Votre météo par ville

Abattoirs : le maillon faible de la filière porcine

13-08-2020

Actualité

Terre à terre

Les Hauts-de-France, cinquième région productrice de porcs, ne compte que sept abattoirs capables d’abattre ces animaux. Insuffisant pour la production locale : la moitié est abattue en Belgique ou dans d’autres régions de l’Hexagone.

Terres et Terrtoires - Abattoir de Tradival
Dans les Hauts-de-France on compte sept abattoirs de porcs. C’est peu par rapport à la production. © DR

Première région française pour la production de porcs il y a une quarantaine d’années, les Hauts-de-France ont, depuis, perdu des couleurs. « La production a diminué petit à petit et les outils de transformation ont disparu », explique Gwendoline Desailly, directrice de l’Union régionale des groupements de producteurs de porcs (URGPP). À ce jour, il ne reste plus que sept abattoirs (dont un fermé provisoirement à la suite d’un incendie) qui accueillent les porcs.

Résultat : seulement 53 % des porcs produits dans notre région y sont abattus. Une singularité qui a des répercussions financières. « Dans la région Hauts-de-France, la distance entre l’élevage et l’abattoir est de 189 kilomètres. » C’est ce qu’annonce Bérengère Lecuyer, experte économie de l’aval de la filière à l’Ifip, l’institut du porc. « Une distance qui a une répercussion sur le prix de vente estimée à 1,30 €/tête. Par rapport au coût moyen de transport en France« , ajoute-t-elle.

Terres et Territoires - abattoirs Hauts-de-France
Les Hauts-de-France, cinquième région productrice de porcs. ©DR

Dans la région, « l’abattoir le plus représentatif est celui de Bigard, à Saint-Pol-sur-Ternoise. Avec les 426 000 porcs abattus en 2018, il y a eu une croissance d’1,8 % en 2019 », annonce la directrice de l’URGPP. C’est 73 % de la production régionale ! Les autres abattoirs ne représentent que 160 000 animaux tués chaque année. À l’échelon national, la viande issue des abattoirs du Nord et du Pas-de-Calais ne représente que 1,8 % de la viande abattue en France.

La Belgique comme destination

Face à des outils saturés et insuffisamment nombreux dans la région, les éleveurs se tournent vers la Belgique. « Certains producteurs de porcs sont aussi plus proches d’un abattoir belge que d’un français, reconnaît Gwendoline Desailly. D’ailleurs, plus de 30 % de la production régionale de viande de porc est exportée de l’autre côté de la frontière. »

Une tendance qui pourrait évoluer. En effet, la peste porcine africaine, provenant de Belgique, vient troubler les échanges. « Avec cette épidémie, les prix d’achat ont été revus à la baisse, explique Bérengère Lecuyer. Les abattoirs ont dû se réorganiser. Mais les abattages n’ont pas été orientés vers d’autres établissements puisqu’un contrat est établi entre eux et le producteur. »

Cette carence en outils d’abattage a-t-elle une répercussion sur la production ? La production dans le Nord et le Pas-de-Calais a reculé de 11 %. Une baisse observée entre 2008 et 2017. « Selon les chiffres, ça n’a pas l’air d’être lié. Dans le sud par exemple, il y a une bonne dynamique d’abattage et de transformation. Avec les grosses entreprises de charcuterie. Pour autant, l’élevage porcin est en déficit, illustre Bérengère Lecuyer. Dans le nord de la France, c’est l’inverse. »

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Aker : retour sur huit ans de recherche (vidéo)
Le programme Aker, qui avait pour but de booster la recherche en betteraves sucrières, s’est clôturé le 18  [...]
Lire la suite ...

Carbone : lancement d’un programme européen de rémunération en grandes cultures
Avec un prix minimal de 27,50 euros la tonne de carbone, Soil Capital souhaite « rémunérer les pratiques qui réduise [...]
Lire la suite ...

La cantine à l’heure des hauts-de-France
Du 28 septembre au 2 octobre, dans le cadre de l'opération Invitez les saveurs des Hauts-de-France à votre table, Séb [...]
Lire la suite ...

Des solutions pour limiter la pollution. Les images des essais Épand’air.
La chambre d'agriculture Nord-Pas de Calais et Atmo Hauts-de-France ont présenté, après trois années d'études, le b [...]
Lire la suite ...

Cévinor renforce son partenariat avec Bigard
Lors de son assemblée générale du 24 septembre 2020, la coopérative Cevinor a annoncé son rapprochement avec l&rsqu [...]
Lire la suite ...

Néonicotinoïdes : un amendement vise la création d’un conseil de surveillance
En commission des Affaires économiques, les députés ont voté le 23 septembre pour la création d’un conseil de [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires