Votre météo par ville

Abattoirs : le maillon faible de la filière porcine

13-08-2020

Actualité

Terre à terre

Les Hauts-de-France, cinquième région productrice de porcs, ne compte que sept abattoirs capables d’abattre ces animaux. Insuffisant pour la production locale : la moitié est abattue en Belgique ou dans d’autres régions de l’Hexagone.

Terres et Terrtoires - Abattoir de Tradival
Dans les Hauts-de-France on compte sept abattoirs de porcs. C’est peu par rapport à la production. © DR

Première région française pour la production de porcs il y a une quarantaine d’années, les Hauts-de-France ont, depuis, perdu des couleurs. « La production a diminué petit à petit et les outils de transformation ont disparu », explique Gwendoline Desailly, directrice de l’Union régionale des groupements de producteurs de porcs (URGPP). À ce jour, il ne reste plus que sept abattoirs (dont un fermé provisoirement à la suite d’un incendie) qui accueillent les porcs.

Résultat : seulement 53 % des porcs produits dans notre région y sont abattus. Une singularité qui a des répercussions financières. « Dans la région Hauts-de-France, la distance entre l’élevage et l’abattoir est de 189 kilomètres. » C’est ce qu’annonce Bérengère Lecuyer, experte économie de l’aval de la filière à l’Ifip, l’institut du porc. « Une distance qui a une répercussion sur le prix de vente estimée à 1,30 €/tête. Par rapport au coût moyen de transport en France« , ajoute-t-elle.

Terres et Territoires - abattoirs Hauts-de-France
Les Hauts-de-France, cinquième région productrice de porcs. ©DR

Dans la région, « l’abattoir le plus représentatif est celui de Bigard, à Saint-Pol-sur-Ternoise. Avec les 426 000 porcs abattus en 2018, il y a eu une croissance d’1,8 % en 2019 », annonce la directrice de l’URGPP. C’est 73 % de la production régionale ! Les autres abattoirs ne représentent que 160 000 animaux tués chaque année. À l’échelon national, la viande issue des abattoirs du Nord et du Pas-de-Calais ne représente que 1,8 % de la viande abattue en France.

La Belgique comme destination

Face à des outils saturés et insuffisamment nombreux dans la région, les éleveurs se tournent vers la Belgique. « Certains producteurs de porcs sont aussi plus proches d’un abattoir belge que d’un français, reconnaît Gwendoline Desailly. D’ailleurs, plus de 30 % de la production régionale de viande de porc est exportée de l’autre côté de la frontière. »

Une tendance qui pourrait évoluer. En effet, la peste porcine africaine, provenant de Belgique, vient troubler les échanges. « Avec cette épidémie, les prix d’achat ont été revus à la baisse, explique Bérengère Lecuyer. Les abattoirs ont dû se réorganiser. Mais les abattages n’ont pas été orientés vers d’autres établissements puisqu’un contrat est établi entre eux et le producteur. »

Cette carence en outils d’abattage a-t-elle une répercussion sur la production ? La production dans le Nord et le Pas-de-Calais a reculé de 11 %. Une baisse observée entre 2008 et 2017. « Selon les chiffres, ça n’a pas l’air d’être lié. Dans le sud par exemple, il y a une bonne dynamique d’abattage et de transformation. Avec les grosses entreprises de charcuterie. Pour autant, l’élevage porcin est en déficit, illustre Bérengère Lecuyer. Dans le nord de la France, c’est l’inverse. »

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Herbe : Le salon professionnel se prépare
La douzième édition des journées de l'herbe aura lieu les 30 juin et 1 juillet dans l'Avesnois. Un salon qui se veut [...]
Lire la suite ...

Un partenariat pour booster les protéines de lait
La Prospérité fermière-Ingredia et l'Inrae ont lancé au printemps une chaire industrielle commune pour mener un prog [...]
Lire la suite ...

Pois : Les enjeux de sélection des protéagineux
Les acteurs de la filière des pois protéagineux étaient réunis, vendredi 10 juin, à Auchy-lez-Orchies à l'initiat [...]
Lire la suite ...

Les conseils d’un coach de chez Résiliens pour améliorer le moral des agriculteurs
Face à l'incertitude et au stress, la réaction de chacun pourrait être d'attendre que la situation passe. Emmanuelle [...]
Lire la suite ...

La Flandre : La coop met le cap sur la pomme de terre
Lors de sa journée technique du 17 juin au silo de Socx, la coopérative La Flandre a présenté les débuts de la con [...]
Lire la suite ...

Ail fumé : Un bon bilan mais des inquiétudes
Lundi, le groupement des producteurs d'ail fumé d'Arleux, reconnu par une indication géographique protégée (IGP), s' [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires