Votre météo par ville

Tracteurs : coup de projecteur sur les leds

13-10-2020

Actualité

Machinisme

Au champ comme dans les bâtiments, les phares de travail procurent confort et sécurité. Par leur bon rapport puissance/consommation et leur effet « plein jour », les leds présentent de sérieux atouts pour faire de l’ombre aux lampes halogènes.

Sur ses tracteurs de plus de 230 chevaux, Deutz-Fahr propose, les leds de série,
appréciés lors des travaux de plein champ. © Same Deutz-Fahr

La capacité d’éclairage d’une lampe de phare prend en compte quatre critères :
– Sa puissance (en watt), qui indique la quantité d’énergie consommée
– Son flux lumineux (en lumen) informant de la quantité de lumière émise.
– Sa couleur (en kelvin).
– La quantité de lumière reçue sur une surface donnée (en lux).

Les phares halogènes, montés sur la plupart des tracteurs, demandent beaucoup de puissance pour un éclairage de couleur se rapprochant du jaune (2 500 kelvin).

Pour les utilisateurs les plus exigeants, les projecteurs leds offrent un éclairage de qualité. La couleur blanche fournie par les leds se rapproche en effet des conditions de jour (6 500 Kelvin).

La couleur blanche fournie par les leds se rapproche des conditions de jour

Elles contribuent ainsi à diminuer la fatigue du chauffeur lors des travaux demandant davantage d’attention. La moisson ou la récolte des pommes de terre par exemple. Les petits détails sont en effet plus facilement visibles.

Éclairer plus, consommer moins

Les phares à leds absorbent moins d’électricité pour un même rendement lumineux. Le rendement de la technologie led est quatre fois plus élevé.

Côté entretien, le constructeur Hella certifie une durée de vie de 10 000 h pour ses feux de travail à leds, puisqu’ils sont moins sensibles aux vibrations et aux variations de températures engendrant des défaillances sur une ampoule halogène.

De plus, les leds chauffent moins que les lampes halogènes. Ce qui limite les risques d’incendie en présence de poussière ou de casse de l’optique de phare.

Diverses qualités

Tous les phares à leds n’affichent pas la même capacité à maintenir la quantité de lumière émise lors d’une utilisation prolongée. Concrètement, après plusieurs heures d’utilisation, la surface éclairée (exprimée en Lux) diminue en raison de la chauffe du réflecteur. Guillaume Varon, responsable commercial chez Hella avertit : « Deux composants sont à prendre en compte sur un phare à leds : la qualité du réflecteur et la qualité de la conception de la carte électronique. Certains constructeurs proposent des cartes puissantes, mais côté optique, la répartition de lumière se dégrade au fil du temps. »

C’est pourquoi, en fonction de l’outil et de sa largeur de travail, il est nécessaire d’installer deux types de feux adaptés à la distance d’éclairage souhaitée. Le premier, dit phare de proximité, éclaire sur une surface relativement large mais ne porte pas très loin. Le second, de type longue portée, éclaire loin mais présente un faisceau étroit.

Moduler la disposition de l’éclairage

Sur un tracteur neuf, différents packs d’éclairage sont proposés par les constructeurs. Certaines marques retiennent des phares à leds de série sur les grosses puissances, comme chez Deutz-Fahr. Pour des tracteurs de 50 à 250 chevaux, l’halogène reste privilégié. Avec la possibilité d’opter pour des leds en option, ce qui entraîne un surcoût.

À titre d’exemple, deux phares halogènes de travail arrière, de 1 200 lumens chacun, peuvent être remplacés sur les Fendt 900 et 1000 par deux phares à leds totalisant 4200 lumens pour 330 euros. En plus du pack de base, l’acheteur peut choisir des feux se plaçant en hauteur sur le montant de la cabine, afin d’améliorer la visibilité lorsqu’un outil frontal est attelé, par exemple.

Chez Kubota, en plus des 10 feux de série à leds sur les tracteurs M6, quatre feux supplémentaires, facturés 500 euros, permettent d’obtenir un effet d’éclairage à 360 degrés, utile lors de la manutention de nuit.

Certains tracteurs n’acceptent pas tous les types de phares. Il faut alors se renseigner auprès du constructeur pour connaître les marques compatibles au système électrique. Ou consulter la fiche technique du projecteur.

Détails bien pensés

Sur les nouvelles générations de tracteur, le terminal en cabine offre une gestion de l’éclairage. C’est le cas des cabines Fendt one, New Holland T8 ou encore les John Deere 7R et 8R. Le chauffeur vient paramétrer, depuis l’écran, le nombre de projecteurs souhaités. Il suffit ensuite d’utiliser les boutons dédiés sur l’accoudoir pour activer la configuration de feux enregistrés.

Chez Claas, l’option éclairage 360 led permet une bonne visibilité sur l’ensemble du chantier. © Claas

Pour faciliter l’éclairage lorsque le chauffeur est en dehors de la cabine, de nouvelles fonctions apparaissent sur les tracteurs. John Deere introduit un interrupteur situé sous les marches du tracteur. Il permet d’allumer et d’éteindre à sa guise l’éclairage d’accueil depuis l’extérieur du tracteur. Sur les tracteurs Deutz-Fahr avec l’option led de courtoisie, le conducteur a la possibilité d’allumer un éclairage incrusté dans le rétroviseur et orienté vers le marchepied. Cela permet de faire le plein et de monter en cabine en toute sécurité. Une fonction permettant de laisser les phares de travail allumés deux minutes après avoir coupé le contact est aussi proposée. Le chauffeur quitte ainsi les alentours du tracteur en sécurité.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires