Votre météo par ville

Comment les points de vente s’adaptent au coronavirus ?

26-03-2020

Actualité

Terre à terre

Face au confinement et à la contagiosité du coronavirus, les agriculteurs qui vendent leurs produits directement s’adaptent : prise de commandes, drive, réagencement. Des mesures indispensables pour faire face à un afflux de clients. 

Les magasins de producteurs, comme tous les commerces alimentaires, doivent appliquer de nouvelles règles pour lutter contre la contamination du coronavirus. © La Marne agricole

 À la ferme ou regroupés au sein de magasins de producteurs, plus de 1500 agriculteurs vendent en direct aux consommateurs dans le Nord et le Pas-de-Calais. Ils sont, comme tous les commerces alimentaires, soumis à de nouvelles règles pour éviter la propagation du coronavirus. Le point avec Sarah Duqueyroix, du service diversification de la chambre d’agriculture.

Avez-vous eu beaucoup de questions de la part de personnes tenant un point de vente au sujet du coronavirus?

Nous avons effectivement eu des appels d’agriculteurs diversifiés qui ne savaient pas trop comment faire en cette période de crise et surtout qui ne savaient pas s’ils pouvaient rester ouvert.

Quelles sont les principales craintes ?

Certains producteurs craignent d’être contaminés et sont autant soucieux de protéger leurs clients qu’eux-mêmes. Mais les questions sont plutôt d’ordres « technique » et réglementaire.

« L’agriculteur a les mêmes obligations et les mêmes contraintes sur le coronavirus qu’un magasin classique. »

Sarah Duqueyroix

Qu’elles sont les principales adaptations que doivent mettre en oeuvre ces points de vente?

Les mêmes que celles recommandées par le gouvernement pour tous les commerces. Un point de vente à la ferme est un commerce au même titre qu’une boulangerie. L’agriculteur a donc les mêmes obligations et les mêmes contraintes sur le coronavirus qu’un magasin classique. 

À savoir, entre autres, ne pas faire rentrer plusieurs personnes en même temps dans le point de vente s’il est petit, mettre en place un système de file d’attente à l’extérieur, afficher et rappeler les consignes de sécurité, mettre à disposition lorsque c’est possible du gel hydroalcoolique, privilégier les paiements par carte bancaire, voire sans contact quand les producteurs sont équipés…

Retrouvez tous les conseils de la chambre d’agriculture Nord-Pas de Calais dans le document ci-dessous :

Autant de précautions et d’adaptations qui, pour certains, ne sont pas toujours simples à mettre en place. C’est pourquoi, dès le début, nous avons transmis et communiqué sur les mesures à adopter dans les points de vente, pour les drives fermiers, les points de vente collectifs…

Certains producteurs ont également mis en place un système de commande pour limiter le temps de présence des clients sur place. D’autres proposent désormais des paniers à prix fixe, composés à l’avance et remis avec le moins de contact possible aux clients.

Exemple d’affiche à apposer dans un magasin :

Est-ce que les ventes sont en hausse ?

Pour les points de ventes à la ferme, drives, points de vente collectifs, distributeurs, les ventes sont en très forte augmentation. Les gens privilégient le local et le commerce de proximité de peur d’aller en grande surface et de croiser beaucoup de monde.

« Les ventes sont en très forte augmentation. Les gens privilégient le local »

Comment accompagnez vous en ce moment ces points de vente?

Même en télétravail, nous sommes toujours là pour répondre à leurs attentes et demandes. Nous essayons de transmettre un maximum d’informations via des newsletter, les réseaux sociaux, le site internet de la chambre…

De plus, nous essayons de transmettre des outils faciles à mettre en place et de résoudre des problématiques de livraisons. Nous faisons au mieux même si parfois cela reste compliqué.

Nous avons également communiqué auprès du grand public pour leur faire connaître les points de vente à la ferme référencés sur ouacheterlocal.fr et www.bienvenue-a-la-ferme.com. Les chambres d’agriculture se mobilisent également pour trouver des débouchés aux productions que les agriculteurs ne peuvent plus écouler du fait de la fermeture des restaurants, cantines et marchés.

Claire Duhar

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Morne printemps pour l’accueil à la ferme
Anniversaires, chasses aux œufs, séjours champêtres… La saison des sorties à la ferme, alors qu’elle devait [...]
Lire la suite ...

Pâques approche et l’inquiétude monte pour les filières ovines et caprines
Le Modef, confédération syndicale agricole des exploitants familiaux, lance un appel pour aider les éleveurs d’ [...]
Lire la suite ...

Qualité de l’air : diminution de la concentration de dioxyde d’azote
Depuis le confinement, le trafic routier a fortement diminué dans la région. Une baisse notable de la concentration de [...]
Lire la suite ...

#RestezChezVous : notre sélection télé de la semaine
Agriculture, cuisine, reportages régionaux… Terres et Territoires vous a sélectionné quelques programmes à n [...]
Lire la suite ...

Marchés locaux : un protocole sanitaire est disponible
Le protocole sanitaire pour rouvrir les marchés locaux est désormais à la disposition des préfets. « Un protoc [...]
Lire la suite ...

Collecte de pneus usagés : participez à l’enquête en ligne
Courant 2019, les professionnels de la gestion des déchets et des pneus ont mis en place le GIE Ensivalor. Ce dispositi [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires