V. Marmuse

Des températures élevées pour la saison sont constatées une nouvelle fois cette année dans le Nord et le Pas-de-Calais, en pleine récolte des pois dédiés à l’industrie. Lorsque ces maximales sont supérieures à 25 °C, d’autant plus sur la durée, elles affectent le rendement du pois, culture particulièrement sensible aux contraintes thermiques et hydriques.

« À ce stade de la campagne, il manque déjà 35 % des volumes attendus par les industriels », déplore Luc Desbuquois, président du Cénaldi, l’association nationale des organisations de producteurs de légumes destinés à l’industrie qui compte 4 000 producteurs de 18 organisations de producteurs (OP). « Les coups de chaud sont préjudiciables aux gousses, nous sommes loin des objectifs de récolte que nous devions atteindre« , précise-t-il.

À date, le rendement moyen par hectare est de 70 quintaux (q) dans les Hauts-de-France, principal bassin français de production.

La filière doit se mobiliser

Selon le représentant du Cénaldi, ces résultats en berne ne sont pas uniquement constatés en France et dans la région. « Belgique, Pays-Bas, Royaume-Uni et Espagne ont aussi une mauvaise récolte, souligne Luc Desbuquois. À l’issue de la saison, il devrait manquer de la marchandise en Europe. » Des stocks qu’il faudra d’après lui combler l’année suivante.

« J‘espère que lors des prochaines négociations pour la campagne 2021, des revalorisations de prix seront décidées entre les OP et les industriels, sinon ces derniers vont avoir du mal à trouver des surfaces suffisantes car des agriculteurs risquent de se détourner de la culture, déclare Luc Desbuquois. La grande distribution doit également revoir à la hausse ses prix d’achat des légumes. La situation est grave, la filière tout entière doit se mobiliser.« 

Dans les Hauts-de-France, après les pois, les imposantes automotrices de récolte de légumes d’industrie vont poursuivre leur travail cet été par la collectes des flageolets et des haricots.

Simon Playoult

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Rencontre avec Christian Huyghe, le directeur scientifique agriculture de l’Inrae
Originaire des Flandres, le directeur scientifique de l’Inrae Christian Huyghe fait le lien entre injonctions ét [...]
Lire la suite ...

Institut de Genech : les élèves formés au risque électrique
La MSA, RTE et Enedis sont intervenus à l’Institut agricole de Genech (59) mercredi 24 novembre pour sensibiliser [...]
Lire la suite ...

La chicorée : une boisson vintage ?
Traditionnelle boisson de la région, la chicorée souffre d’une image désuète. Et pourtant, elle n’en reste p [...]
Lire la suite ...

Viande : Le logo rouge pour garantir le local et la qualité 
Agriviandes, société de transformation de viande basée à Haut-Lieu, dans l'Avesnois, vend sur le marché de la resta [...]
Lire la suite ...

La chicorée, une alliée pour affronter l’hiver 
Si la chicorée s'apprécie en boisson chaude, pour remplacer la café par exemple, elle peut aussi se consommer en d [...]
Lire la suite ...

Démodée, la chicorée ?
Traditionnelle boisson de la région, la chicorée souffre d'une image désuète. Mais la racine n'a pas dit son dernier [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires