Votre météo par ville

Morne printemps pour l’accueil à la ferme

30-03-2020

Actualité

Terre à terre

Anniversaires, chasses aux œufs, séjours champêtres… La saison des sorties à la ferme, alors qu’elle devait tout juste démarrer, est frappée de plein fouet par les mesures de confinement. Pour limiter les dégâts, on mise sur le report sans savoir jusque quand durera la punition.

Plus aucun accueil à la ferme pour le public n’est autorisé en raison de la crise sanitaire. © Chambre d’agriculture NPDC

Les mercredis et les samedis ensoleillés passent et les étables restent désespérément vides des rires d’enfants. Tant de journées déjà gâchées pour les agriculteurs qui ont choisi la diversification et proposent normalement un accueil à la ferme. Anniversaires, fermes ouvertes, vacances… Toutes les activités sont au point mort depuis l’arrêté du 14 mars 2020.

« Tout accueil du public est suspendu jusqu’à la fin des vacances de Pâques », minimum, souffle Valérie Louchez, conseillère diversification à la chambre d’agriculture Nord-Pas de Calais. Le pire moment : « On entrait pile dans la phase des anniversaires à la ferme qui est normalement très dense jusqu’en juin. »

Pour limiter les écueils économiques (100 € de perte, en moyenne, par anniversaire), elle conseille, comme ses collègues, de favoriser le report et d’éviter les annulations (selon les conditions prévues par les conditions générales d’utilisation – CGU – du contrat).

On lira aussi : Pour toutes les fermes qui font de la diversification c’est la catastrophe

Fêter son anniversaire en juin plutôt qu’en mars, pourquoi pas ? « Comme ce sont les agriculteurs qui gèrent directement les réservations, le mieux pour eux est de contacter les parents pour leur proposer une date ultérieure. Les fermes s’appellent aussi entre elles pour s’échanger des créneaux lorsqu’elles ne sont pas dispos. »

Pâques en juillet ?

Pour les chasses aux œufs prévues à Pâques qui avaient très bien fonctionné l’année dernière, même stratégie : « On ne renoncera pas, assure Valérie Louchez. Il y avait 13 fermes inscrites, qui prévoyaient une chasse type carte au trésor, assez sophistiquée. Tous quasiment avaient suivi une formation… Alors, on changera la formule, on repoussera. Mais on n’annulera pas ! »

Pourtant, concernant le report, les conseillères, dans le brouillard total sur la date et les conditions de levée des restrictions, marchent sur des œufs : « On n’a aucune visibilité ! Alors, même si ce n’est pas simple de se projeter aussi loin, on peut proposer aux clients des dates bien plus lointaines que cet été, qui est d’ailleurs souvent déjà plein pour l’hébergement ! Pour l’automne prochain ou même l’été d’après… C’est aussi l’image qui est en jeu, on cherche au maximum à éviter toute forme de litige », prévient Marion Anselin, animatrice du réseau Bienvenue à la ferme. 

Aujourd’hui chacun gère l’urgence, difficile donc de dresser un bilan des retombées : « C’est prématuré, et ça dépend vraiment des systèmes de chaque ferme, évalue Marion Anselin. Notre réseau se compose de deux branches : Vivez fermier (25 adhérents dans le Nord-Pas de calais) et Mangez fermier (48 adhérents). La seconde, qui est la vente de produits à la ferme, pourra peut-être compenser les pertes de la première qui concerne l’hébergement ? En effet, les drives et distributeurs fermiers ne désemplissent pas en ce moment. » À condition d’avoir ces deux cordes à son arc… Seuls 11 adhérents ont la double activité.

Quelles aides ?

Concernant les aides, là aussi, les interrogations sont nombreuses : « Pour l’heure nous ne pouvons que diriger les agriculteurs vers les aides du gouvernement. Mais les conditions à remplir sont très nombreuses… Il faut tenter le coup, on verra ! », indique Valérie Louchez.

L’impact sera lourd, c’est certain, pour l’activité d’accueil d’enfants à la ferme dans le cadre de l’aide sociale à l’enfance. La direction départementale de la cohésion sociale a souhaité suspendre les séjours des enfants pour les vacances de printemps en vue d’éviter tout déplacement.

Au-delà des conséquences financières lourdes pour les familles d’accueil à la ferme (900 € pour deux semaines), cette annulation des vacances pour les enfants inquiète Valérie Louchez, en charge de ce secteur. « Ce sont bien souvent des enfants qui retournent au même endroit pendant les vacances et qui ont tissé un vrai lien avec leur famille d’accueil. Ils sont dans un vrai cocon en dehors du cadre collectif habituel. Il va y avoir un gros manque… »

Agathe Villemagne

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Emploi agricole : Difficulté de plus en plus répandue à recruter des CDD
Dans son enquête annuelle sur l’emploi agricole réalisée pour la FNSEA, l’Ifop constate que la part des e [...]
Lire la suite ...

Bovins : Bruno Le Maire «prêt à travailler» sur un «plan de relance»
Le ministre de l’Économie a rencontré, ce 5 juin, les représentants de la filière bovine. Auprès desquels il [...]
Lire la suite ...

Numéro 316 : 1 juin 2023

Numéro 315 : 26 mai 2023

Numéro 314 : 19 mai 2023

Raphaël Degenne : « Pour ne pas subir la science, il faut la comprendre »
Ombelliscience est une association fédérant une soixantaine d'acteurs scientifiques des Hauts-de-France. Son objectif [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires