Votre météo par ville

Méthanisation : Octometha veut valoriser les intrants à bas coût

28-11-2023

Actualité

Terre à terre

Dans le volet méthanisation, on connaissait la voie liquide et la voie sèche. Octometha propose d’intégrer la voie pâteuse. Surtout, l’entreprise mise sur une technologie permettant de valoriser les fumiers, pailles, lisiers et autres déchets verts.

Grâce à son couloir enterré, le système de méthanisation Octométha permet d’optimiser la production de gaz. © Octométha

Pour les agriculteurs qui veulent se lancer dans la méthanisation, il est parfois difficile de se projeter seul. En effet, avec l’augmentation des coûts des matériaux, les investissements à réaliser sont compliqués à mettre en place. Par ailleurs, pour qu’une unité de méthanisation fonctionne et soit rentable, il faut une certaine quantité de matière à donner au méthaniseur.

Or, pour beaucoup d’exploitations, notamment en élevage laitier, il n’y a pas assez de quantités. Il faut donc soit s’associer avec d’autres agriculteurs (et donc transporter la matière jusqu’au méthaniseur) soit renoncer au projet.

C’était sans compter sur Vincent Bachet qui, il l’affirme, a une solution économique et rentable pour les agriculteurs qui se trouvent dans cette situation.

L’HEURE DES CONSTATS

Pour rappel, la méthanisation repose sur un principe chimique biologique simple : mettre en culture des bactéries qui vont produire du méthane en consommant de la matière organique puis utiliser ce biogaz soit en injection dans le réseau de gaz après épuration soit en alimentant un moteur pour produire de l’électricité (cogénération).

Pour cela, on connaissait deux méthodes : la méthode par voie liquide et la méthode par voie sèche. C’est cette dernière, plus précisément la méthode par voie sèche discontinue, qui devait, sur le papier permettre de valoriser les fumiers et pailles. Or, selon Vincent Bachet, fondateur d’Octometha, ce n’est pas si simple.

Concernant la valorisation des fumiers en voie sèche discontinue, cela nécessite l’installation de « garages » ou « silos » dans lesquels on met la matière sèche. « On arrose et on attend 90 jours. Cela pose plusieurs problèmes. Premièrement, du fait de la présence de portes, il peut y avoir des fuites et le gaz produit est difficilement valorisable en cogénération car ni sa production ni sa qualité ne sont régulières. Enfin, en arrosant la matière sèche dans des garages, celle-ci exerce de fortes contraintes sur l’infrastructure. Autrement dit, si vos portes ne sont pas renforcées ça peut être très compliqué. Il faut donc des infrastructures très coûteuses. »

Et si on veut tout de même utiliser ses fumiers par la voie liquide, « il faut les broyer en confettis. Cela demande du temps et beaucoup de dépenses énergétiques », explique cet ancien hockeyeur sur glace professionnel, reconverti. Autrement dit, ce n’est pas possible pour tout le monde.

UN CONCEPT INNOVANT

Partant de là, en 2019, celui qui a fait un mémoire sur « Les énergies renouvelables, sources de revenus complémentaires pour les agriculteurs » intègre une équipe de personnes travaillant à trouver une solution pour permettre aux agriculteurs de valoriser facilement leurs intrants type fumiers et pailles.

Finalement, ils trouvent la solution : un couloir. « L’idée est d’éviter les éléments mécaniques à l’intérieur du digesteur mais de s’appuyer sur les propriétés de rhéologie (capacité d’écoulement) de la matière arrosée. En fait c’est une base de lagune agricole de forme octogonale. » En 2022, Vincent Bachet récupère les brevets de cette solution et créé en 2023 l’entreprise Octométha.

Concrètement, Octométha propose d’installer un couloir enterré et recouvert d’une bâche. À une extrémité, un poussoir hydraulique que l’agriculteur doit alimenter une fois par jour. Les matières organiques arrivent dans le couloir et sont arrosées avec des eaux brunes chargées en bactéries. Après 50 jours de séjour, la matière est évacuée grâce à̀ une autre pompe, qui fonctionne une heure par jour. « Ce qui consomme le plus c’est le ventilateur qui souffle entre les deux bâches qui recouvrent le couloir. » Le tout est relié à un système de cogénération ou d’épuration, et bien entendu, l’agriculteur récupère son digestat pour fertiliser ses champs.

« Les avantages sont qu’il y a peu de maintenance et une faible consommation d’énergie étant donné qu’il y a peu d’éléments mécaniques mais aussi que la construction est très rapide (deux à trois mois de travaux en moyenne).  »

UN SENS ÉCONOMIQUE ET ÉCOLOGIQUE

Pour le chef d’entreprise, le fait de valoriser ces intrants à bas coûts présente plusieurs gains : un gain en rentabilité car ce sont des intrants « gratuits » ; un gain écologique car « le stockage des fumiers génère des gaz à effet de serre dans des proportions non négligeables » ; un gain économique ensuite car l’installation de cette solution est moins onéreuse que celle d’une unité traditionnelle. « Pour le couloir, on utilise des géomembranes. Il n’y a donc pas d’artificialisation des sols et une facilité d’installation (et de désinstallation d’ailleurs) », détaille Vincent Bachet.

Pour l’avenir, l’entrepreneur vise également à équiper de sa solution les agriculteurs céréaliers, car « nous ne sommes pas concurrents des solutions de méthanisation existantes mais complémentaires. Rien n’empêcherait par exemple qu’on puisse récupérer des lixiviats d’une unité de microméthanisation pour ensemencer en bactéries les pailles et déchets verts d’une unité Octométha ».

Et à plus long terme, Vincent Bachet aimerait proposer sa solution aux opérateurs de stations d’épuration afin de pouvoir valoriser, cette fois, « le lisier humain en quelque sorte avec des coproduits à bas coûts ». « Ce que je veux avec Octométha, c’est avoir un impact sur la transition écologique en démocratisant la méthanisation agricole.  »

Eglantine Puel

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires