Votre météo par ville

Le village d’Enquin-sur-Baillons recherche un exploitant pour sa cressonnière

16-02-2021

Actualité

Culture

Une annonce peu ordinaire est parue en ce mois de février : une commune de la vallée de la Course recherche un exploitant pour sa cressonnière.

cressonnière Enquin-sur-Baillons
La cressonnière d’Enquin-sur-Baillons est accessible facilement. © Mairie d’Enquin-sur-Baillons

Vous êtes motivé, courageux ? Vous n’avez pas peur du froid ni de l’humidité, et vous aimez le grand air et la nature ? La proposition de la mairie du petit village d‘Enquin-sur-Baillons (62), entre Montreuil et Desvres, est peut-être faite pour vous. Celle-ci ne veut pas voir disparaître l’une de ses deux cressonnières de 43 ares. Et recherche quelqu’un pour l’exploiter.

« C’est une cressonnière en bon état, sur un terrain de gravier où l’eau est saine, et où la pousse est généreuse. Elle est accessible directement par une route, qui devrait être refaite d’ici septembre », vante son maire, Pierre-André Leleu.

Le futur exploitant pourra compter sur les conseils du couple exploitant déjà l’autre parcelle, située juste à côté. La culture demande une vigilance et un suivi régulier pour assurer une bonne pousse. « Il faut aussi entretenir et débroussailler les digues, entretenir les clôtures. C’est du travail manuel. »

Comment candidater ?

La mise de départ pour le futur exploitant n’est pas élevée. « Il y aura les graines, la première année, mais après la culture peut se faire en autarcie en faisant monter à graines une partie pour l’année suivante. Il faut des voiles pour protéger les pousses des poules d’eau et des canards, des bâches noires pour protéger la cressonnière quand elle n’est pas cultivée pour éviter qu’elle ne devienne un champ de mauvaises herbes, un frigo et un camion frigorifique pour les livraisons », énumère Pierre-André Leleu.

Si vous êtes intéressé, sachez que le loyer annuel est de 800 € sous la forme d’un bail rural. Pour postuler, il vous suffit d’envoyer un mail à : mairie.enquinsurbaillons@wanadoo.fr, avant le 28 février. Une visite sur le terrain est possible. Les candidatures seront étudiées en mars. Les plus probantes seront reçues par une délégation du conseil municipal et de la chambre d’agriculture dans la foulée pour débuter l’exploitation au printemps.

Claire Duhar

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Des bovins au pied des terrils du 9-9 bis
Eden 62 recherche un ou des éleveurs pour des pâturages sur les pelouses schisteuses minières dans le Pas-de-Calais. [...]
Lire la suite ...

La Beurrerie montreuilloise mise sur le régional
Depuis les années 1970, Bruno Maillard développe un beurre régional. Produit à la laiterie d’Abbeville (80), le be [...]
Lire la suite ...

Du champ au moulin, produire sa farine bio à la ferme
À deux pas de la capitale des Flandres, Emmanuelle et Loïc Couttelle produisent depuisl'été dernier leur farine ave [...]
Lire la suite ...

Savon artisanal : ça bulle dans les Weppes
Antoine Waymel a lancé, à Hantay (59), son atelier de fabrication de savons. Petit-fils d'agriculteurs, cet ancien cha [...]
Lire la suite ...

« Le concours bovin à huis clos n’aurait pas eu de sens, nous devons être patients »
Avec 17 participations et presque autant de prix remportés, Xavier Cuvillier, éleveur de vaches rouge flamande à Bé [...]
Lire la suite ...

Xavier Niel et Audrey Bourolleau vont ouvrir une école d’enseignement agricole
L’homme d’affaires Xavier Niel et l’ancienne conseillère agricole du président de la République Aud [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires